Bateaux.com
Magazine de la plaisance
MENU

Jérémie Beyou : « Dans une très bonne dynamique »

Après avoir remporté la Rolex Fastnet Race en août, l'IMOCA Charal a ajouté une ligne à son palmarès en s'imposant sur le Défi Azimut, qui a réuni 22 participants de mercredi à dimanche à Lorient. Cerise sur le gâteau, Jérémie Beyou et Christopher Pratt ont remporté les trois courses au programme, les 48 heures (en double), les runs de vitesse et le Tour de Groix (en équipage). De quoi faire le plein de confiance à un mois du départ de la Transat Jacques Vabre.

Trois victoires sur les trois épreuves du Défi Azimut, que gardez-vous de cette belle semaine à Lorient ?

Jérémie Beyou : Ce sont vraiment de très bons résultats, qui ont demandé des qualités un peu différentes, entre les runs de vitesse, la course de 48 heures et le Tour de Groix, c'est bien de montrer un peu de polyvalence. Il faut profiter de toutes les victoires, donc nous sommes fiers de ce que nous avons accompli sur l'eau et de la préparation en amont.

Christopher Pratt : Le bilan est très positif après le Fastnet qui était déjà une belle réussite. Ça concrétise le travail que nous avons fait avec toute l'équipe depuis l'hiver dernier pour apprendre à dompter l'IMOCA Charal et ça nous met dans de bonnes dispositions pour la Transat Jacques Vabre. Maintenant, nous savons qu'il reste beaucoup de travail dans le dernier mois pour être complètement prêts et pour continuer à progresser, il ne faut surtout pas s'endormir.

La course la plus importante était les 48 heures en double, êtes-vous satisfaits de la manière dont vous avez navigué ?

Jérémie Beyou : Nous avons eu des conditions plutôt soutenues, jamais en-dessous de 20 nœuds, sur des allures rapides, donc c'était très intense. Ce qui est génial, c'est que nous avons vraiment réussi à nous en tenir à nos plans initiaux, sans trop regarder les autres, ce qui avait été moins le cas sur le Fastnet, et nous avons été tout le temps devant les autres. Nous avions bien préparé notre navigation, jusque dans les plus petits détails, notamment avec notre cellule météo, ce qui nous a permis d'être plus sereins et plus efficaces. Nous sommes aussi parvenus à bien trouver notre routine à bord, à dormir, à laisser un seul gars sur le pont quasiment tout le temps, c'est ultra-positif.

Christopher Pratt : Cette course de 48 heures se rapprochait plus de ce qui nous attend sur la Transat Jacques Vabre avec des bords plus longs, des conditions de vent et de mer assez dures, nous avons réussi à bien trouver notre rythme, à bien nous relayer, à dormir, c'était plus maîtrisé que sur le Fastnet.

Victoires sur le Fastnet puis le Défi Azimut, cela donne forcément de la confiance avant le prochain objectif, la Transat Jacques Vabre ?

Jérémie Beyou : Oui, complètement. On en profite, ça nous donne de la sérénité et des certitudes. Maintenant, on doit continuer à se poser des questions pour apprendre du bateau, à le fiabiliser, mais c'est vrai que nous sommes dans une très bonne dynamique. Mentalement, ça aide.

Christopher Pratt : Oui, cette victoire donne de la confiance, mais surtout, ça valide les objectifs de travail que nous nous étions fixés, cela veut dire que nous avons bien fait notre travail. Nous allons probablement arriver au départ de la Transat Jacques Vabre en ayant accompli tout ce que nous avions prévu de faire, en ayant coché toutes les cases, c'est très positif d'arriver dans ces conditions.

Cerise sur le gâteau, vous partagez cette victoire avec ceux qui vous ont accompagnés sur les runs de vitesse et le Tour de Groix...

Jérémie Beyou : C'est vrai que ça donne une dimension particulière, c'est génial d'avoir réussi à gagner à chaque fois, y compris en équipage. A la fin du Tour de Groix, nous avons tous sauté de joie, comme si nous avions remporté The Ocean Race ! Les équipes Charal sont aussi très présentes sur les pontons et on sent vraiment le soutien de toute l'entreprise Charal derrière nous.

Quel est le programme jusqu'au départ pour le Havre ?
Jérémie Beyou : Cette semaine est consacrée à la technique : les voiles repartent chez North Sails pour deux-trois petites modifications, un peu de maintenance, inspection du bateau, nous nous occupons aussi avec Christopher et Pifou (Pierre-François Dargnies, le directeur technique du Charal Sailing Team) du matériel de rechange et de l'avitaillement. A la fin de la semaine, nous travaillerons la météo au Pôle Finistère avec Jean-Yves Bernot, et la semaine prochaine, nous avons un stage à Port-la-Forêt, à l'issue de laquelle, nous sortirons le bateau de l'eau pour une inspection du dessous de la carène. Ensuite, nous avons un dernier stage à Port-la-Forêt, avec des médias à bord, pour finir par un peu de repos avant de partir au Havre le 17 octobre.

Christopher Pratt : Les priorités maintenant, c'est de finir avec Jérémie notre cycle de préparation physique, de travailler sur la météo et d'engranger un maximum de récupération et de fraîcheur avant d'arriver au Havre. Et sur la partie technique, nous avons encore quelques petites améliorations et fiabilisations à faire pour que nous soyons complètement en mode transat. Place maintenant à la Transat Jacques Vabre avec quelques derniers préparatifs nécessaires pour partir serein et en pleine confiance sur cette route du café ! Le duo Jérémie/Christopher et son équipe s'apprêtent avec Charal à Vivre Fort les semaines à venir.

Jérémie Beyou
Transat Jacques Vabre
Ajouter un commentaire...

A la découverte du voilier #IMOCA. Consultez toutes les caractéristiques du bateau de 18.28 m. construit par le chantier #Multiple

  • 1 avis

    IMOCA - voilier du chantier Multiple

    Le voilier IMOCA est un monocoque course-croisière, construit par le chantier Multiple. Ce voilier Quille pendulaire, gréé en Sloop, mesure 18.28 m de long.

    Publicité