Bateaux.com
Magazine de la plaisance
MENU

Finies donc, les régates en équipage, place maintenant aux navigations en double, à commencer par le parcours de qualification de la Transat Jacques Vabre : « Nous allons faire 1500 milles dans la même configuration qu’en course. Ça va nous laisser le temps de peaufiner nos automatismes, de gagner encore en dextérité. Les Grands Prix nous ont permis d’identifier quelles sont nos forces et nos manques par rapport à la concurrence. Nous disposons d’un peu moins de 50 jours pour arriver parfaitement prêts au Havre sur la ligne de départ. » La flotte des Multi50 sera quelque peu modifiée, puisque Lalou Roucayrol, dominateur sur les trois grands prix ne sera pas présent. Le jeu en sera donc d’autant plus ouvert.

« Si commencer la saison de course par des parcours en baie s’est révélé très instructif et nous a permis de nous positionner par rapport à nos adversaires, j’avoue que je suis malgré tout impatient de retrouver le large et la haute mer… »

Quatrième place pour Primonial au Trophée de Brest Multi50

Cette fois-ci, le podium leur échappe d’un cheveu. Tout s’est joué dans la dernière journée du Trophée de Brest où l’équipage de Primonial s’est battu jusqu’au bout malgré un petit déficit de vitesse aux allures de près. Mais le bilan des trois Grands Prix permet d’être optimiste. Sébastien Rogues et Matthieu Souben vont pouvoir mettre à profit ces premières confrontations pour être fins prêts au départ de la Transat Jacques Vabre. « Même si nous avons encore un manque à combler au près, nous avons énormément gagné en dextérité sur ces trois Grands Prix. Avec Matthieu (Souben), nous avons pu définir nos axes de travail pour la Transat Jacques Vabre. Et c’est aussi la loi de la régate : pour cette dernière journée, Célia Villages a mieux navigué que nous. Ils finissent sur le podium, bravo à eux ».

Beau joueur, Sébastien Rogues sait combien ces manches à couteaux tirés, se jouent sur des points de détails. « Les régates de grand prix sont vraiment un exercice spécifique. Sur la Transat Jacques Vabre, nous allons retrouver un terrain différent. Il va surtout falloir être constant, régulier et dans ce domaine, nous avons quelques arguments à faire valoir ».

Transat Jacques Vabre
Sébastien Rogues
Multi50
Ajouter un commentaire...