Déjouer le piège de l'avarie de drisse grâce à la surliure cousue

Surliure cousue © Bateaux.com

Les cordages modernes, malgré leur résistance, peuvent se déchirer dans un bloqueur. Les conséquences, si l'on n'y prête pas attention peuvent vite empêcher l'affalage de la voile. Voici comment réparer votre drisse avec une surliure cousue pour rentrer au port en toute sécurité.

1 – Avec les ouvertures des bloqueurs à répétition, parfois sous charge, les gaines des cordages sont soumises à une forte usure. D'où l'intérêt d'une surgaine sacrificielle au niveau des bloqueurs. Cependant, lorsque le mal est fait, c'est-à-dire, lorsque la gaine a cédé et qu'il ne reste que l'âme pour tenir votre grand-voile, le risque de voir la gaine bloquée soit dans le bloqueur, soit dans les réas de mâts est important.

On pourrait utiliser du scotch, mais cette solution est extrêmement temporaire. Très rapidement, la gaine se désolidarisera de l'âme et créera un bourrage inévitable qui imposera certainement de couper définitivement la drisse, en la voyant disparaitre dans le mât.

2 – Avant tout, il ne faut pas espérer que l'on pourra voir la drisse filer dans le bloqueur. Donc il ne faut pas la relâche. Au contraire, il faut reprendre un peu de tension au winch pour dépasser la zone de ragage. Ce qui permettra de réaliser cette réparation en arrière du bloqueur, c'est-à-dire sous faible charge et dans le cockpit.

3 – On prend dans la trousse à outils de premier secours du bord, le fil à surlier, les aiguilles, la pommelle et une pince. Nous allons réaliser deux surliures cousues qui maintiendront la gaine sur l'âme.

4 – On va commencer par faire des points de couture une dizaine de centimètres en arrière de la déchirure et en allant vers celle-ci. L'idée est d'avoir un cordage sain cousu sur l'âme.

5 – On pique le cordage de part en part à 45 degrés en faisant des points assez rapprochés les uns des autres, jusqu'à la déchirure.

6 – On va commencer la surliure à proximité de la déchirure en ligaturant très fermement l'âme sur la gaine. Cette surliure sera longue d'au moins une fois et demie le diamètre du cordage (10 mm = 15 mm). La tension du fil à surlier assure déjà un maintien mécanique, mais nous allons le renforcer avec une couture de la surliure.

7 – On va ligoter la surliure sur sa longueur, ce qui aura pour effet de la coudre au cordage. Le minimum est un aller-retour de part en part de la surliure.

8 – La surliure est presque terminée. On pourrait faire un nœud et couper le fil, mais il est préférable de noyer celui-ci dans le cordage en pratiquant quelques points de couture. 

9 – On coupe le fil restant au ras du cordage

10 – Pour protéger notre réalisation aux points de frottement, il est préférable de l'entourer avec du scotch. Ici, on ne dispose que d'insigna, qui conviendra pour cette réparation temporaire.

11 – On réalise la même opération de l'autre côté de la rupture de gaine.

12 – Votre drisse est prête à repasser à travers les bloqueurs et autour des réas. Mais il faudra absolument décaler le point de ragage sur le bloqueur, car il n'y a plus de gaine protectrice à cet endroit. La première solution est une surtension de la drisse pour que les mâchoires du bloqueur agissent sur une partie saine du cordage. La deuxième solution plus radicale consiste à raccourcir la drisse d'un bon mètre. En plus de la surliure cousue, la gaine se maintiendra sur l'âme par effet de constriction (autobloquage de la tresse de gaine sur l'âme).

Crédits photos : Bateaux.com

Réagir à cet article
Ajouter un commentaire...

Delcourt Jean-Michel 1 semaine
bien, mais je n'ai pas compris le raccourcissement de la drisse.

A lire aussi sur Bateaux.com