MENUBateaux.com
Magazine du nautisme, de la plaisance et de la mer
SE CONNECTER

Coupe de l'America - Décryptage des votes des challengers

Pour valider ce passage à un 48 pieds, comme nouveau support de la Coupe de l'America, Oracle a organisé un vote. Christian Karcher vous fait découvrir les raisons pour lesquelles, les 2 challengers principaux ont voté contre et pourquoi les 3 autres ont voté pour.

© ACEA / PHOTO GILLES MARTIN-RAGET
Le

Les Italiens et les Néozeds ont donc voté contre ce changement ?

Oui et ils ne s'en sont pas caché.

Comme annoncé avant, en cas de victoire du oui, les Italiens de Luna Rossa ont carrément renoncé à cette AC35th et ont jeté l'éponge. Peut-être vexés d'avoir tout fait capoter en refusant le rôle de COR, en tout cas persuadés qu'une coupe sur des engins de plage n'est non seulement pas la vision qu'ils en ont, mais surtout plus une Vuitton. La classe de Vuitton, le rêve de Prada. Heureusement, le vote de ceux qui rêvent encore n'est pas influençable. Tout est dit, ciao, Luna Rossa.

Côté Néozed c'est moins simple. Au moment même où Team New Zealand (TNZ) apportait son soutien à Luna Rossa, 15 jours avant le vote, le Defender incluait dans le vote à venir, un nouveau changement sous couvert de "cost-cutting" : l'annulation des éliminatoires à Auckland pour tout courir aux Bermudes. Cela fait non seulement fi d'un accord préalable entre Oracle et TNZ, mais surtout cela enlève à TNZ la base de son financement : la région d'Auckland a toujours dit qu'elle ne financerait en partie TNZ, que si les régates éliminatoires avaient lieu chez eux.

Le Defender ayant déjà éliminé un concurrent sérieux, il s'attelle à l'élimination du suivant. Sans soutien financier de sa ville, TNZ disparaît. Les kiwis ont donc réclamé, conformément aux protocoles (l'ancien et le nouveau) auprès de "l'Arbitration Pannel" arguant de la non-conformité de ce changement. Ils s'appuient sur la règle 4.1 de la jauge initiale qui impose l'unanimité des votes, pour être changée.

L'Arbitration Panel est composé de 3 membres pas encore nommés. Non seulement un Panel nommé après les faits, et après la date limite d'inscription (1er mai 2015) n'aura d’autre choix que la non-recevabilité, mais il n'y a aucune raison que le Defender ne renonce au lobbying qui est à la votation, ce que le yin est au yang.

TNZ va avoir du mal à survivre à cette attaque du Defender.

Auckland a tant que cela intérêt à avoir les éliminatoires ?

Oh que oui ! Et ce n'est pas qu'une histoire de gros sous.

C'est tout un pays derrière TNZ, c'est toute une région qui travaille grâce à La Coupe. Une étude indépendante datant de mars 2014 de Me.spatial montre en US $ de l'époque, que pour un investissement de 36 millions de $ sur 4 ans dans TNZ pour l'AC34th, la région d'Auckland a récupéré 87 millions de $ en taxes et impôts sur la même période. TNZ a généré l'équivalent de 1 220 emplois par an dans l'industrie locale et a permis à la ville de faire 142 % de plus-value sur 4 ans. Ceux qui les collectent n'en payant pas, c'est du net d'impôt sur une Coupe même pas courue chez eux. Bon calcul messieurs les décideurs politiques Kiwis.

Cela explique donc le forcing des Bermudes, auprès du Defender pour avoir TOUTES les régates chez eux.

Mais pourquoi Artemis et BAR ont voté pour de si petits monotypes ?

Car Ian Percy et Ben Ainslie sont les rois de la monotypie.

Les deux leaders de ces équipes viennent de l'olympisme qui est le monde de la monotypie dans lequel ils ont plus que brillé. Iain Percy l'anglais d'Artemis a connu des déboires douloureux avec son design team sur la dernière édition (mort d'Andrew Simpson). Sir Ben Ainslie a navigué sur les bateaux dangereux et pas assez rapides, dessinés par Oracle sur la 34 th. C'est le travail acharné du shore team et des navigants qui ont principalement gagné la dernière Coupe sur des bateaux mal nés, car mal conçus. Il ne faudrait pas grand-chose pour les décider à naviguer en monotypes.

Le premier "pas grand-chose", est arrivé le 15 février 2015, à San Francisco dans la base d'Artemis, sous la forme d'un AC48' issu du chantier d'Oracle Core Builders. Un AC48' se reconnaît, car il ressemble à un AC45' avec des barres à roue et deux colonnes de winch. Voilà un lien pour les incrédules (visible en bas de page).

Difficile de ne pas voir de cause à effet. Un deuxième "pas grand-chose", devrait arriver avant l'été, de Core Builders sous la forme d'un AC48' à Porstmouth chez BAR.

Et le vote des Français alors ?

Le Yin est venu sous une autre forme.

Comme une rengaine connue depuis 1972, Team France manque de fonds ou en manque dans les temps impartis pour pouvoir les dépenser. En tout cas, ils n'ont pas les fonds pour se procurer un AC48' Core Builders. Le "pas grand-chose" a pris la forme d'une collaboration technique avec le design team du Defender, annoncée le 15 avril dernier. Exsangue, Team France va chercher chez l'ennemi, l'arme pour le battre. Le vainqueur est connu d'avance.

Ne plus avoir de COR donne au Defender trop de pouvoir. Il n'y a aucune raison qu'il ne l'utilise pas.

En annonçant, le 24 avril avec force communication l'achat des droits de l'AC35th, Canal plus joue parfaitement son rôle de grand financeur des sports dans notre pays. Il n'est pas sur que cela permette à Team France de trouver les 1,9 million de $ nécessaires à son inscription avant le 1er mai.

Reportage : America's Cup expliquée

Coupe de l’America - Pourquoi Oracle a voulu des bateaux plus petits ?

Coupe de l'America - La monotypie permet-elle vraiment de réduire les coûts ?

Réagir à cet article
Ajouter un commentaire...


Recevoir l'actualité par email avec Bateaux Hebdo

Inscrivez-vous gratuitement à notre Newsletter RECEVOIR BATEAUX HEBDO

Suivre l'actualité
du nautisme et de la mer
Recevoir l'actualité nautique gratuitement RECEVOIR BATEAUX HEBDO