Bateaux.com
Magazine de la plaisance
MENU

Golden Globe : La course pour la 3ème place

Tandis que Jean-Luc Van Den Heede et Mark Slats peinent à s'habituer à la vie à terre, une course se prépare pour le podium final entre l'Estonien Uku Randmaa et l'Americano-Hongrois Istvan Kopar. Alors que Randmaa et son Rustler 36
One and All avaient du mal à franchir l'équateur aujourd'hui après n'avoir parcouru que 111 milles au cours des quatre derniers jours, Kopar a profité des Alizées pour réduire l'écart de 398 milles au cours de la même période.

Bloqué dans le Pot au Noir, Randmaa a réussi à parcourir 4 milles dimanche et a terminé la journée avec son bateau en sens contraire à la route directe. Il a été bloqué dans une zone calme pendant une grande partie de la semaine dernière et la frustration est apparue dans son dernier message texte: “NO, WIND. SH ...!”

En revanche, le Tradewind 36 Puffin de Kopar navigue à 6 nœuds depuis qu’il a rejoint les alizées du Sud-Est, réduisant l’avance de Randmaa. Mieux, les dernières prévisions suggèrent que les alizées SE et NE vont se rejoindrent dans les prochains jours et faire disparaître le Pot au Noir, plaçant les deux skippers dans le même schéma météo. Ensuite, à l’instar de Jean-Luc Van Den Heede et de son rival Mark Slats, il s’agit de savoir qui commettra la première erreur sur les 3 000 milles restant jusqu’aux Sables d’Olonne.

En août dernier, Istvan luttait avec son système de régulateur d’allure le reléguant à la dernière place, avant de perdre tous ses moyens de communications radio...qui aurait misé sur l'Américain pour un podium ? C'est l'aventure dans ce qu’elle a de meilleur. La seule chose à laquelle on peut s'attendre, c'est l'inattendu

Uku doit faire face à un autre problème : le manque de nourriture. L’Estonien a annoncé aujourd’hui qu’il ne lui restait que 29 sacs de nourriture lyophilisée et un nombre similaire de soupes. Le tracker GGR prévoit actuellement une arrivée autour du 7 mars. Donc, à moins de réussir à pêcher des poissons, il n’a maintenant plus que 500 calories par jour - un quart de ce qu’il devrait consommer ! Pour le moment, la pêche n’est pas très fructueuse. La Direction de course a reçu une série de messages textes indiquant qu'un poisson avait embarqué son leurre. Il a raté sa dernière prise le 23 janvier.

De retour aux Sables d’Olonne, Jean-Luc a fait pencher la balance avec 11 kg de moins qu’avant son départ. Mark Slats a perdu 18 kg. Combien de kilos Uku va-t-il perdre ?

Tapio Lehtinen se trouve à moins de 200 milles du Cap Horn et devrait le franchir d’ici mercredi. La coque de son Gaia 36 Asteria est recouverte de bernacles qui ont réduit la vitesse de moitié. Cela lui a maintenant coûté la première place dans sa course virtuelle contre Sir Robin Knox-Johnston il y a 50 ans, qui avait déjà franchi le Cap. Suhaili était au passage du Horn samedi dernier, ce qui lui donne 4 jours d'avance en termes virtuels. Aujourd'hui, le Tracker GGR prévoit une arrivée pour Tapio le 7 mai, mais le Finlandais profite de chaque instant de son aventure. C’est son deuxième voyage dans l’océan Austral et il s’émerveille constamment devant les paysages marins spectaculaires et la faune sauvage. La semaine dernière, il a envoyé un message: “OCEAN DU SUD - MÊME PLANÈTE - UN AUTRE MONDE - QUITTANT AVEC DES SENTIMENTS PARTAGéS !”

De retour, Jean-Luc Van Den Heede et Mark Slats ont du mal à faire la transition entre leur monde de navigation en solitaire et la réalité à terre. Jean-Luc comparait ses notes avec Sir Robin Knox-Johnston, vainqueur de la première course du Golden Globe en 1968/69, car ils avaient du mal à marcher sur de longues distances après avoir mis le pied à terre, bien que Jean-Luc (73 ans) ait apparemment eu peu de problèmes à se produire sur scène avec son groupe de rock, célébrant sa victoire lors d’une fête en son honneur jusqu’au petit matin !
Le sommeil a également été un problème. Slats a du mal à rester endormi plus de 90 minutes sans avoir envie de se lever et de vérifier les voiles. Jean-Luc, qui habite aux Sables d’Olonne, affirme que la seule façon de surmonter ce problème est de retourner sur le bateau où il dort profondément.
Dans le cadre de leurs efforts pour protéger la planète, les deux capitaines ont conservés tous leurs déchets à bord. Aujourd'hui, les déchets ont été pesés et comparés aux aliments et autres produits jetables embarqués à bord avant le départ. Jean-Luc a amené à terre 14 sacs pesant 93 kg et Mark 15 sacs pesant 113 kg.

Golden Globe Race
Ajouter un commentaire...

Publicité