Bateaux.com
Magazine de la plaisance
MENU

St Barth Cata Cup. Ce vendredi, deuxième jour de compétition de la 12e St.Barth Cata Cup, les 60 équipages en lice se sont élancés sur les coups de 11 heures, après deux rappels généraux, pour une course d’une quinzaine de milles entre la baie de Saint-Jean et l’île Coco, au large de l’anse de Grande Saline. Une manche à la fois tactique et physique, la faute à un vent de nord nord-est inconsistant (entre 7 et 14 nœuds), finalement remportée par Jean-Christophe Mourniac et Antoine Rucard. Les deux hommes, qui ont longtemps bataillé en tête de flotte avec les tenants du titre, Patrick Demesmaeker et Olivier Gagliani, ont parfaitement négocié la deuxième moitié du parcours en jouant au plus près des falaises. Ils se sont ainsi imposés avec une avance confortable, remportant alors le Prix « EDEN ROCK VILLA RENTAL », le partenaire dont ils portent eux-mêmes les couleurs cette semaine. Au classement général, s’ils conservent la deuxième place, ils resserrent tout efois l’écart avec les Argentins Cruz Gonzalez Smith et Mariano Heuser (Architectonik) qui parviennent, pour leur part, à garder leur leadership grâce à leur belle 3e place du jour.

Si les conditions d’hier n’ont pas été faciles, celles d’aujourd’hui ne sont pas forcément montrées plus simples. « Le vent était, certes, un peu moins irrégulier, mais il était plus faible et, par conséquent, l’impact de la houle était plus important. On était constamment en recherche de repères sur le bateau, mais ce n’était pas évident car sans personne à côté de soi, c’était vraiment dur de savoir si on allait vite ou pas. En plus de ça, on a eu quelques bords particulièrement techniques, comme par exemple ce bord au double trapèze sous spi, entre Frégate et Les Grenadiers », a commenté Jean-Christophe Mourniac qui a réalisé un premier « break » sur la concurrence précisément sur cette section de la course. « On est parvenu à rester plus vite et plus haut que tout le monde et on a creusé un peu l’écart mais les Belges sont revenus sur nous peu avant Coco, grâce à une risée. On s’est retrouvé collé l’un à l’autre mais au moment de l’affalage du spi, on s’est pris une bouée de mouillage et le bateau s’est complètement arrêté », a relaté le barreur Maximois qui a donc attaqué la longue remontée au près jusqu’à la pointe à Toiny dans la roue de Patrick Demesmaeker et Olivier Gagliani (Les Perles de St Barth), mais qui est parvenu à reprendre l’avantage en choisissant de jouer le long des falaises, à l’inverse de son concurrent direct parti plus au large. « Clairement, à ce moment de la course, on aurait dû marquer Kinou et Antoine. Ça a été une erreur de notre part de ne pas le faire, et à partir de là, on a un peu perdu la concentration », a avoué Olivier, qui a ensuite perdu deux autres places, dont une pile-poil sur la ligne d’arrivée, au profit des Argentins Cruz Gonzalez Smith et Mariano Heuser. Le duo Architectonik, 1er et 4e des deux manches d’hier, continue donc de se montrer régulier aux avant-postes, même s’il concède toutefois deux petits points au tandem Jean-Christophe Mourniac - Antoine Rucard qui, lui, devance désormais Tripp Burd et Charles Tomeo (Burning Torch) au général, le binôme John Tomko – Jonathan Atwood (Boglioni) qui le talonnait hier soir se voyant, pour sa part, rétrograder en 8e position.

St-Barth Cata Cup
Ajouter un commentaire...

Publicité