TurboKeels, une solution pour ballaster du plomb d'un bord sur l'autre…

Pour déplacer le centre de gravité sans passer par la complexité d'une quille pendulaire, Philippe Brabetz à la tête du chantier Meta a inventé une solution : le TurboKells. Ou comment ballaster du plomb d'une quille à l'autre !

Si Philippe Brabetz a racheté le chantier Meta en mars 2020, c'est aussi qu'il cherchait un chantier naval qui lui permettrait de proposer un système de ballast de sa conception : le TurboKeels. Ce système innovant breveté permet de faire passer le lest d'une quille à l'autre sur un voilier biquille.

L'idée du TurboKeels consiste à déplacer littéralement le centre de gravité. C'est déjà ce qui est utilisé sur les voiliers comme les IMOCA avec leur quille basculante. En faisant basculer la quille au vent, on déplace la masse du bulbe. Mais une quille basculante demande un mécanisme complexe couteux et surtout fragile pour une utilisation en croisière. En plus, il ne favorise pas le faible tirant d'eau, car on ne peut pas basculer la quille au mouillage sans voir son voilier giter.

Avec le TurboKeels, Philippe Brabetz reprend cette idée, mais en l'appliquant sur un biquille. Il utilise les 2 quilles comme des "réservoirs" et prévoit de faire passer le lest d'une quille à l'autre. Attention, il ne parle pas de ballaster de l'eau dont la densité est de 1 comme on le fait déjà sur des voiliers de course. Non, il parle de ballaster du plomb !

TurboKells pour ballaster du plomb d'une quille à l'autre
TurboKeels pour ballaster du plomb d'une quille à l'autre

En fait le principe consiste à créer un circuit fermé entre les 2 quilles. Un liquide constitué d'un mélange d'huile et de grenaille de plomb d'une densité proche de 10 circule entre les 2 quilles. En restant en circuit fermé, la grenaille de plomb ne passe jamais dans la pompe, seul le liquide passe.

Ce système offre de nombreux avantages. Il est simple à mettre en place et ne demande pas de matériel très high-tech. Une simple grosse pompe suffit avec un moteur électrique pas plus puissant que celui d'un guindeau. Ce concept garde les avantages propres aux biquilles (échouage possible, bonne surface antidérive), et donne un couple de redressement équivalent à une quille pendulaire avec un tirant d'eau réduit de moitié.

Les premières études montrent que ce système serait performant pour les bateaux d'assez grandes tailles (à partir de 40 pieds). Pour l'instant au stade de prototype dans l'atelier, Philippe Brabetz espère pouvoir proposer rapidement un futur Meta 45 qui embarquerait le TurboKeels.

Plus d'articles sur les chaînes :

Réagir à cet article :
Ajouter un commentaire...