La Torche, le berceau des sports de glisse

Le spot de La Torche © Chloé Torterat

C'est en organisant les championnats du monde de funboard en 1986 que le spot breton de La Torche se fait connaître au monde entier. Depuis, le spot continue d'accueillir les grandes compétitions internationales, mais aussi les nombreuses familles, pour qui le surf est culturel.

Le Spot de La Torche

Le spot de La Torche, dans le Finistère (29) est le berceau des spots de glisse et plus particulièrement du surf et du windsurf. Il est le plus connu des spots bretons. C'est en organisant les championnats du monde de funboard en 1986 que la presqu'île bretonne se fait connaître des adeptes de la glisse. Les conditions sont dantesques avec 40 nœuds et forgent la légende de la Pointe de La Torche. C'est une véritable machine à laver et c'est finalement le français Patrice Belbeoc'h, jeune finistérien qui monte sur le podium de la scène internationale du windsurf.

Dans les années 80/90, le spot est mondialement connu pour le windsurf, sport ô combien populaire à cette époque. On compte environ 150 000 adeptes, mus par le multiple champion du monde Robby Naish, qui ne néglige jamais la Bretagne pour venir prendre des vagues. D'ailleurs FR3 retransmet la compétition en direct.

© Chloé Torterat

En breton, La Torche s'appelle Beg Ann Dorchenn, qui veut dire pointe de la butte. On le trouve en pays bigouden, au sud de la baie d'Audierne. Ce site protégé se caractérise par son immense plage de sable blanc préservée par les dunes recouvertes d'oyats.

C'est le plus fameux du coin et il présente un gros avantage sur le reste de la baie, un ascenseur au niveau de cet éperon rocheux, battu par les vents. Diablement efficace, il permet de ne pas ramer et de se laisser porter par le courant.

© Chloé Torterat

À la Torche, la culture locale est très portée sur la glisse et c'est en famille que l'on pratique. Tout le monde a sa planche, parents comme enfants. Accessible, il est idéal pour apprendre le surf, car les vagues n'y sont pas trop rapides ni puissantes.

Avec son exposition annuelle au vent, on peut y pratiquer toute l'année. Il faudra par contre faire attention aux baïnes, sorte de piscine naturelle entre la côte et un banc de sable. La plage est également idéale pour la pratique du char à voile.

© Chloé Torterat

La baignade y est interdite hors surveillance, mais la plage est surveillée en juillet et août de 13 h à 19 h. On trouve tout ce qu'il faut pour y passer la journée : toilette et douches publiques, surf shop, crêperie ou encore école de surf. Et bien sûr, un parking pour se garer, au plus proche de la mer.

Après votre session, baladez-vous dans les très nombreux champs de tulipe colorés qui rappellent la Hollande de mars à avril.

Où se former : École de Surf de Bretagne

© Chloé Torterat

D'autres spots où pratiquer

Si le spot de La Torche est le plus connu, il n'en demeure pas moins d'autres endroits à proximité qui sont tout autant appréciés des riders. Voici deux autres spots qui valent le détour, et pour le reste, n'hésitez pas à aller vous y balader pour trouver le spot de vos rêves.

Plage de Pors Carn

Plus au sud se trouve le spot de Pors Carn, rattaché à la commune de St-Guénolé. Ces 2 km de sable fin sont exposés nord-ouest et le surf y est plus radical, avec des vagues plus rapides et quelques spots de reef. On y pratique beaucoup le kitesurf et la planche à partir de 20 nœuds.

Où se former : Dezert Point ou 29 Hood

© Sebastien Rigault

Plage de Tronoën

Un peu plus haut se cache la plage de Tronoën. Ce spot est moins fréquenté que les deux précédents et est assez nature avec beaucoup de dunes. Les bancs de sable se déplacent régulièrement à chaque marée et du haut de la plage, il faudra observer les bons pics.

Où se former : L'école Easy Surf School

© Jeanne Menjoulet

Plus d'articles sur les chaînes :

Finistère
Réagir à cet article :
Ajouter un commentaire...