Bateaux.com
Magazine de la plaisance
MENU

Epilogue d'une Transat Jacques Vabre 2019 pleine de rebondissements. Après l’arrivée des vainqueurs Charlie Dalin et Yann Eliès sur Apivia hier, le Top 10 en IMOCA a rejoint cette nuit Salvador de Bahia (Brésil), proposant quelques duels au couteau pour le podium, le Top 5 puis le Top 10. A final, c’est le PRB de Kevin Escoffier et Nicolas Lunven qui ravit la deuxième place à l'issu d'un véritable match-race contre le Charal de Jérémie Beyou et Christopher Pratt, ces derniers sauvant leur place sur le podium. Analyse des premières arrivées et retour sur la course en IMOCA avec le spécialiste météo et routeur Christian Dumard.

Cruel pot au noir et victoire d'ApiviaChristian Dumard : « Le pot au noir a comme souvent redistribué les dés de façon cruelle. Charal était le premier à y entrer après une première partie de course sans faute. Apivia suivait une dizaine d’heures plus tard, à la tête d’un groupe composé de PRB, Banque Populaire, 11th Hour et Advens for Cybersecurity. Un léger décalage Est suivi de quelques recalages ont permis à ce groupe de prendre la poudre d’escampette alors que Charal, plus à l'Ouest n’arrivait pas à s’extirper des tentacules du pot au noir. Les cellules convectives se redéployaient sans cesse à l’Ouest alors que le vent rentrait à l’Est. Avec 100 milles d’avance à l’équateur, Apivia avait course gagnée. Il ne restait plus qu’un long bord de reaching à Charlie Dalin et Yann Elies pour franchir la ligne d’arrivée en vainqueur » . Cruel destin pour Jérémie Beyou qui aura ces mots à l’arrivée : « Le pot au noir c’était juste de la malchance, ça été trois jours insupportables. Quand tu es en tête, animé par la victoire, avec plus de 100 milles d’avance et que tu vois que ça t’échappe, tu passes par tous les états… C’est la catastrophe de ta vie, c’est super dur à vivre.» Charal, cependant très à l’aise en vitesse sur le long bord de reaching reprendra rapidement la troisième place et engagera un long duel avec PRB tirera parfaitement son épingle du jeu dans un vent mollissant et adonnant sur la fin de parcours, des conditions dans lesquelles les foilers de dernière génération n’ont pas toujours un avantage déterminant. C’est donc avec 6 minutes d’avance que Kevin Escoffier et Nicolas Lunven franchissaient la ligne d’arrivée devant Jérémie Beyou et Christopher Pratt qui compètent le podium ».

L'incroyable remontada d’Advens
Une bataille tout aussi intéressant se déroulera derrière pour la 4ème place, entre Thomas Ruyant et Antoine Koch, et le duo composé de Charlie Enright et Pascal Bidegorry. Advens for Cybersecurity, mis à l’eau 8 semaines avant le départ de la Transat Jacques Vabre et très à l’aise sur le long bord de reaching doublait Banque Populaire, puis 11th Hour (l’ancien Hugo Boss) pour terminer au pied du podium. Juste derrière, Charlie Enright et Pascal Bidegorry prennent une très belle 5ème place sur un foiler d’ancienne génération alors que Clarisse Cremer et Armel le Cleac’h terminent premier non foiler.
Le Top 10 de la Jacques Vabre 2019 sera complet avec les arrivées successives de Sam Davies et Paul Meilhat (7eme sur Initiatives Coeur), Louis Burton et Davy Beaudart (8e sur Bureau Vallée), Sébastien Simon et Vincent Riou (9e sur Arkea-Paprec), puis Fabrice Amedeo et Eric Péron (10e sur Newrest-Art et Fenêtres).

L’avenir passe à l’Est ?
Christian Dumard : « L’édition 2019 de la Transat Jacques Vabre aura été passionnante et pleine de rebondissements. Peut-être saurons-nous un jour quels sont les éléments qui ont poussé Apivia à attaquer le Pot au Noir plus à l’Est que son adversaire. Ils ne se sont pas cachés d’avoir suivi les multicoques qui sont eux routés, mais les deux compères avaient du bien préparer leur coup avant de tenter cette option. Les modèles ont beaucoup progressé ces dernières années. Les skippers disposent également de beaucoup plus d’informations météorologiques que précédemment (champs de vent, prévisions de pluie, d’orage, d’humidité, les courants de surface qui atteignaient 2 noeuds contraire dans certaines zones, les images sat en temps quasi réel, …). La synthèse de toutes ces informations est certes encore complexe à maîtriser, mais l’édition 2019 marque certainement un important pas en avant avec des passages à des longitudes très « Est » pour les vainqueurs de toutes les flottes ».

Transat Jacques Vabre
Ajouter un commentaire...

Publicité