Journal de bord
Tous ActualitésPersonnesBateauxPublicationsPhotos

1 fiche technique de bateau

Iroise 46
Voir toutes les fiches techniques

1 Membre sur Yacht-Club.com

Voir toutes les personnes

Aventures et mésaventures en Antarctique : Sara nous explique pourquoi elle a choisi de débarquer #Antarctique

Antarctique
Goélette
Fortune de mer
Naufrage
Jean-Philippe Laurentin - 2 semaines
Merci pour ce beau texte. On en apprend décidément beaucoup sur ce bateau et son capitaine. Bien que tous ses amis le défendent (voir les épisodes précédents), il est clair que ce bateau n’avait rien à faire dans cette région et qu’avec un capitaine aussi léger sur la sécurité, la décision de débarquer s’imposait clairement même si elle a dû être difficile à prendre.
Séverine Brancour - 2 semaines
Autan les articles précédents étaient intéressants, factuels et techniques, autan ce texte de l'équipière sent le règlement de compte . Elle se contredit , c'est confus, avec des relents d'attaque personnelles. C'est la complainte du pauvre Caliméro, la "mal-aimée" qui a été malmenée et qui n'a pas été considérée à sa juste valeur d'artiste et qui se venge ! Manifestement elle s'est trompé en s'inscrivant à cette croisière où elle s'attendait certainement à un voyage plus "organisé" avec un respect du timing. Ce texte n'apporte pas grand chose pour moi qui ne connait pas les protagonistes de cette histoire. C'est trop lourd et ça finirait presque par discréditer Dominique et Carole... C'est juste le ressenti d'une petite navigatrice .
Bernard Guiot - 2 semaines
j'ai lu avec bcp d'intérêt ces divers témoignages, et les commentaires de certains. Il est sain de parler de ces pb, car il y a des abus, avec une absence de contrôle des autorités. J'ai un peu d'expérience de la navigation hauturière, souvent comme skipper. J 'ai aussi embarqué comme équipier sur 3 voiliers charter, en Patagonie, au Spitzberg et en Antarctique. 2 voiliers étaient parfaitement entretenus, équipés, avec topo sécurité et skipper compétent, avec les bons diplômes et déclarés. Un voilier m' avait interpellé en 2010, en Patagonie, sur son impréparation, bateau mal entretenu et de vrais pb de sécurité. Paix à son âme, il s'agit de Paradise et de Arnaud D’Allennes. Il suffit de lire le rapport du BEA mer pour comprendre. Chacun des témoignages est intéressant, révélateur de la perception vécue, Technique ou émotionnel, C'est cela l'essentiel. On ne s'aventure pas dans ces zones éloignées, et en expédition, avec des pb techniques à bord, un voilier mal préparé. Chacun a agi en conscience. L'important est qu'il n'y ait pas eu d'accident humains. Mais de tels témoignages sont nécessaires, car certains charters ne respectent pas les règles élémentaires. relire encore le rapport officiel du BEA mer sur l'accident de Paradise. Il faut aussi rester modeste, la mer est toujours la plus forte, et parfois même avec bcp d'expérience, on peut tous être conduits, un jour ou l'autre, à la faute. Mais l’enchainement de tels pb montre un voilier mal préparé, même si mon expérience de 40 000 milles en navigation, m’a montré que certains pb peuvent arriver par malchance ;
Voir les commentaires suivants
Ajouter un commentaire...

Aventures et mésaventures en Antarctique, le plaisir de gouter à une exploration #Antarctique

Hors-Bord
Antarctique
Exploration
Ajouter un commentaire...

Aventures et mésaventures en Antarctique, une histoire qui aurait pu mal tourner… #Exploration

Sécurité
Gilet de sauvetage
glace
Antarctique
Expédition
Katell les tutos de la croisiere - 1 mois
J'ai connu des skippers et des voiliers à l'image de ce qui est décrit ici. Des marins généreux, expérimentés appréciés et reconnus, comme les commentaires précédents le décrivent. Il n'empêche que trop souvent dans le milieu associatif on s'est habitué à faire avec peu de moyens: système D, main d’œuvre gratuite et plus ou moins qualifiée. Cela permet à des centaines ou milliers de matelots d'apprendre à naviguer à un coût modéré dans une ambiance conviviale. Côté sécurité, on s'habitue à réparer en mer, avec les moyens du bord, et faire durer le matériel jusqu'à la rupture. Cet état d'esprit devient une partie intégrante de l'aventure, soutenue par des valeurs anti-consuméristes. Au final on en arrive à prendre des risques parfaitement évitables, et on passe autant de temps à bricoler qu'à naviguer. Je pense que les responsables associatifs devraient être plus exigeants sur ce point; sinon la législation va se durcir encore et nous perdrons le droit de partager notre passion en dehors des circuits commerciaux.
ERICH DELNATTE - 1 mois
La sécurité à bord d'un bateau, que ce soit un voilier privé ou professionnel ou un navire à moteur est quelque chose d'impératif. D'ailleurs les TAAF ne s'y trompent pas et sont très exigeantes à ce sujet quand on dépose un dossier pour l'obtention de l'autorisation de naviguer en Antarctique. Tous les skippers qui sillonnent ces eaux sont donc informés et conscients de l'importance de la sécurité à bord et de l'utilité du matériel de sécurité et de son bon entretien. la Cardinale est en tout point conforme à la réglementation et va même plus loin en ajoutant à la liste de l’équipement obligatoire une balise IPRD supplémentaire ainsi que des balises personnelles, des combinaisons TPS et autres trackeur. La lecture de cet épisode sur notre balade dans les eaux du grand continent blanc, la visite de la base de Videla et nos contacts nocturnes avec les growlers est un régal et rappelle d'excellents souvenirs. J'aimerai cependant apporter une petite correction au dernier chapitre et à la perte supposée "d'un petit objet non identifié (qui) se détache de la brassière de sauvetage de Carole"SIC. Les choses ne se sont pas réellement déroulées de la sorte même si j'aime bien l'image et le "Voyons Carole" lancé par le Capitaine ! Encore une fois nos amis journalistes devraient vérifier les faits avant de publier. Voilà donc ma version: je me suis aperçu en manipulant les gilets pour les ranger que quelque chose se déplaçait à l’intérieur de la housse de l'un d'eux. A l'ouverture de celle ci je constate que le système entier de gonflage automatique s'est désolidarisé de l'enveloppe de la bouée, (système HAMMAR à déclenchement hydrostatique). Intrigué je le replace et en le manipulant un peu fermement je me rends compte qu'il se décroche à nouveau. J'en informe le skipper, on vérifie alors scrupuleusement les douze gilets présents à bord (dont les systèmes de gonflage avaient tous été changés avant le départ) pour s'apercevoir que cinq présentent les même symptômes. Ils restent donc sept gilets opérationnel pour six équipiers c'est donc parfait. Que s'est-il donc passé? Les kits de rechange des systèmes de gonflage avaient tous été changés par précaution avant le départ, cinq d'entre eux n’étaient pas conformes au niveau des fixations (petits ergots) sur la bouée! Pourquoi ? Comment ? je ne sais pas ! Et ceci était d'autant plus sournois que l'on arrivait bien à les mettre en place mais que seule une manipulation un peu brutale faisait sauter. Les pièces défectueuses ont été gardées pour réclamation auprès du fournisseur et avoir une explication. A ce jour je n'ai pas le réponse. Cet incident aurait pu avoir de faucheuses conséquences, même si sous ces latitudes les gilets servent plutôt de harnais pour ne pas passer par dessus bord que de système de flottaison . @Katell, je suis pleinement d'accord avec vous sur le fait que commercial ou associatif, nous devons tous être extrêmement vigilant et exigeant sur la sécurité, c'est la liberté de tous qui est en jeu. Mais rassurez vous Katell, les économies de bout de chandelle ne sont pas la philosophie de La Cardinale et je vous invite si d'aventure vous croisez cette belle goélette à vous présenter à bord pour constater par vous même. Pour conclure, et là je m'adresse au journaliste, il est intéressant de relater ce type d'incident si on va jusqu'au bout de l'analyse et qu'on en tire des conclusions qui puissent être utiles à tout le monde. Si c'est pour rester dans le sensationnel, pour rester dans le style article à charge je ne vois pas trop l'utilité.
Jean-christophe Dessirier - 1 mois
J’ai été captivé par le premier article du récit de cette aventure et j’attendais avec impatience la suite du «voyage» et c’est seulement en terminant la troisième partie que j’ai découvert qu’il y avait des commentaires.Je ne suis probablement pas un grand marin contrairement à ce que je crois comprendre au travers d’une bonne partie des personnes qui commentent ce texte, mais en tant qu’ancien skipper professionnel je me permets tout de même d’écrire un mot.J’ai tout d’abord été surpris par les premiers commentaires négatifs sur ce récit, puis je n’ai pas compris l’acharnement contre son auteur, mais plus je lisais ces commentaires plus il me semblait évident que monsieur B avait fait appel à ses amis (comment autrement auriez-vous pu connaître la fin du récit avant qu’il ne soit publié ?).Certains commentaires ne me semblent pas vraiment objectifs : Si le bateau semble parfait pour ce programme de navigation (avec un pilot auto à la hauteur), vous qui naviguez ne prêtez pas plus d’attention que cela à votre parc que batteries ? Votre groupe électrogène est-il autonome ou a-t-il besoin continuellement d’un opérateur ? N’avez-vous pas non plus de filtre à gasoil en réserve ? Les fonds de vos cales moteur sont-ils couverts d’huile ? Un guindeau 100 % opérationnel ne vous semble pas une sécurité importante, sous ces latitudes plus encore qu’ailleurs ? … Soyons sérieux et essayons de rester objectif.Il est tout à votre honneur de vouloir défendre votre ami mais je ne pense pas que votre manque d’objectivité l’aide beaucoup, pas plus que pour défendre quelqu’un il vous faille attaquer quelqu’un d’autre (la «crise» du covid19 ne nous aura donc rien appris, pas plus l’acceptation de la différence que l’indulgence, et notre monde ne changera donc pas de si tôt).Pour moi ce récit ne retire rien au beau parcours nautique du propriétaire du bateau que vous mettez en avant, ni même les belles navigations que vous avez partagez avec lui, il me permet simplement d'avoir en tête un certain nombre de points sur lesquels je dois rester vigilant lors de mes propres navigations et c’est là, je trouve, tout l’intérêt d’un partage d’expérience.Merci à l’auteur de l’article pour ce partage, merci au site de nous permettre de lire tant d’aventures, d’informations et d’expériences, merci à tout ceux qui ont commenté d’avoir apporté des informations complémentairesBon vent et bonne mer à tout le monde.
Ajouter un commentaire...

Aventures et mésaventures en Antarctique, enfin la glace ! #Antarctique

glace
Antarctique
Expédition
Pascal Analu - 1 mois
Au vu des commentaires sous les articles précédents de cette aventure, je suis extrêmement choqué par l'attitude de bateaux.com. Je ne sais absolument pas qui dit la vérité, mais face aux doutes émis par les différents témoignages totalement contradictoire de cette aventure; la moindre des décences journalistiques serait (au minimum) de mettre un encart d'avertissement sur le fait que les points de vues semblent diverger (et un droit de retour de l'équipage mis en cause serait également la moindre des choses, comme le fait tout journaliste qui se respecte) Et je tiens à préciser que je ne connais personne dans cette histoire et que c'est la première fois de ma vie que je me permets de commenter un article; mais je suis tellement abasourdie par vos manières (et à mon avis je ne dois pas être le seul) C'est une honte
Laurent Bouquet Des Chaux - 1 mois
Ou le journaliste à fait bien son travail et les commentaires sont parties intégrantes du récit ! Je reconnais là un excellent teasing qui me pousse à revenir sur le site, lire la suite !
Pascal Analu - 1 mois
Vous savez aussi bien que moi que 90% des gens ne lisent pas les commentaires (je suis d'ailleurs moi aussi tombé dessus totalement par hasard). C'est donc bien pour cela que le minimum serait un encart d'avertissement sur le fait que les avis sur cette aventure semblent (fortement) diverger
Ajouter un commentaire...

A quoi sert un journal de bord ? #JournalDeBord

Journal de bord
Formation
Ajouter un commentaire...

publication en 2007, d'un livre "la reconquete des Anglo-normandes", éditions Amalthée à Nantes; (récit de croisière d'un ado romantique) trop "journal de bord" j'ai négligé la promo-vente! souvenirs de mer, après ma retraite suivie de mon divorce. c'est plus grave qu'un coup de vent force8 ! et comme... - Lire la suite

Ajouter un commentaire...

LA ROUTE DU #RHUM - Match dans le match pour Stéphane Le #Diraison

Pour Stéphane Le Diraison, la vie à bord s’est clairement améliorée après un début de Route du Rhum « sauvage ». Il se rapproche de la latitude des Canaries,... - Lire la suite

IMOCA
Stéphane Le Diraison
Route du Rhum
Ajouter un commentaire...

Que mettre dans son #journal de bord ? #réglementation

Journal de bord
Réglementation maritime
Ajouter un commentaire...

Tout savoir sur le #journal de #bord #réglementation

Journal de bord
Réglementation maritime
Philippe Lagarrigue - 31 Octobre 2018
Pour ceux que ça intéresse, je viens d'en créer un, électronique, qui fonctionne sur votre navigateur préféré : http://mikeno.fr/logbook/Logbook.html

Journal de bord

mikeno.fr
Ajouter un commentaire...

#Tour d'Espagne en catamaran sur un Privilège Euphorie Série 5

Privilège Marine
Euphorie
Catamaran
Ajouter un commentaire...

La transat de Rémi, les incontournables quarts - Épisode 5/10

Capitaine Rémi
Journal de bord
Ajouter un commentaire...

Skipper, un journal de bord qui vous suit dans votre iPhone

iOS
iPhone
Application mobile
Dominique Roux-Le Pennec - 05 Février 2016
Croisiériste côtier sur Océanis 350, j'utilise Skipper depuis maintenant deux ans. Cette petite appli, sympa et conviviale, "tout en un" - pas besoin d'ouvrir une appli dédiée à la météo -, me permets de suivre mon parcours et ma vitesse instantanée et de conserver en mémoire mes croisières. Elle me permets aussi de débriefer avec d'autres skippers les options de route choisies en fonction du vent, et de partager avec parents et amis mes bons moments sur l'eau. En résumé, pour moins de 2 euros, avec mises à jour gratuites en plus, Skipper répond entièrement à mon besoin. Bon vent et bonne mer à tous."
Ajouter un commentaire...

Volvo Ocean Race - Journal de bord de la dernière semaine

Ajouter un commentaire...