Bateaux.com
Magazine de la plaisance
MENU

L’été a été chargé pour Aymeric Chappellier qui, dans la foulée de sa victoire sur la Les Sables – Horta – Les Sables, a régaté en IRC sur des courses prestigieuses telles que la Channel Race ou la Rolex Fastnet Race, enchaîné les sorties de relations publiques à bord de son Class40 AINA Enfance et Avenir et même couru les deux dernières étapes du Tour de Bretagne à la Voile au côté de Julien Pulvé pas plus tard que ces trois derniers jours. Même topo pour Pierre Leboucher qui a, lui aussi, passé énormément de temps sur l’eau, que ce soit sur le circuit des Figaro Bénéteau à bord de Guyot environnement, en Waszp ou encore en en L30, support sur lequel il représentera la France lors du tout premier Championnat d’Europe de Course au Large le mois prochain. Les deux marins ont cumulé un nombre de milles impressionnants ces dernières semaines, mais pour eux, il est temps maintenant d’attaquer leurs premiers entraînements en double. En ligne de mire, la Transat Jacques Vabre avec un objectif clair : la victoire.S’ils ont, l’un et l’autre, énormément navigué cette saison, et en particulier ces dernières semaines, Aymeric Chappellier et son co-skipper de la prochaine Transat Jacques Vabre vont désormais attaquer leurs premiers blocs d’entraînement en double. « On a une première session programmée cette semaine, à La Rochelle. Le but va être de prendre nos marques ensemble, de nous caler sur les manœuvres et de trouver un mode de fonctionnement efficace. Pour Pierre, ça va aussi être de prendre ses repères sur le bateau mais je ne suis absolument pas inquiet : un Class40, c’est une espèce de gros Figaro. Ça reste une coque avec un mât et des ficelles ! », plaisante le skipper d’AINA Enfance et Avenir qui connait les capacités d’adaptation de son acolyte, habitué, lui aussi, à régater sur une multitude de supports différents. « Je sais que ça ne va pas lui poser beaucoup de problèmes. Il va simplement falloir que l’on se trouve tous les deux à bord et qu’il assimile tous les modes. Pour ma part, aujourd’hui je commence vraiment à connaitre ma machine sur le bout des doigts, ce qui va évidemment lui faire gagner du temps pour se sentir à l’aise », souligne le Rochelais, vainqueur de l’ensemble des courses auxquelles il a participé cette saison en 40 pieds (Défi Atlantique, Normandy Channel Race et Les Sables – Horta – Les Sables). « On va tâcher d’exploiter au mieux le temps qu’il reste avant le départ de la course », a prévenu Aymeric qui accompagnera la flotte de la Mini Transat La Boulangère le jour du départ de la première étape au large de La Rochelle, avant de rejoindre Lorient pour un stage encadré par Tanguy Leglatin, en présence d’une large partie de ses plus sérieux concurrents de la Route du Café.Le mode « sans échec » toujours enclenché« Le fait de se confronter à la concurrence sera forcément intéressant d’autant que quasiment tous ceux que l’on peut attendre sur le podium à Salvador de Bahia seront présents, à l’image de Leyton, Beijaflore, Crédit Mutuel ou Lamotte – Module Création », assure Aymeric qui profitera parallèlement de l’occasion pour tester ses nouvelles voiles (grand spi, spi médium et grand-voile). « Très peu de changements ont été faits. Le dernier jeu de voiles était déjà très abouti, seulement un peu fatigué », souligne le marin qui se réjouit de débuter les premières sorties en duo avec Pierre. « A bord d’un bateau, chacun à sa façon de faire, ses postes clés... Il existe plusieurs manières de gagner et j’aime confronter les expériences. C’est toujours riche, et forcément constructif si on veut avancer. En tous les cas, c’est quelque-chose qui me plaît bien. Avec Pierre, on est issu de la même école, celle de la voile légère (420 et 470), mais ensuite nos routes ont bifurqué. J’ai pris le virage de la course au large avant lui, et lui bataille aujourd’hui sur le circuit Figaro que l’on sait très complet. On a beaucoup à se donner réciproquement, et une vraie carte à jouer sur la Transat Jacques Vabre », termine Aymeric Chappellier qui compte bien rester sur son mode habituel : le mode « sans échec ».

Aymeric Chappellier
Transat Jacques Vabre
Ajouter un commentaire...

Publicité