Bateaux.com
Magazine de la plaisance
MENU

Toujours au large du golfe de Gascogne, la flotte progresse ce matin à une allure beaucoup plus raisonnable que lors de la première nuit en Manche. C’est désormais au près serré que les 58 tandems toujours en course (depuis le retrait du Class40 SOS Méditerranée hier soir) progressent vers le Salvador de Bahia, les uns cap au sud, les autres cap à l’ouest. Bref, le ballet des virements de bords a démarré sous l’influence du système dépressionnaire installé sur les Açores. Un ballet qui ne fait que commencer et promet beaucoup …

Multi50 : Match racing derrière le leader
C’est aux alentours de minuit hier soir que Thibault Vauchel-Camus et Frédéric Duthil ont poussé la barre et fait basculer les étraves de leur Solidaires en Peloton ARSEP vers le Sud-Sud-Est. Les deux compères continuent leur course, maîtres de leurs choix et profitant déjà d’un petit matelas de 50 milles sur leurs poursuivants. Les deux autres Multi50 engagés n’ont pas tardé à les imiter et les trois bateaux font route vers les côtes galiciennes qu’ils devraient déborder dans la matinée. Au coude à coude, Primonial et GCA Mille et un sourires naviguent à vue (un demi-mille d’écart au classement !). Moins incisifs la première nuit en Manche, ils sont clairement ce matin en mode régate et le passage du DST du cap Finisterre va pimenter leur journée. Dans ces conditions beaucoup plus maniables, l’expérience de l’équipage de Solidaires en Peloton joue moins et l’écart a tendance à se stabiliser.IMOCA : Tactique ou stratégie ?

Après la sortie sélective de la Manche et le passage d’Ouessant, puis le bord de reaching à l’approche de la dépression hier après midi, les positions se clarifient chez les IMOCA : un premier groupe de 15 bateaux navigue dans un rayon de 30 milles, détaché d’un second paquet emmené par La Fabrique et dans lequel on trouve au coude à coude La Mie Câline Artisans Artipôle, Time for Oceans et les bizuths Benjamin Dutreux et Thomas Cardrin sur Water Family.

En tête depuis hier midi, Charal a fait parler sa maîtrise du foiling avec des vitesses supérieures aux Multi50 dans le bord du reaching : « Dans ces conditions de mer, c’est un peu plus facile pour nous d’accélérer » notait ce matin Christopher Pratt. Le bateau noir a pu cependant constater dans sa catégorie qu’il ne décrocherait pas comme ça des tandems attendus comme Sam Davies et Paul Meilhat, très rapides hier, Charlie Dalin-Yann Eliès ou Pascal Bidegorry Charlie Enright, clairement dans le coup également.

Pour Charal, le danger vient aussi du décalage nord d’Hugo Boss qui a glissé hier sous la flotte. Mais Alex Thomson va devoir attendre que le vent passe à l’ouest pour espérer empocher les bénéfices de son positionnement. Charal l’a accompagné le plus longtemps possible, préférant virer à 5 heures ce matin : « C’est une décision plus tactique que stratégique », reconnaissait Christopher. Traduisez que Charal ne peut pas prendre le risque de lâcher la meute qui navigue sur le bord le plus rapprochant, dans un schéma météo qualifié toujours par Christopher Pratt « d’incertain avec du louvoyage jusqu’au 31 octobre… »
Sur ce bord tribord amûres, il va être intéressant d’observer ce matin la progression d’Arkea Paprec, dans le match depuis le début à la 8ème place, mais qui navigue désormais appuyé sur le bord où son foil cassé lui fait défaut.
Enfin, il faut noter chez les IMOCA le retour en course de V and B Mayenne après leur arrêt express au Port du château à Brest pour réparer le tirant d’outrigger endommagé.

Class40 : Déjà de gros écarts
Mêlant professionnels et amateurs éclairés, la catégorie des Class40 est logiquement celle qui a généré le plus d’écarts depuis le départ : 136 milles séparent déjà le leader Leyton et Kiho le 24ème. SOS méditerranée a abandonné hier et deux autres bateaux sont en difficultés : Lamotte Module Création est démâté à Roscoff. Beijaflore sur lequel William Mathelin Moreaux s’est blessé, fait route vers la Bretagne qu’il devrait atteindre dans la journée…
En tête, la bagarre bat son plein entre Fabien Delahaye et Sam Goodchild sur Leyton qui devancent d’une courte tête Aïna Enfance et Avenir, bien revenu hier après-midi à seulement 3 milles. Made in Midi s’accroche dans leur roue, tout comme Banque du Léman, Crosscall Chamonix étant le plus sud de ce paquet.
Le binôme à suivre dans les 48 prochaines heures est bien sûr formé par Ian Lipinski et Adrien Hardy qui ont bien tenu leur décalage réalisé en Manche la première nuit. 50 milles séparent leur trajectoire de celle des leaders; Crédit Mutuel peut espérer tirer bénéfice de son option quand le vent basculera, même si ce n’est pas pour tout de suite.
En attendant, cette navigation au près dans une mer et un vent maniable sont pour l’instant bien venues pour se reposer un peu…

Transat Jacques Vabre
Ajouter un commentaire...

Publicité