Bateaux.com
Magazine de la plaisance
MENU

Route du Rhum : #Gitana qualifié et concentré sur la dernière ligne droite
La rentrée approche et dans tout juste deux mois, les concurrents de la 11e Route du Rhum devront se présenter au large de Saint-Malo pour le début des festivités de cette édition anniversaire. Remis à l'eau le 7 mai dernier, le Maxi Edmond de Rothschild a dû modifier son programme transatlantique, faute de temps et de conditions météorologiques adaptées. Pour autant le dernier-né des Gitana a connu un été studieux qui a permis à Sébastien Josse de poursuivre sa préparation technique et sportive. Il y a une semaine, le skipper de l'écurie aux cinq flèches rejoignait sa base lorientaise après deux jours et demi au large en solitaire, le temps d'effectuer et de valider les 1 200 milles de qualification requis par les organisateurs. Ticket d'entrée définitivement en poche, le marin niçois s'est accordé quelques jours dans sa région natale afin d'aborder parfaitement la dernière ligne droite.

Mardi dernier, le Maxi Edmond de #Rothschild larguait les amarres de son habituel ponton lorientais pour une nouvelle sortie d'entraînement mais cette navigation au large était bien différente pour Sébastien Josse et les membres de l'équipe technique. Les 1 200 milles programmés dans le nord-ouest de la pointe Bretagne, avec une remontée au près vers la Mer d'Irlande, un bord de reaching dans le golfe de Gascogne avant de lâcher les chevaux et de revenir au vent de travers vers son port d'attache, étaient tout simplement une première en solo !

Le solitaire en multicoque sur des machines si grandes et si puissantes est, et sera toujours, un exercice hors normes auquel peu de marins peuvent prétendre. Fidèle à son caractère et à sa philosophie de navigation, Sébastien Josse a pris son temps avant de s'élancer seul au large à bord du Maxi Edmond de Rothschild :
« je ne voulais pas partir en faux solo car même si les membres de l'équipe ne touchent à rien dans cette configuration, ils sont là et cela change tout. Je voulais vraiment me confronter à ma réalité de solitaire, être au plus proche de ce qui m'attend le 4 novembre prochain. Mais je ne voulais pas non plus d'une qualification dans le petit temps. Sur ce type de bateau, toutes les navigations sont très importantes car la moindre sortie t'apprend énormément. En solitaire c'est encore plus le cas, c'est un apprentissage en mode accéléré ! » confiait le skipper à son retour à terre.

« Avant de partir j'avais beaucoup d'impatience mais forcément un peu d'appréhension, c'est sain je pense ! Je n'avais plus fait de solitaire en multicoque depuis plus de quatre ans, ma dernière expérience étant sur la Route du Rhum 2014. Avec ce nouveau bateau c'est très différent mais plus rassurant en termes de stabilité que le Multi70 Edmond de Rothschild
(un multicoque de 70 pieds de la série des MOD, ndlr). Ces maxi-multicoques sont puissants et par conséquent très physiques, cela demande beaucoup d'anticipation dans la gestion de la machine, mais la taille est réellement réconfortante. Gitana 17 est un bateau très agréable, marin, on sent qu'il est vraiment fait pour le large et finalement j'ai pris mes marques et acquis des automatismes rapidement. Ce parcours de qualification était idéal.»

Pour autant, Sébastien sait qu'il aura fort à faire au départ de Saint-Malo tant le plateau réuni dans la catégorie Ultime est exceptionnel. Il y a face à lui, ce qui se fait de meilleur aujourd'hui en termes de tandem marin / bateau. À commencer par François Gabart, dernier recordman du tour du monde en solitaire, Francis Joyon, détenteur du Trophée Jules Verne et bien sûr Thomas Coville, dont le skipper de Macif a ravi le chrono autour du globe l'hiver dernier et qui détient encore le record de traversée de l'Atlantique. Il ne faut bien sûr pas oublier de mentionner Armel Le Cléac'h. Le vainqueur du dernier Vendée Globe connaît une préparation délicate et contrariée suite à son chavirage en avril dernier, mais il demeure un adversaire redoutable.

« Je garde beaucoup d'humilité face à l'exercice du solitaire en général mais encore plus en multicoque. Mes concurrents sont des grands spécialistes, les meilleurs du genre. Je sais que j'ai beaucoup à apprendre encore pour me confronter à eux mais c'est aussi ce qui rend le challenge passionnant » déclarait Sébastien.
« La qualification peut paraître une simple formalité, mais elle n'est jamais anodine. Dans mon esprit, elle enclenche le processus d'avant Rhum et de préparation spécifique en solitaire... ». Ces mots ne laissent place à aucun doute, Sébastien Josse est déjà pleinement tourné vers la mythique transatlantique et concentré sur sa dernière ligne droite.

Gitana Team
Route du Rhum
Edmond de Rothschild
Ajouter un commentaire...