Bateaux.com
Magazine de la plaisance
MENU

Les Voiles de St. Barth Richard Mille 14 - 20 avril 2019

Les équipages de la 10e édition des Voiles de St. Barth Richard Mille sont entrés dans le vif du sujet, ce lundi. Profitant d’un régime d’alizé soufflant entre 15 et 20 nœuds, ils ont effectué une première course pour le moins tactique sur le côté ouest de l’île (une boucle de 24 milles pour les CSA 3, 4 et 5, un parcours de 29 milles pour les CSA 1 et 2 puis manche de 36 milles pour les Maxi 1 et 2 puis Multihull 1 et 2), jouant à la fois avec les petites bascules de vent, les grains et les effets de côte. A ce petit jeu, certains se sont évidemment montrés plus à l’aise que d’autres, mais l’action a bel et bien été au rendez-vous dans chacune des neuf classes, donnant alors le ton de la semaine qui s’annonce palpitante !

La météo s’annonçait favorable pour cette première journée de compétition. Elle a tenu toutes ses promesses avec un flux d’Est soufflant entre 15 et 20 nœuds, offrant ainsi aux équipages en lice une première journée de compétition quasi idéale. « Ça a été une superbe journée, d’abord parce que les conditions ont été très sympas, ensuite parce que le match a été très serré », a expliqué Jean-Pierre Dick, le skipper du JP54 The Kid qui a notamment bien bataillé avec les deux Cookson 50 Triple Lindy et Joseph Mel et Kuka 3 de Franco Niggeler dans la classe des CSA 1. « Les manœuvres ont été très importantes et le jeu est resté très ouvert du début à la fin. En ce qui nous concerne, on s’est plutôt bien débrouillé par rapport aux forces en présence à bord. On a évité notamment les vracs complets et tout le monde s’est bien donné pour que ça tourne », a ajouté le Niçois, double vainqueur de la Barcelona World Race et quadruple vainqueur de la Transat Jacques Vabre en IMOCA qui (étonnement) découvre pour la première fois le plan d’eau de Saint-Barth en régate. « C’est tout simplement fabuleux. Aujourd’hui, nous sommes passés à proximité de la pointe à Colombier : un spectacle magnifique ! », a assuré le navigateur alors rejoint par Chris Body, le propriétaire de El Ocaso. « C’est aussi ma première fois à Saint-Barth et c’est assurément l’expérience de navigation la plus spéciale de toute ma vie », assure le Britannique qui s’est offert aujourd’hui la troisième place chez les CSA 4 au terme d’un joli match avec Liquid de Pamala Baldwin mais aussi et surtout Holding Pattern de Sir Richard Matthews, en tête ce soir et à bord duquel l’on retrouve quelques pointures telles qu’Andy Green ou Saskia Green, membre de l’équipe de Grande-Bretagne de voile olympique.

Les Voiles de Saint-Barth
Ajouter un commentaire...