Tous ActualitésPersonnesBateauxPublicationsPhotosForums
Quille
Quille relevable
Biquille
Quille basculante
Quille pivotante

Faites vos jeux !

Voilà plus de 24 heures que la flotte des IMOCA a éclaté, avec les deux-tiers des concurrents navigant en bordure de la péninsule ibérique tandis que les autres s’en-têtent dans l’ouest vers l’archipel des Açores. Si en Multi50 et en Class40, la course est ce matin assez lisible,... - Lire la suite

Class40
Transat Jacques Vabre
IMOCA
Multi50
Ajouter un commentaire...

Depuis le départ du Havre, hier à 13h15, les 29 IMOCA ont progressé à vive allure et sont très rapidement sortis de la Manche, même si trois duos (Ruyant/Koch, Sorel/Le Brec et Joschke/Lagravière) ont subi des problèmes techniques nécessitant une escale. Déjà bien engagés dans le golfe de Gascogne, les... - Lire la suite

Transat Jacques Vabre
IMOCA
Ajouter un commentaire...

Avaries & Arrêts au stand

Lamotte – Module Création, un des grands favoris à la victoire en Class40, a démâté ce matin au grand large de Roscoff. Luke Berry et Tanguy Le Turquais qui naviguaient par 25 nœuds de vent sur une mer formée, étaient en tête au classement provisoire. Ils sont arrivés... - Lire la suite

Transat Jacques Vabre
Ajouter un commentaire...

L’IMOCA MACSF FAIT UN ARRÊT À LORIENT POUR RÉPARATION AVANT DE POURSUIVRE SA COURSE

A la suite du talonnage à la bouée d’Etretat le 27 octobre, l’équipage en lien avec le team manager a décidé de faire route vers Lorient pour réparer les dégâts causés à la quille. L’IMOCA MACSF reste en course... - Lire la suite

Transat Jacques Vabre
IMOCA
Isabelle Joschke
MACSF
Ajouter un commentaire...

Charlie Dalin et Yann Eliès ont dix ans d’écart et des expériences différentes. Les deux skippers APIVIA évoquent ensemble l’évolution des monocoques.

Charlie Dalin : « L’efficacité des foils était la grande inconnue du précédent Vendée Globe. Il y avait beaucoup de sceptiques; et pourtant cela... - Lire la suite

Yann Eliès
Transat Jacques Vabre
Charlie Dalin
Ajouter un commentaire...

Préparation météo : décryptage avec Kevin Escoffier et Nicolas Lunven

Trois jours, c’est désormais le temps qu’il reste à Kevin Escoffier et Nicolas Lunven avant de s’élancer à l’assaut de leur première transatlantique à bord de l’IMOCA PRB. Alors que l’équipe technique s’affaire aux derniers... - Lire la suite

Transat Jacques Vabre
Routage
Kevin Escoffier
Météo
Ajouter un commentaire...

Dernière semaine au Havre pour Samantha Davies et Paul Meilhat. Déjà une semaine que Sam Davies et Paul Meilhat ont amarré leur Initiatives-Cœur au ponton des IMOCA, quai de la Réunion au Havre, ville départ de la Transat Jacques Vabre Normandie – Le Havre. Dimanche à 13h15, ils s’élanceront aux côtés... - Lire la suite

Samantha Davies
Paul Meilhat
Transat Jacques Vabre
Ajouter un commentaire...
Quille
Ajouter un commentaire...

Il a un sacré palmarès en Figaro Bénéteau, en planche à voile olympique mais paradoxalement Fred Duthil, qui a passé son enfance et son adolescence en Basse-Normandie à Carentan puis Caen, n’a pas si souvent traversé l’Atlantique (deux Transat AG2R La Mondiale, une transat en solitaire) et participera... - Lire la suite

Transat Jacques Vabre
Multi50
Ajouter un commentaire...

Ce jeudi, Clarisse Crémer et Armel Le Cléac’h ont quitté Lorient pour rejoindre Le Havre où aura lieu le départ de la Transat Jacques Vabre. Une nouvelle expérience qui s’annonce riche en enseignements pour la jeune navigatrice, après quatre mois d’entraînement sans relâche. Aujourd'hui, en début d'après-midi,... - Lire la suite

Armel le Cléac'h
Clarisse Crémer
Transat Jacques Vabre
Ajouter un commentaire...

A quinze jours du départ de la Transat Jacques Vabre Normandie Le Havre, Charlie Dalin et Yann Eliès ont le sentiment d’avoir bien fait progresser leur Imoca APIVIA. Le décompte à rebours est lancé, retour à l’essentiel !
Préparer un bateau neuf en trois mois pour aborder une transatlantique, c’est... - Lire la suite

Transat Jacques Vabre
Charlie Dalin
Yann Eliès
Ajouter un commentaire...

A moins de 3 semaines du départ de la Transat Jacques Vabre, Louis Burton et Davy Beaudart effectuent leurs derniers entraînements sur l’IMOCA Bureau Vallée 2. Après deux courses préparatoires, La Rolex Fastnet Race et le Défi Azimut, les deux navigateurs sont plus que jamais convaincus que leur amitié... - Lire la suite

Louis Burton
Transat Jacques Vabre
IMOCA
Ajouter un commentaire...

Blue shad : un leurre souple avec des grosses vibrations #LeurreSouple

Leurre souple
Blue Shad
Flashmer
Ajouter un commentaire...

Coup dur pour le team Made in Midi à un mois du départ de la Transat Jacques Vabre. Alors que le team procédait à un test de jauge, ce mardi, afin de certifier la conformité du Class40 Made in Midi de Kito de Pavant pour la Transat Jacques Vabre, le mât s’est brisé en trois. Un gros coup dur pour toute... - Lire la suite

Transat Jacques Vabre
Class40
Kito de Pavant
Ajouter un commentaire...

#LeurreSouple #PecheEnMer

Flashmer
Leurre souple
Leurre
Ajouter un commentaire...

Rêves de Large sur ses béquilles

Ajouter un commentaire...

Un nom familier de retour dans la #plaisance ! #nautisme #BiLoup #Biquille #WrightonBiLoup

Bi-loup
Rachat
Wrighton
Biquille
Ajouter un commentaire...

Pour rouler en toute #sécurité avec votre bateau sur sa #remorque

Remorque
Maintenance nautique
Entretien
Ajouter un commentaire...

Quille redevable sur un 40 pied. #Jeanneau #SunOdyssey410

Jeanneau
Sun Odyssey
Grand Pavois
Ajouter un commentaire...

Charal s’impose en Imoca sur la ligne de la Rolex Fastnet Race

Les Imoca 60 sont connus dans le monde entier pour naviguer sur le célèbre Vendée Globe, et ils sont venus en nombre participer à la Rolex Fastnet Race car cette épreuve, courue en double, leur permet de naviguer dans des conditions... - Lire la suite

Rolex Fastnet Race
IMOCA
Ajouter un commentaire...
Manot Berger
Suivre

A publié dans le forum Atlantis 340

Bonjour, je suis possesseur d'un Atlantis 340, coque Alu construit par les chantiers dujardin en 1992. Je le navigue en Suisse, sur le lac en attendant de le mettre en mer par la suite. J'ai au total navigué sur une bonne dizaine de voiliers différents donc mon expérience n'est pas des plus vaste. Mais pour ce qui concerne l'atlantis, je dirais qu'il est très bien équilibré, et à moins d'être surtoilé, la barre est très légère et la route stable. Pas de souci particulier à noter pour la stabilité par vent arrière, si ce n'est qu'en dessous de 5 nœuds de vent l'autopilote a tendance à ne pas être suffisamment réactif. Un autre propriétaire m'a d'ailleurs dit qu'en cas de houle, par vent arrière, la quille relevée permettaient au bateau de glisser sur la pente descendent des vagues sans crocher, et du coup ce serait selon lui plus confortable et sécurisant.
Je fais 40° au près, vent apparent. Le bateau part à partir de 2 nœuds de vent environ. Et par 10 -12 nœudsvent je tiens 5-6 nœuds au près sans souci. Ma meilleure vitesse était avec un env. 15 nœuds de vent, un ris dans la gv, au près: 7.1 noeuds

Tout d’abord, il faut que tu enlève la rouille, tu rinces ta quille à l’eau douce, plusieurs fois durant deux à trois jours pour enlever le sel, qui va ressortir ,puis, tu laisses sécher, il faut compter deux à trois jours, ensuite tu appliques le M501 pénétrant ni-composant puis , une résine Epoxy, ni-composante, weste System, deux couches, puis interface , M501, puis ton anti salissure que tu as choisis.

et reprendre une couche d'epoxy ?

Ajouter un commentaire...

Un #chantier d'un an pour #Rêvuha

Sun Shine
Chantier naval
Refit
Ajouter un commentaire...

Un #chantier maison pour le #voilier Rêvuha

Sun Shine
Chantier naval
Refit
Ajouter un commentaire...

bonjour a toutes et tous, je suis un mordu de peche en mer de preferance hauturriere ne preleve que les poissons que ma famille et moi mangeons en peroide de reproduction on les laisse tranquille . le travail me prend trop de temp ce qui ne me permet pas de navigue que je desir .

Ajouter un commentaire...

A 12h15 ce mercredi 26 juin, Armel Le Cléac’h s’est emparé à Dieppe de la 2e place de la quatrième et dernière étape de la Solitaire Urgo Le Figaro, après 3 jours et 20 heures de mer. Passé à 38 secondes de la victoire d’étape, le skipper de Banque Populaire termine 10e au classement général de cette... - Lire la suite

Armel le Cléac'h
Figaro 3
Solitaire du Figaro
Ajouter un commentaire...

Solitaire du Figaro. Tout a commencé à partir en vrille lorsque la brise s’est retirée du jeu sous les coups de minuit : le gros de la flotte décalée au large, s’est retrouvé englué dans un trou de vent tandis que les quatre solitaires longeant la terre, progressaient encore contre la marée descendante.... - Lire la suite

Solitaire du Figaro
Ajouter un commentaire...

Bonjour,
Je retape mon flush, savez vous si la quille du flush est en plomb ou en fonte ?

Ajouter un commentaire...

Gildas Morvan et Niji seront sur la 4ème étape de la 50ème Solitaire Urgo Le Figaro !

Quelle histoire et que de rebondissements depuis le départ le 2 juin de Nantes… Arrivé en 33èmeposition à Kinsale en Irlande, Gildas dévoilait son aventure rocambolesque sur cette première étape de la Solitaire... - Lire la suite

Figaro 3
Solitaire du Figaro
Ajouter un commentaire...
François-Xavier Ricardou
Suivre

A publié dans le forum Changement de motorisation sur mon gm560..

Bonjour et bienvenue, Oui la quille perturbe l'hélice. Sur ce type de coque, il faut mettre la plaque anti cavitation plus basse que le fond de coque. Mais au final ça fonctionne. tu nous envoies des photos de ta modification ?

Une solution intégrée et facile à installer pour être tranquille même loin de son #bateau #ZigBoat #VDMReya

VDM-Reya
Hors-série Equipement technique
ZigBoat
Ajouter un commentaire...

Les enseignements de la Bermudes 1000 Race 2019Il reste encore un concurrent en mer dans la 2ème édition de la Bermudes 1000 Race, le Belge Denis Van Weynbergh attendu jeudi sur la ligne d’arrivée à Brest. Remportée vendredi dernier par Sébastien Simon (en 7 jours, 17 heures et 34 minutes) devant Yannick... - Lire la suite

IMOCA
Ajouter un commentaire...

Course de vitesse sur la route des Açores

Les 17 concurrents de la Bermudes 1000 Race Douarnenez-Brest se doutaient que cette épreuve de 2000 milles serait complète et complexe. Ils ne sont pas déçus ! Après une première partie de course tactique mais peu ventée pour monter au phare du Fastnet,... - Lire la suite

Bermudes 1000 Race
IMOCA
Sébastien Simon
Samantha Davies
Yannick Bestaven
Maxime Sorel
Ajouter un commentaire...

Des bon conseils avant la remise à l'eau #Hors-Série

Entretien
Hors-série mise à l'eau
Ajouter un commentaire...

Depuis le 8 avril et la mise à l’eau du monocoque de 60 pieds Imoca V and B – Sailing Together, l’équipe emmenée par le navigateur cancalais Maxime Sorel n’a pas chômé et a procédé en mer à de nombreux tests techniques du Plan VPLP – Verdier afin qu’il soit prêt pour les deux premières compétitions de... - Lire la suite

IMOCA
Ajouter un commentaire...
bonjour je possède un first 285 quille a ailette depuis octobre 2018 rien a dire super bateau performant et habitable pour la taille a conseiller au bon tarif qui je trouve est un peu élevée
Guy gnou
Suivre

A publié dans le forum First 285

Je n'ai pas encore de bateau mais je navigue ponctuellement sur un first 325 avec une association.
Mon objectif dès que possible est d'acheter un voilier autour de 8 m et actuellement je trouve le first 285 le plus à mon gout.
Avez vous un avis sur le sujet.
Guy

Sardinha Cup : un bilan positif

Ce samedi, peu avant 7h30, Yann Eliès et Sam Davies se sont adjugés la troisième et dernière étape de la Sardinha Cup, remportant du même coup la victoire au classement général de l’épreuve.

De leur côté, Pierre Leboucher et Erwan Tabarly ont, certes,... - Lire la suite

Sardinha Cup
Figaro 3
Ajouter un commentaire...

Je vends mon Miniou 570, Chantier ESPACE VAG Concarneau, année 1999.
Long : 5.70 m, Larg : 2.45 m , Poids 850 kg dont 320 Kg dans la quille
relevable , Tirant d'eau 0.30 / 1,10 m .
Voiles : GV lattée en bon état de 2015 dacron haute qualité, Spi Asy en bon
état. Lazy Bag de GV de 2011,... - Lire la suite

Ajouter un commentaire...
Dominig ar Foll
Suivre

A publié dans le forum Retour expérience southerly 110 rs35 by northshore - s110 - rs35

1) Ma configuration

J'ai acheté mon bateau, un S110 de 2008 il y a 2.5 ans, depuis ce temps j'ai eu l'occasion de le ramener de UK, faire le tour de la Bretagne deux fois, repartir au nord de l'Ecosse et revenir dans le Morbihan en passant par la Vendée, disons plus de 200 jours à bord et plus de 3000mn dont plus de 60% en solitaire.J'ai choisi un S110 avec un gréement en tête et le mat long. C'est personnel, je n'aime pas les focs autovireur.Les voiles d'origines étaient correctes sans plus, je les ai changées pour des voiles en Pentex de chez Sail Concept à Theix. Le reste des équipements d'origine est de première classe, Selden, Lewmar, ...Au niveau des modifications, à part les voiles, un bout dehors, un étais largable et un portiques avec éolienne et panneaux solaires, je n'ai rien changé.Le bateau était équipé d'une hélice 3 pales drapeau et d'un propulseur d'étrave. deux options que je considère indispensables car, si la position de l'hélice est bien optimisée pour échouer, elle reste très mal placée pour les manœuvres de port. Il faut donc manœuvrer assez vite (3 pales drapeaux offre un arrêt presque sur place) et en marche arrière sans le propulseur on va, le plus souvent, seulement tout droit.Toutes les coques des Southerly S110 RS35 sont pré-coupées pour un propulseur et un chauffage à air pulsé, ce n'est donc pas des options compliquées à ajouter si elle ne sont pas présentes.

2) En navigation sous voile

La quille rétractable permet d'avoir les mêmes performances d'un quillard de même taille, c'est un bateau qui remonte très bien au près. Par contre avec son poids il ne partira jamais au planning.En dessous de 5kn de vent vrai, il vaut mieux mettre le moteur sauf si ont veut pécher.Entre 5kn et 10kn, on avance à la moitié de la vitesse vent. Sa zone la plus sympa est entre 10 et 13kn de vent vrai. On se retrouve entre 6 et 6.5kn entre le travers et un près bon plein.A partir de 15kn de vent vrai, il vaut mieux prendre un ris au près car on va aussi vite et c'est plus confortable.Il faut abuser beaucoup avant qu'il parte au lof. Je dirais, avoir 2 ris de trop dehors. C'est bien pratique pour passer les rafales, mais on y perd en confort bien sûr. Les ris se prennent du Cockpit, il n'y a donc pas d’excuse pour ne pas le faire à temps.La vitesse de coque est de 7,41kn, en survitesse avec de la gîte, on peut atteindre 8kn mais pas plus. En pratique je fais 6kn/6,5kn de moyenne.Au portant il est possible de relever la quille (il est homologué en Catégorie A avec quille basse comme relevée). Cette astuce permet de stabiliser le bateau en évitant l'effet croche pied. J'ai traversé la Manche cet été avec 25/30kn de vent arrière à 5 degrés du vent sous pilote (7,5kn de moyenne sur la traversé). Mon équipier Irlandais n'en revenais pas. Il est vrai que le gréement en tête offre une ouverture de voile bien plus sûr au vent arrière qu'un gréement fractionnel avec des barre de flèches poussantes qui bloquent la baume trop en arrière.Pour le petit temps au portant, il faut une voile légère. J'ai un spi Asymétrique assez plat. J'ai hésité avec un Géneker, Je ne sais toujours pas si j'ai fais le bon choix. Ca m'offre en 0,5 et 1kn de plus entre 4 et 10kn de vent vrai.A partir de 18/20kn, je mets ma trinquette (arisable) sur mon étais largable, car je n'aime pas naviguer avec un génois roulé. Je n'ai pas encore eu l'occasion de prendre un ris sur ma trinquette, de sortir mon tourmentin, ni de prendre mon 3ème ris, je pense qu'il faudrait plus 35kn continu de vent vrai pour avoir à la faire.Le mat haut est livré avec un rail d'écoute dans le carré devant la barre. Pratique pour les réglages fins mais pas du tout pour mettre un table pour l'apéro. Le gréement standard se permet d'avoir un rail d'écoute devant la descente. Je pense qu'on pourrait bouger le rail sans problème sur le gréement haut, mais j'aime bien la finesse de réglage offerte par la position reculée de mon rail et je ne suis pas un grand fan de l'apéro.

3) Navigation sous moteur

Le moteur est un Yanmar 30YM, un 3 cylindres de 30CV. Il y a eu quelques unités vendues en 2012 avec un 40CV.Avec mon hélice drapeaux 3 pales Bronton, que j'ai réglée un peu plus courte que d'origine, je monte à 6,5kn par 20kn de vent de face avec des vagues de 1,5/2m à 3400tr/mn, ce qui me permets de sortir du Golfe du Morbihan à presque n'importe quelle heure.En motor-sail à 2500tr/mn j'avance à 5/5,5kn avec un vent de 12kn de face et des vagues de 1m. Dans ce mode je consomme 2,5l/heure.Le réservoir faisant 180l, c'est assez pour traverser le Golfe de Gascogne au moteur si besoin.Le moteur est bien isolé et ne passe pas d'odeur dans la cabine. Sa boite en bois est entièrement démontable, ce qui offre un accès de rêve au moteur par l'avant, l'arrière et les côtés. Mon mécanicien adore.

4) Navigation dans les vagues

Le S110 comme son frère le RS35, passent très bien dans la vague. La position de la barre et la forme du Cockpit offre une protection comparable à un Cockpit central (je navigue de temps en temps avec le HR37 de mon frère jumeau).On reste au sec même par mauvais temps. L'étrave ne plonge pas sous l'eau mais ne rebondi pas non plus et la forme de la coque fait que les brisures de vagues ne viennent pas dans le cockpit.Cet été nous avons passé Lands End à la pointe Ouest de la Cornouaille Anglaise avec 2,5/3m de vagues et 30/35kn de vent réel en restant au sec.Restons honnête, il n'est pas facile de cuisiner ou d'aller aux toilettes dans ces conditions.Par très mauvais temps il est possible de faire la veille de l'intérieur car il y a une vue avant de la table à carte et aussi pour les 110, de la cuisine.La barre est très neutre,ce qui est reposant pour le barreur comme pour le pilote mais il n'y a pas contre quasiment aucune impression de barre. Les RS35 on une roue un peu plus grande (les portes des coffres sont différente) ce qui doit être un peu plus confortable. Utilisant le pilote 90% du temps, c'est pas vraiment mon problème.

5) La quille relevable et échouage

Il faut le dire, c'est génial.Echouer un bateau de 8 tonnes (7,5 lège) demande un peu d'attention aux détails. Il faut bien faire attention à avoir assez d''eau pour repartir le lendemain, car il n'est pas question de venir avec 3 copains pour le porter où il y a de l'eau.Donc, si il y a du courant (rivière) prévoir deux ancres. La semelle en fonte et la protection de quille prendront soin des petits (ou gros) cailloux que vous n'aurez pas vu en arrivant à marée haute. Comme il pose à plat vous ne risquez pas de tomber même si le sol est très en pente (mais la nuit sera tout de même bien moins confortable). Le bateau craque quant il pose, ce qui est logique car les force s'inversent passant de la compression à l’extension mais n'en reste pas moins surprenant.Mais la quille relevable permet bien plus que d'échouer. Elle offre des places dans les ports ou au mouillage quand il sont pleins en été comme à l'île de Man, Groix ou aux Glénan. Elle vous permet aussi de passer les seuils dès leurs ouvertures, vous donnant 1 ou 2 heures d'avance sur les copains pour prendre les bonnes places.Bien sûr pour les petits travaux, pas besoin de grue, une simple cale d’échouage suffit. C'est moins cher dans votre port et la seule solution dans des contrées sans infrastructure mais avec un peu de marnage, comme le nord de l'Ecosse ou de la Norvège.

6) Vie à bord

Ce sont des bateaux prévus pour naviguer en couple avec des visiteurs de temps en temps. Il sont homologués pour 7 adultes en Catégorie A et offrent 7 couchages. Je considère qu'au dessus de 5 à bords on est un peu à l'étroit en particulier dans le cockpit. Le S110, en particulier, est particulièrement bien adapté à la navigation en solitaire.Ici les S110 et le RS35 sont très différents.Le S110 est un Pilot Salon.optimisé pour la navigation avec un vue avant de la table à carte comme de la cuisine. Des toilettes proches de la descente. C'est idéal en navigation solitaire, ce que je pratique beaucoup.Le RS35 avec son Salon de Pont offre un carré avec une vue imprenable mais une cuisine et des toilettes plus difficiles d'accès en mer. La table à carte offre comme sur le S110, une vue avant pour des quarts au chaud.Ce sont des bateaux très lumineux, les vitres sont en vrai verre avec une couche demi teinte. La visibilité vers l'extérieure est parfaite (pas comme avec du plexi) et de dehors, on ne voit pas du tout à l'intérieur (sauf la nuit quand la cabine est éclairée). Les vitres ne sont pas en double vitrage, c'est le seul endroit du bateau où il peut y avoir de la condensation (j'ai des rideaux coulissants).La descente est raide et j'impose à tous mes visiteurs de la prendre en marche arrière (comme avec un échelle) et a une marche de plus que mon précédent bateau (Océanis 31).En suite à bord, il y a des marches pour l'accès au carré, aux toilettes et aux chambres. Il faut s'y faire et être prudent en mer quand il y a des vagues.Sur le S110 la table tourne pour faciliter l'accès, ce qui en mer interdit de l'utiliser comme un point fixe. On tient facilement à 6 autour et avec son extension (cachée dans une penderie de la chambre) on peut aller jusqu'à 9. Du carré on a vue sur l'eau par 4 fenêtres basses (2 sur les modèles à foc auto-vireurs). Sur le RS35 la table est bien plus petite et je dirais que le max est 4/5 personnes autour, avec une sixième sur la table à carte en face.La chambre du propriétaire est à l'arrière. Elle fait toute la largeur du bateau et offre un grand lit, un bureau deux penderies, un grand tiroir, trois petits et autres rangement.Comme le bateau est profond, il y a de la place pour des coffres profonds dans plusieurs endroits, il est facile d'y loger beaucoup de nourriture qui étant près de l'eau reste fraîche. Le compresseur du frigo (lui même est très bien isolé) bénéficie d'une position similaire, ce qui réduit sa consommation électrique.Sur S110, les toilettes sont "en suite", ce qui en anglais veut dire qu'on y accède directement de la chambre. En pratique il y a une double porte. A l'usage c'est bien plus utile que je ne l'aurais pensé car avec des personnes qui dorment dans le carré, ça offre un accès sans les réveiller.Je n'utilise pas la douche à bord plus que les tours dans mon génois, mais le fait qu'il y ai une pompe et une sortie de chauffage, m'offre un séchoir de première classe.

7) L'image pour vos visiteurs

Je n'ai pas vu une seule personne venir à bord et ne pas être favorablement impressionnées. La lumière, les boiseries, les finitions et les détails (comme le bureau dans la chambre) donnent une superbe première impression.Comme en navigation, il avance plutôt bien, certains S110 ont même gagnés des régates dans leur classe, moi même je suis arrivés au tour de Belle Île 20017 au milieux de la flottes des 31.7 au grand dam de mon voisin de ponton qui est arrivé 10mn après moi alors qu'il avait vidé son 31.7 de tout accessoire pour aller plus vite.C'est un bateau qui plaît, il ne vous fera pas honte. Il en impose comme on dit. On vient vous dire bonjour sur les pontons pour papoter.

8) Ce que j'ai changé

J'ai ajouté une batterie moteur de 75A/h pour dédier les 3*110A/h au service. Il y a de la place près de la pompe de cale.J'ai mis un étais largable textile et un bout dehors amovible (copie de celui d'origine).J'ai mis un portique avec des panneaux solaires et une éolienne. L’éolienne est un luxe assez inutile je dois reconnaître mais je ne savais pas à l'époque (sauf si vous aimez les mouillages avec +13kn de vent, ou le près dans +13kn de vent, elle produit moins de courant qu'un simple panneau solaire, a parti de 20kn vous pouvez vendre du courant au voisins).Ayant un inverseur pour avoir du 240V au mouillage, je suis passé au moteur électrique pour mon annexe (contrairement à l’éolienne, une idée géniale).J'ai ajouté deux mini boites à dorade (Plastimo) dans la chambre avant.J'ai mis un anti fouling Copper Coat, avec la possibilité d'échouage c'est super car la ré-activation peut être faite sans problème.

9) Ce que j'aimerai change

a) Le circuit des toilettes et de la boite à eaux noires est long et stupide. Certains propriétaires ont déplacé la boite à eau noire pour la mettre au niveau du placard pour les cirée mouillés dans les toilettes. Une bonne idée mais un vrai travail alors que le système marche sans réel problème depuis 2,5 ans.
b) Un deuxième réservoir de fuel. 180l c'est pas mal mais 250l serait mieux pour traverser l'atlantique. En bougeant la boite à eaux noires c'est possible mais temps que je reste en Europe, ça n'est pas indispensable.
c) Une aération de plus dans le carré. Il y a beaucoup de vitres, c'est bien mais quand le soleil tape, il fait chaud. Pas si simple à faire car il y a peu de zones plates, en clair possible mais compliqué. Ca reste donc à l'état d'idée.Plus simplement, des points d'attache autour des vitres avants avec des protections extérieures serait sans doute indispensables pour aller dans les pays chauds, en Ecosse et en Irlande on peut faire sans.
d) Un propulseur arrière. Les manœuvres en particulier dans les écluses ne sont pas toujours simples car il n'y a, ni 'pas' d'hélice, ni coup de fouet. Un montage pour mon moteur électrique de mon annexe ne tente à chaque fois que je vais dans une écluse puis l'idée disparaît de ma liste de tâches, dès que je suis en mer.

11) Achat

Il y a peu de Southerly à vendre dans l'hexagone, un achat à l'étranger reste donc la solution la plus simple. En particulier en UK et NL qui ne sont pas loin, restent en Europe avec un TVA connue, une homologation commune et une tradition de bon entretient.Acheter un bateau à l'étranger n'est pas compliqué mais il faut parler anglais. Le reste des paperasses, se fait sans grandes difficultés. En cas de doute faite vous aider par un pro.La livre est basse comme le moral de anglais, c'est donc une bonne période.

12) Associations de propriétaires

La Southerly Owner Association (SOA) est assez active. Elle accepte les non propriétaires pour leurs zone "For Sale". Les échanges techniques sont assez efficaces en particuliers pour les bateaux populaires comme le S110.

Pas de plan B pour Thomas Ruyant : "je serai au départ du Vendée Globe 2020" En début de semaine, Thomas Ruyant s’est rendu à Bergame (Italie) au chantier Persico, pour constater l’état d’avancement de son futur IMOCA, un plan Verdier qui devrait être transféré à Lorient en juin prochain avant son lancement... - Lire la suite

Thomas Ruyant
IMOCA
Vendée Globe
Ajouter un commentaire...