Vie à bord
Tous ActualitésPersonnesBateauxPortsPublicationsPhotosForums

1 fiche technique de bateau

Iroise 46
Voir toutes les fiches techniques

1 guide marine de port de plaisance

Saint-Gilles-Croix-de-Vie - Port-La-Vie
Voir toutes les fiches techniques

2 Membres sur Yacht-Club.com

Voir toutes les personnes

Un yacht de 30 m avec un aménagement extérieur innovant pour #Ferretti

Ferretti Yachts
Ajouter un commentaire...

À bord des frégates, un exercice d’illustration par deux grands amateurs de marines en bois #BeauLivre

Bibliothèque
Frégate
Ajouter un commentaire...

Aménagements et vie à bord  du Silent Yachts 55 E-power+, tout le confort d’un yacht de luxe #SilentYachts

Silent Yachts
Essai bateau
Propulsion électrique
Catamaran
Ajouter un commentaire...

Aménagements et vie à bord du Solaris 55,  le chic plus ultra #Solaris

Solaris
Essai bateau
Ajouter un commentaire...

Baignade, pêche, vie à bord et... déconvenue #nomadcitizensailing

Nomad Citizen Sailing
Ajouter un commentaire...

Plus de 60 noeuds de vent au sud du 40e pour Hugo et son équipage #CRWR2020

The Sailing Frenchman
Clipper Round the World
Ajouter un commentaire...

Comment aménager 4 cabines dans moins de 10 m ? #Aventura10Power

Aventura Catamarans
STGI
Essai bateau
Catamaran
Ajouter un commentaire...

La #cambuse en #navigation : l'#organisation et les #astuces

Cuisine a bord
Gastronomie
Croisière familiale
Ajouter un commentaire...

La #cambuse en navigation : le #plaisirdecuisiner, la #sécurité et la gestion des #déchets

Cuisine a bord
Vie à bord
Gastronomie
Croisière familiale
Ajouter un commentaire...

Aménagements et vie à bord de l’Océanis 30.1, le confort au rendez-vous #Bénéteau #Essai

Essai bateau
Bénéteau
Océanis
Ajouter un commentaire...

Vie portuaire sur Nomad Citizen Sailing #Websérie

Espagne
Nomad Citizen Sailing
Ajouter un commentaire...

Nomad Citizen Sailing arrive à Aguadulce en Espagne #Escale

Nomad Citizen Sailing
Espagne
Philippe Guillemin - 4 mois
c est quoi l interet ? a pleurer ; so bad I could cry
Ajouter un commentaire...

Aménagements et vie à bord du Pardo 38, deux cabines pour la croisière familiale #Pardo

Chantier Del Pardo
Essai bateau
Ajouter un commentaire...

Martin Le Pape et Yann Eliès : un duo pour la gagne. Habituellement peu enclin à dévoiler ses objectifs, Martin Le Pape l’annonce cette fois fort et clair : il vise un podium, et pourquoi pas la victoire, dans la prochaine édition de la Transat AG2R La Mondiale, dont le coup d’envoi sera donné le 19... - Lire la suite

Yann Eliès
La Transat AG2R La Mondiale
Ajouter un commentaire...

Navigation tropical, comment éviter le cafard à bord #Nuisibles

Cafard
Entretien
Vie à bord
Ajouter un commentaire...

Vie à bord d'un voilier en course : nouveau départ dans la Clipper Round World Race 2019-20 #TheSalingFrenchman

The Sailing Frenchman
Clipper Round the World
Ajouter un commentaire...

Essai du voilier Lagoon 46, un croiseur au long cours qui allonge la foulée #EssaiLagoon

Catamaran
Lagoon
Essai bateau
Ajouter un commentaire...

Je cherche un ou deux équipiers pour un convoyage de La Rochelle à Athènes .

Vous participez aux tâches à bord, navigation et vie à bord.

Je prends en charge la moitié de votre vol retour.

Disponible par wifi Aléatoire jusqu a lundi.
Cordialement
Michel

Ajouter un commentaire...

Envie d'embarquer #Belem ? Découvrez une semaine à bord

Fêtes Maritimes de Brest
Belem
Stages
Ajouter un commentaire...

Prestige 460 Flybridge #Aménagements et vie à bord

Prestige
Essai bateau
Ajouter un commentaire...

Arrivée de Brest Atlantiques. Interview de François Gabart : « Je n’avais jamais connu ça. »

Quel est ton état d’esprit général, à l’arrivée de cette première Brest Atlantiques ?

François Gabart : « Je suis content de terminer ! Même si on est toujours très bien en mer, ça fait... - Lire la suite

François Gabart
Brest Atlantiques
Ajouter un commentaire...

Vainqueurs de « Brest Atlantiques » après un peu moins de 29 jours de mer, Franck Cammas et Charles Caudrelier, accompagnés du media man Yann Riou, ont été fêtés par les Brestois à leur arrivée mercredi en fin de matinée au ponton de la Recouvrance, quai Malbert. Un accueil que les deux marins ont apprécié,... - Lire la suite

Charles Caudrelier
Brest Atlantiques
Ultim
Edmond de Rothschild
Franck Cammas
Ajouter un commentaire...

Le Maxi Edmond de Rothschild en tête à Robben Island

Et de deux ! A 20h16, heure française, ce mercredi 20 novembre, le Maxi Edmond de Rothschild enroulait en tête Robben Island, la seconde marque de parcours de la Brest Atlantiques. Franck Cammas et Charles Caudrelier confirment ainsi leur leadership... - Lire la suite

Brest Atlantiques
Maxi Edmond de Rotschild
Ajouter un commentaire...

Gough Island dans le viseur
Ralenti dans la nuit de samedi à dimanche dans une zone de vents moins forts, le Maxi Edmond de Rothschild a repris de la vitesse dimanche, ce qui lui a permis de recreuser un peu d’écart sur ses poursuivants, dans l’ordre le trimaran MACIF, Sodebo Ultim 3 et Actual Leader.... - Lire la suite

Brest Atlantiques
Ultim
Maxi Edmond de Rotschild
Sodebo-Ultim
Actual Leader
Trimaran Macif
Ajouter un commentaire...

APIVIA, les déclarations des vainqueurs de la Transat Jacques Vabre. « Je ne pouvais pas faire mieux ». Victorieux dès sa première course en Imoca, sur un bateau neuf, Charlie Dalin a ajouté une ligne majeure à son palmarès. Pour son co-skipper, Yann Eliès, cette troisième victoire sur la Transat Jacques... - Lire la suite

Transat Jacques Vabre
IMOCA
Charlie Dalin
Yann Eliès
Ajouter un commentaire...

Premiers empannages, premier répit

Après plus de deux jours de mer, les quatre trimarans engagés sur Brest Atlantiques évoluent quasiment à la latitude des Canaries, cap au sud dans un alizé moyen et une mer qui s’est désormais bien aplanie. Et si l’irrégularité de l’alizé oblige les marins à... - Lire la suite

Brest Atlantiques
Ultim
Ajouter un commentaire...

TRANSAT JACQUES VABRE MULTI50 GROUPE

La flotte de la 14e Transat Jacques Vabre Normandie Le Havre s’étire ce dimanche matin sur 1000 milles (1 852 km) du premier Multi50 Groupe GCA – Mille et un sourires au dernier Class40 Terre Exotique… Les plus rapides ont déjà la moitié de la course dans... - Lire la suite

Gilles Lamiré
Multi50
Transat Jacques Vabre
Ajouter un commentaire...

Petits tracas, grosse satisfaction

A RETENIR :

Kevin Escoffier et Nicolas Lunven ont résolu deux soucis techniques (dessalinisateur et moteur)
PRB dans le groupe de tête à la 6è positionAprès 48 heures de course, Kevin Escoffier et Nicolas Lunven à bord de PRB prouvent toute la force... - Lire la suite

Transat Jacques Vabre
PRB
IMOCA
Nicolas Lunven
Ajouter un commentaire...

Advens for Cybersecurity en course et opérationnel !

Thomas Ruyant et Antoine Koch ont observé dès dimanche soir un arrêt « réglementaire » de 4 heures, sur un coffre à l’abri de la rade de Cherbourg, après avoir très rapidement récupéré de quoi réparer leur souci de vérin de pilote. Tout est... - Lire la suite

Transat Jacques Vabre
IMOCA
Thomas Ruyant
Ajouter un commentaire...

Charlie Dalin et Yann Eliès ont dix ans d’écart et des expériences différentes. Les deux skippers APIVIA évoquent ensemble l’évolution des monocoques.

Charlie Dalin : « L’efficacité des foils était la grande inconnue du précédent Vendée Globe. Il y avait beaucoup de sceptiques; et pourtant cela... - Lire la suite

Yann Eliès
Transat Jacques Vabre
Charlie Dalin
Ajouter un commentaire...

L’exigence à son sommet

Dimanche à 13 h 15, les 59 duos (et non plus 60 depuis le retrait ce matin de l’IMOCA Fortil) s’élanceront du Havre à l’assaut de l’Atlantique pour l’événement phare de leur saison, toutes classes confondues : La Transat Jacques Vabre Normandie Le Havre.

4 350... - Lire la suite

Transat Jacques Vabre
IMOCA
Ultim
Multi50
Course au large
Ajouter un commentaire...

Le #Neel47 : trois coques pour deux #trimaran #croisière

Neel Trimarans
Trimaran
Ajouter un commentaire...

Ce mercredi 21 août, Kito de Pavant et Achille Nebout, sur le Class40 « Made in Midi » prendront le départ de la « Palermo – Montecarlo », grande classique méditerranéenne de 500 milles entre Sicile et Monaco. En fait, ce sera la première fois que le duo qui prépare la prochaine Transat Jacques Vabre,... - Lire la suite

Kito de Pavant
Class40
Ajouter un commentaire...

A chaque activité du bord son #chantmarin

Marine traditionnelle
Chant marin
Histoire maritime
Ajouter un commentaire...

Course de vitesse sur la route des Açores

Les 17 concurrents de la Bermudes 1000 Race Douarnenez-Brest se doutaient que cette épreuve de 2000 milles serait complète et complexe. Ils ne sont pas déçus ! Après une première partie de course tactique mais peu ventée pour monter au phare du Fastnet,... - Lire la suite

Bermudes 1000 Race
IMOCA
Sébastien Simon
Samantha Davies
Yannick Bestaven
Maxime Sorel
Ajouter un commentaire...

On établit des règles et on les fait participer ! #croisiere avec #enfants

Trucs et astuces
Croisière
Ajouter un commentaire...
Dominig ar Foll
Suivre

A publié dans le forum Retour expérience southerly 110 rs35 by northshore - s110 - rs35

1) Ma configuration

J'ai acheté mon bateau, un S110 de 2008 il y a 2.5 ans, depuis ce temps j'ai eu l'occasion de le ramener de UK, faire le tour de la Bretagne deux fois, repartir au nord de l'Ecosse et revenir dans le Morbihan en passant par la Vendée, disons plus de 200 jours à bord et plus de 3000mn dont plus de 60% en solitaire.J'ai choisi un S110 avec un gréement en tête et le mat long. C'est personnel, je n'aime pas les focs autovireur.Les voiles d'origines étaient correctes sans plus, je les ai changées pour des voiles en Pentex de chez Sail Concept à Theix. Le reste des équipements d'origine est de première classe, Selden, Lewmar, ...Au niveau des modifications, à part les voiles, un bout dehors, un étais largable et un portiques avec éolienne et panneaux solaires, je n'ai rien changé.Le bateau était équipé d'une hélice 3 pales drapeau et d'un propulseur d'étrave. deux options que je considère indispensables car, si la position de l'hélice est bien optimisée pour échouer, elle reste très mal placée pour les manœuvres de port. Il faut donc manœuvrer assez vite (3 pales drapeaux offre un arrêt presque sur place) et en marche arrière sans le propulseur on va, le plus souvent, seulement tout droit.Toutes les coques des Southerly S110 RS35 sont pré-coupées pour un propulseur et un chauffage à air pulsé, ce n'est donc pas des options compliquées à ajouter si elle ne sont pas présentes.

2) En navigation sous voile

La quille rétractable permet d'avoir les mêmes performances d'un quillard de même taille, c'est un bateau qui remonte très bien au près. Par contre avec son poids il ne partira jamais au planning.En dessous de 5kn de vent vrai, il vaut mieux mettre le moteur sauf si ont veut pécher.Entre 5kn et 10kn, on avance à la moitié de la vitesse vent. Sa zone la plus sympa est entre 10 et 13kn de vent vrai. On se retrouve entre 6 et 6.5kn entre le travers et un près bon plein.A partir de 15kn de vent vrai, il vaut mieux prendre un ris au près car on va aussi vite et c'est plus confortable.Il faut abuser beaucoup avant qu'il parte au lof. Je dirais, avoir 2 ris de trop dehors. C'est bien pratique pour passer les rafales, mais on y perd en confort bien sûr. Les ris se prennent du Cockpit, il n'y a donc pas d’excuse pour ne pas le faire à temps.La vitesse de coque est de 7,41kn, en survitesse avec de la gîte, on peut atteindre 8kn mais pas plus. En pratique je fais 6kn/6,5kn de moyenne.Au portant il est possible de relever la quille (il est homologué en Catégorie A avec quille basse comme relevée). Cette astuce permet de stabiliser le bateau en évitant l'effet croche pied. J'ai traversé la Manche cet été avec 25/30kn de vent arrière à 5 degrés du vent sous pilote (7,5kn de moyenne sur la traversé). Mon équipier Irlandais n'en revenais pas. Il est vrai que le gréement en tête offre une ouverture de voile bien plus sûr au vent arrière qu'un gréement fractionnel avec des barre de flèches poussantes qui bloquent la baume trop en arrière.Pour le petit temps au portant, il faut une voile légère. J'ai un spi Asymétrique assez plat. J'ai hésité avec un Géneker, Je ne sais toujours pas si j'ai fais le bon choix. Ca m'offre en 0,5 et 1kn de plus entre 4 et 10kn de vent vrai.A partir de 18/20kn, je mets ma trinquette (arisable) sur mon étais largable, car je n'aime pas naviguer avec un génois roulé. Je n'ai pas encore eu l'occasion de prendre un ris sur ma trinquette, de sortir mon tourmentin, ni de prendre mon 3ème ris, je pense qu'il faudrait plus 35kn continu de vent vrai pour avoir à la faire.Le mat haut est livré avec un rail d'écoute dans le carré devant la barre. Pratique pour les réglages fins mais pas du tout pour mettre un table pour l'apéro. Le gréement standard se permet d'avoir un rail d'écoute devant la descente. Je pense qu'on pourrait bouger le rail sans problème sur le gréement haut, mais j'aime bien la finesse de réglage offerte par la position reculée de mon rail et je ne suis pas un grand fan de l'apéro.

3) Navigation sous moteur

Le moteur est un Yanmar 30YM, un 3 cylindres de 30CV. Il y a eu quelques unités vendues en 2012 avec un 40CV.Avec mon hélice drapeaux 3 pales Bronton, que j'ai réglée un peu plus courte que d'origine, je monte à 6,5kn par 20kn de vent de face avec des vagues de 1,5/2m à 3400tr/mn, ce qui me permets de sortir du Golfe du Morbihan à presque n'importe quelle heure.En motor-sail à 2500tr/mn j'avance à 5/5,5kn avec un vent de 12kn de face et des vagues de 1m. Dans ce mode je consomme 2,5l/heure.Le réservoir faisant 180l, c'est assez pour traverser le Golfe de Gascogne au moteur si besoin.Le moteur est bien isolé et ne passe pas d'odeur dans la cabine. Sa boite en bois est entièrement démontable, ce qui offre un accès de rêve au moteur par l'avant, l'arrière et les côtés. Mon mécanicien adore.

4) Navigation dans les vagues

Le S110 comme son frère le RS35, passent très bien dans la vague. La position de la barre et la forme du Cockpit offre une protection comparable à un Cockpit central (je navigue de temps en temps avec le HR37 de mon frère jumeau).On reste au sec même par mauvais temps. L'étrave ne plonge pas sous l'eau mais ne rebondi pas non plus et la forme de la coque fait que les brisures de vagues ne viennent pas dans le cockpit.Cet été nous avons passé Lands End à la pointe Ouest de la Cornouaille Anglaise avec 2,5/3m de vagues et 30/35kn de vent réel en restant au sec.Restons honnête, il n'est pas facile de cuisiner ou d'aller aux toilettes dans ces conditions.Par très mauvais temps il est possible de faire la veille de l'intérieur car il y a une vue avant de la table à carte et aussi pour les 110, de la cuisine.La barre est très neutre,ce qui est reposant pour le barreur comme pour le pilote mais il n'y a pas contre quasiment aucune impression de barre. Les RS35 on une roue un peu plus grande (les portes des coffres sont différente) ce qui doit être un peu plus confortable. Utilisant le pilote 90% du temps, c'est pas vraiment mon problème.

5) La quille relevable et échouage

Il faut le dire, c'est génial.Echouer un bateau de 8 tonnes (7,5 lège) demande un peu d'attention aux détails. Il faut bien faire attention à avoir assez d''eau pour repartir le lendemain, car il n'est pas question de venir avec 3 copains pour le porter où il y a de l'eau.Donc, si il y a du courant (rivière) prévoir deux ancres. La semelle en fonte et la protection de quille prendront soin des petits (ou gros) cailloux que vous n'aurez pas vu en arrivant à marée haute. Comme il pose à plat vous ne risquez pas de tomber même si le sol est très en pente (mais la nuit sera tout de même bien moins confortable). Le bateau craque quant il pose, ce qui est logique car les force s'inversent passant de la compression à l’extension mais n'en reste pas moins surprenant.Mais la quille relevable permet bien plus que d'échouer. Elle offre des places dans les ports ou au mouillage quand il sont pleins en été comme à l'île de Man, Groix ou aux Glénan. Elle vous permet aussi de passer les seuils dès leurs ouvertures, vous donnant 1 ou 2 heures d'avance sur les copains pour prendre les bonnes places.Bien sûr pour les petits travaux, pas besoin de grue, une simple cale d’échouage suffit. C'est moins cher dans votre port et la seule solution dans des contrées sans infrastructure mais avec un peu de marnage, comme le nord de l'Ecosse ou de la Norvège.

6) Vie à bord

Ce sont des bateaux prévus pour naviguer en couple avec des visiteurs de temps en temps. Il sont homologués pour 7 adultes en Catégorie A et offrent 7 couchages. Je considère qu'au dessus de 5 à bords on est un peu à l'étroit en particulier dans le cockpit. Le S110, en particulier, est particulièrement bien adapté à la navigation en solitaire.Ici les S110 et le RS35 sont très différents.Le S110 est un Pilot Salon.optimisé pour la navigation avec un vue avant de la table à carte comme de la cuisine. Des toilettes proches de la descente. C'est idéal en navigation solitaire, ce que je pratique beaucoup.Le RS35 avec son Salon de Pont offre un carré avec une vue imprenable mais une cuisine et des toilettes plus difficiles d'accès en mer. La table à carte offre comme sur le S110, une vue avant pour des quarts au chaud.Ce sont des bateaux très lumineux, les vitres sont en vrai verre avec une couche demi teinte. La visibilité vers l'extérieure est parfaite (pas comme avec du plexi) et de dehors, on ne voit pas du tout à l'intérieur (sauf la nuit quand la cabine est éclairée). Les vitres ne sont pas en double vitrage, c'est le seul endroit du bateau où il peut y avoir de la condensation (j'ai des rideaux coulissants).La descente est raide et j'impose à tous mes visiteurs de la prendre en marche arrière (comme avec un échelle) et a une marche de plus que mon précédent bateau (Océanis 31).En suite à bord, il y a des marches pour l'accès au carré, aux toilettes et aux chambres. Il faut s'y faire et être prudent en mer quand il y a des vagues.Sur le S110 la table tourne pour faciliter l'accès, ce qui en mer interdit de l'utiliser comme un point fixe. On tient facilement à 6 autour et avec son extension (cachée dans une penderie de la chambre) on peut aller jusqu'à 9. Du carré on a vue sur l'eau par 4 fenêtres basses (2 sur les modèles à foc auto-vireurs). Sur le RS35 la table est bien plus petite et je dirais que le max est 4/5 personnes autour, avec une sixième sur la table à carte en face.La chambre du propriétaire est à l'arrière. Elle fait toute la largeur du bateau et offre un grand lit, un bureau deux penderies, un grand tiroir, trois petits et autres rangement.Comme le bateau est profond, il y a de la place pour des coffres profonds dans plusieurs endroits, il est facile d'y loger beaucoup de nourriture qui étant près de l'eau reste fraîche. Le compresseur du frigo (lui même est très bien isolé) bénéficie d'une position similaire, ce qui réduit sa consommation électrique.Sur S110, les toilettes sont "en suite", ce qui en anglais veut dire qu'on y accède directement de la chambre. En pratique il y a une double porte. A l'usage c'est bien plus utile que je ne l'aurais pensé car avec des personnes qui dorment dans le carré, ça offre un accès sans les réveiller.Je n'utilise pas la douche à bord plus que les tours dans mon génois, mais le fait qu'il y ai une pompe et une sortie de chauffage, m'offre un séchoir de première classe.

7) L'image pour vos visiteurs

Je n'ai pas vu une seule personne venir à bord et ne pas être favorablement impressionnées. La lumière, les boiseries, les finitions et les détails (comme le bureau dans la chambre) donnent une superbe première impression.Comme en navigation, il avance plutôt bien, certains S110 ont même gagnés des régates dans leur classe, moi même je suis arrivés au tour de Belle Île 20017 au milieux de la flottes des 31.7 au grand dam de mon voisin de ponton qui est arrivé 10mn après moi alors qu'il avait vidé son 31.7 de tout accessoire pour aller plus vite.C'est un bateau qui plaît, il ne vous fera pas honte. Il en impose comme on dit. On vient vous dire bonjour sur les pontons pour papoter.

8) Ce que j'ai changé

J'ai ajouté une batterie moteur de 75A/h pour dédier les 3*110A/h au service. Il y a de la place près de la pompe de cale.J'ai mis un étais largable textile et un bout dehors amovible (copie de celui d'origine).J'ai mis un portique avec des panneaux solaires et une éolienne. L’éolienne est un luxe assez inutile je dois reconnaître mais je ne savais pas à l'époque (sauf si vous aimez les mouillages avec +13kn de vent, ou le près dans +13kn de vent, elle produit moins de courant qu'un simple panneau solaire, a parti de 20kn vous pouvez vendre du courant au voisins).Ayant un inverseur pour avoir du 240V au mouillage, je suis passé au moteur électrique pour mon annexe (contrairement à l’éolienne, une idée géniale).J'ai ajouté deux mini boites à dorade (Plastimo) dans la chambre avant.J'ai mis un anti fouling Copper Coat, avec la possibilité d'échouage c'est super car la ré-activation peut être faite sans problème.

9) Ce que j'aimerai change

a) Le circuit des toilettes et de la boite à eaux noires est long et stupide. Certains propriétaires ont déplacé la boite à eau noire pour la mettre au niveau du placard pour les cirée mouillés dans les toilettes. Une bonne idée mais un vrai travail alors que le système marche sans réel problème depuis 2,5 ans.
b) Un deuxième réservoir de fuel. 180l c'est pas mal mais 250l serait mieux pour traverser l'atlantique. En bougeant la boite à eaux noires c'est possible mais temps que je reste en Europe, ça n'est pas indispensable.
c) Une aération de plus dans le carré. Il y a beaucoup de vitres, c'est bien mais quand le soleil tape, il fait chaud. Pas si simple à faire car il y a peu de zones plates, en clair possible mais compliqué. Ca reste donc à l'état d'idée.Plus simplement, des points d'attache autour des vitres avants avec des protections extérieures serait sans doute indispensables pour aller dans les pays chauds, en Ecosse et en Irlande on peut faire sans.
d) Un propulseur arrière. Les manœuvres en particulier dans les écluses ne sont pas toujours simples car il n'y a, ni 'pas' d'hélice, ni coup de fouet. Un montage pour mon moteur électrique de mon annexe ne tente à chaque fois que je vais dans une écluse puis l'idée disparaît de ma liste de tâches, dès que je suis en mer.

11) Achat

Il y a peu de Southerly à vendre dans l'hexagone, un achat à l'étranger reste donc la solution la plus simple. En particulier en UK et NL qui ne sont pas loin, restent en Europe avec un TVA connue, une homologation commune et une tradition de bon entretient.Acheter un bateau à l'étranger n'est pas compliqué mais il faut parler anglais. Le reste des paperasses, se fait sans grandes difficultés. En cas de doute faite vous aider par un pro.La livre est basse comme le moral de anglais, c'est donc une bonne période.

12) Associations de propriétaires

La Southerly Owner Association (SOA) est assez active. Elle accepte les non propriétaires pour leurs zone "For Sale". Les échanges techniques sont assez efficaces en particuliers pour les bateaux populaires comme le S110.