Bateaux.com
Magazine de la plaisance
MENU

Anthony Marchand : « Le sentiment de la double peine »

Fort d’une belle victoire dans la première étape de la 49
eSolitaire Urgo – Le Figaro entre Le Havre et Saint-Quay-Portrieux, Anthony Marchand attaquait la deuxième manche (515 milles entre la baie de Saint-Brieuc et Ria de Muros – Noia) bien déterminé à confirmer son statut de favori. Son objectif annoncé : une place dans le Top 5 en Galice. Le contrat est donc rempli pour le skipper de Groupe Royer – Secours Populaire qui s’est octroyé une 4
e place en Espagne, ce mercredi, peu après 4h30. Reste que si la performance est jolie, elle laisse un goût un peu amer au navigateur costarmoricain qui a un temps mené les débats avant de faire les frais de la pétole à l’atterrissage sur Portosin, concédant, de fait, quelques minutes à deux de ses plus grands adversaires, Sébastien Simon et Xavier Macaire, qui en profitent pour lui passer devant au classement général provisoire.

Que ressentez-vous à l’issue de cette deuxième étape ?

« Je suis déçu d’avoir perdu le podium juste sur la fin. Dans la molle, peu avant l’arrivée, Sébastien Simon est passé comme une fleur. Je ne sais pas comment il a réussi à nous mettre autant de milles. De mon côté, je suis resté empétolé un peu plus longtemps et j’ai perdu du temps. C’est rageant parce que j’ai bien navigué, notamment au cap Finisterre. J’ai gardé le grand spi quand les autres ont envoyé le petit puis j’ai enquillé les empannages. Je suis revenu en tête et j’espérais évidemment que ça dure. Les arrivées en Espagne, c’est toujours compliqué, on le sait, mais c’est quand même un peu pénible quand ça se passe comme ça. »

Vous avez effectivement perdu du temps mais on sait par expérience la fin de course aurait pu être bien plus terrible…
« C’est complètement vrai. Les arrivées en Galice, c’est très souvent la loterie et par le passé, bien des étapes l’ont prouvé. Au final, je ne m’en tire pas si mal c’est sûr, car je ne concède que quelques minutes alors que ça aurait pu être des heures. Au départ, si on m’avait dit que je terminerais 4e à 35 minutes du premier, sans doute que j’aurais signé. Là, je termine néanmoins avec le sentiment de la double peine en ratant le podium d’étape et en rétrogradant de deux places au général. »

Vous restez effectivement parfaitement dans le match contrairement à d’autres favoris qui sont maintenant presque au tapis…
« C’est sûr. C’est génial et je suis assez content, même si dans l’immédiat, c’est la déception qui prime. Cette deuxième manche n’a pas été facile et j’ai quasiment tout le temps pris les bonnes options. Au début, je suis remonté au fur et à mesure puis j’ai pris la bonne option en allant dans le chenal du Four à la pointe Bretagne. A un moment, j’ai hésité à passer dans le Fromveur mais Gildas qui s’y est engagé le premier ne jouait plus la course suite à son abandon dans la première étape, alors j’ai préféré être sage et j’ai bien fait. J’ai toutefois commis une petite erreur sur la fin avec un empannage un peu trop tardif qui me coûte la première place mais je n’ai pas de regret car je voulais absolument être à l’extérieur. Une 4e place, ce n’est vraiment si pas mal surtout que j’ai quand même vraiment failli tuer ma course et le bateau du côté du Brignogan-Plages. Je me suis endormi et quand je me suis réveillé, il y avait un caillou cinq mètres devant moi, des tas d’autres juste à côté et du shore-break. Je ne sais même pas comment je m’en suis sorti alors je ne me plains pas trop. »

Anthony Marchand
Solitaire du Figaro
Ajouter un commentaire...