Bateaux.com
Magazine de la plaisance
MENU

Il y aura bien du match jusqu’à l’arrivée à Pointe-à-Pitre car Francis #Joyon est revenu cette nuit à 60 milles du leader François #Gabart ! Les deux trimarans ULTIME devraient apercevoir les premières îles antillaises dès la mi-journée et il faudra compter au minimum six heures pour faire le tour de l’île papillon… Surtout que les alizés faiblissent à l’approche de la Guadeloupe !

Six jours déjà que les embruns envoient leur spray en permanence, que le sel s’incruste partout, que les vagues nettoient le pont, que l’océan a pris possession de ces deux trimarans géants. Six jours que les odeurs ont fait place à une neutralité sensorielle, que même les plats lyophilisés n’ont plus de goût. Six jours à mariner dans l’humidité, à garder le même ciré. Alors quand une fragrance venue de nulle part vient titiller les narines, quand un parfum d’humus et de terre trempée imprègne l’atmosphère, il y a comme une saveur de fin.
Et à moins de 350 milles de la délivrance, il y a aussi de l’incertitude quant à celui qui abordera le premier l’île papillon ! Car Francis Joyon est de plus en plus percutant ces dernières heures avec moins de 65 milles de retard sur François Gabart ce dimanche matin… Alors qu’il ne reste plus qu’une demie journée pour atteindre la ligne d’arrivée ! Il faut dire que le skipper d’IDEC Sport est particulièrement incisif avec des moyennes hallucinantes de plus de trente-trois nœuds ! Le « chassé » en convient : il ne sera pas simple de s’en défaire, surtout lorsqu’il faudra aborder ce finish autour de la Guadeloupe.

Une zone orageuse
Car c’est une tradition depuis la première édition de la Route du Rhum-Destination Guadeloupe : arriver par le Nord par la Tête à l’Anglais, longer les côtes sous le vent, virer une marque de parcours (la deuxième après celle du cap Fréhel) devant Rivière-Sens, au pied de la Soufrière, cette montagne volcanique qui aspire toutes les brises, emprunter le canal des Saintes, avant d’entrevoir la ligne d’arrivée devant l’îlet à Cochons… En sus, l’alizé d’Est qui sévit sur le tropique du Cancer a tendance à s’étioler au fur et à mesure que les voiliers s’approchent des îles caraïbes. Et les grains se mutent en zone orageuse en ce moment sur les Antilles : des trombes d’eau sont tombées ces jours derniers sur Pointe-à-Pitre !

Francis Joyon
François Gabart
Ultim
Route du Rhum
Ajouter un commentaire...

Publicité