Interview / Départ pour New York en semi-rigide, les secrets de la réussite

Départ de la 2ème étape pour la BNYS © Bateaux.com

Nous avons eu l'occasion de rencontrer Christophe Maupaté à Brest, après la première étape de sa traversée Bordeaux New York en semi-rigide. L'occasion de lui demander comment s'est passée cette première traversée et de l'accompagner pour le départ de la 2e étape.

Christophe Maupaté est un entrepreneur de 54 ans qui s'est lancé le défi de relier New York depuis Bordeaux en semi-rigide en réalisant 9 étapes. Il profitera de ces haltes journalières pour se ravitailler en carburant, mais aussi pour se reposer. Parti de Bordeaux le 16 juillet 2016 à 16 h (il n'a pas osé pousser le jeu en partant à 16 h 16), il est arrivé à Brest ce matin. Après une sieste de 1 h 30, nous l'avons rejoint sur les pontons du port du Moulin Blanc où il nous a parlé de son projet et présenté son bateau, un Zeppelin Command X VPro 750 de 7,50 m équipé d'un moteur Suzuki DF300.

Le bateau sera à découvrir après la traversée au Grand Pavois de La Rochelle.

Quelles sont les améliorations que vous avez faites par rapport à un semi-rigide standard ?

Aucune, car le but était de tester un bateau standard à tel point que je souhaitais une hélice 4 pales et que Suzuki a refusé. J'ai également ajouté un réservoir principal supplémentaire de 800 L et installé un t-top pour me protéger du froid.  

Et pourquoi avoir mis deux sièges pour une navigation en solitaire ?

Au niveau de la console centrale, on trouve deux sièges suspendus qui me permettent de changer de position, car 10 heures d'affilée dans la même position c'est difficile.

Et comment allez-vous gérer la vie à bord ?

Pour manger, j'ai de la nourriture lyophilisée que je ferais réchauffer avec mon thermos électrique. J'ai également un matelas sur-mesure pour pouvoir faire des siestes de 10/15 minutes en navigation, ainsi que des caméras Garmin (une à l'avant et une sur l'arceau) pour filmer mon aventure. J'ai aussi un projecteur pour m'éclairer sur mes navigations de nuit.

La prochaine étape va durer 19 h, comment gérer vous le sommeil ?

Avant de dormir, je m'assure qu'il n'y ait pas de bateaux sur l'AIS et je m'allonge avec le coupe-circuit autour du poignet. J'ai également un bracelet qui coupe le moteur si je m'éloigne ou tombe à la mer. Sur cette première étape, j'ai quand même réussi à dormir à la vitesse de 20 nœuds.

Pourquoi avoir choisi de naviguer de nuit ?

Je me suis fixé de ne pas arriver de nuit dans un port que je ne connais pas d'où mes heures de départ.

Comment allez-vous gérer l'autonomie du bateau ?

Avec un moteur d'une puissance de 3000 tours/minutes, je dois être à 21 nœuds pour avoir le meilleur rendement. Il déjauge à pleine charge à 21 nœuds et en dessous ça consomme trop. Pour les 2 grosses étapes [Reykjavik - Qaqortoq (787 mn) et Qaqortoq - St Anthony Port (649 mn)], il faudra que la météo soit parfaite sur au moins les 2/3 du trajet pour que je puisse monter à pleine charge à 20 nœuds sinon je n'aurai pas assez d'essence.

Pour commencer, je commence à utiliser mon réservoir de 800 L et lorsqu'il se vide, je fais un basculement de vannes manuellement. Pour exemple, j'ai utilisé 364 litres pour faire 344 milles entre Bordeaux et Brest.

Quel matériel de sécurité avez-vous prévu ?

J'ai une balise de détresse à largage automatique plus une balise PLB dans mon gilet. J'ai ma balise de tracking dans le coffre et un téléphone satellite sans oublier le radar et l'AIS.

Et pour les deux étapes froides, j'ai prévu de naviguer en combinaison de survie avec ma cagoule et mon casque de sécurité identique à celui de la SNSM. L'eau sera à 4 °C et l'air environ à 3/4 °C.

Avant de prendre le large, dites-nous en deux mots quelle est la difficulté de votre projet ?

La difficulté c'est surtout le côté physique, car il faut rester le plus droit possible quand ça tape. J'aurai quelques courbatures le soir (rires). C'est aussi dans la tête et avoir une bonne capacité de récupération.

Plus d'articles sur les chaînes :

Réagir à cet article :
Ajouter un commentaire...
Reportage : Transat semi-rigide

Echauffement avant la transat en semi-rigide en solo

Transatlantique en semi-rigide en solitaire, le point à la mi-parcours