Boarding Light, un système lumineux pour combattre le mal de mer

Boarding Light, un système lumineux anti-mal de mer

Après les lunettes contre le mal des transports - Boarding Glasses -, la startup Boarding Ring lance un système lumineux intelligent pour éviter le mal des transports. Le Boarding Light est actuellement en test à bord d'Energy Observer, le premier navire à l'hydrogène et s'avère concluant. Il aurait également des vertus sur l'amélioration du confort à bord. Explications avec Hubert Jeannin, directeur général de Boarding Ring.

Le mal de mer, un conflit entre les informations visuelles et les perceptions de l'équilibre

Le mal des transports touche 39 % des passagers et le mal de mer jusqu'à 66 % des personnes embarquées. C'est pour répondre à cette problématique que la startup Boarding Ring lançait en 2015 un le dispositif individuel Boarding Glasses, une paire de lunettes équipée de 4 anneaux contenant un liquide coloré, pour lutter contre le mal des transports.

"Le mal de mer est lié au différentiel de perception entre la vision périphérique et l'oreille interne. En mer, quand on est confiné et que tout bouge autour de nous, nous n'avons pas le visuel qui confirme le mouvement. Le cerveau indique donc le contraire à notre corps, ce qui crée un déséquilibre. C'est ainsi que se met en place la synéthose (NDRL : mal des transports). Pour remédier à cette situation, il faut ramener au champ visuel périphérique ce que perçoit l'oreille interne. Il faut transformer les informations inertielles (mouvements…) de l'oreille interne" détaille Hubert Jeannin, directeur général de Boarding Ring.

Boarding Light, un système lumineux intelligent pour éviter le mal des transports

Boarding Light est un dispositif embarqué composé de colonnes lumineuses. Leur éclairage intelligent réagit aux mouvements du véhicule. Il permet aux passagers de disposer en permanence d'un horizon artificiel, et empêche l'apparition du mal des transports.

"Ce sont des colonnes de lumières LED allumées pour moitié sur la partie haute et éteinte sur la partie basse et installées verticalement. La partie on/off va bouger en fonction des mouvements du bateau. Ce sont des censeurs inertiels qui commandent une logique, qui elle-même contrôle les hauteurs on/off dans les diodes. L'ensemble des on/off dans l'ensemble des colonnes est toujours à plat, en fonction de l'inertie perçue. Même quand ça gite, l'ensemble des colonnes reste droit" détaille Hubert Jeannin.

La quantité de lampes dépend de la conception du bateau, mais il faut au moins 4 colonnes de lumière pour que ça fonctionne. Les colonnes s'installent à des endroits favorables (un plan du bateau est nécessaire pour optimiser l'installation) avec un système inertiel pour commander les colonnes et une alimentation électrique.

"On va reconstituer un plan d'horizon inertiel à l'intérieur du bateau. Un appui visuel cohérent qui va éviter le mal de mer. Ça va stabiliser la sensation par rapport à ce que perçoit l'oreille interne" ajoute Hubert Jeannin.

Ce dispositif peut équiper un poste de travail, ou encore un salon. Le nombre de colonnes varie alors en fonction de la taille de la pièce. C'est un système qui peut également s'installer en extérieur, dans le cockpit par exemple, pour les quarts de nuit.

Augmenter le confort à bord

Boarding Light devrait également augmenter le confort à bord et réduire le mal de terre (comme c'est le cas pour les Boarding Glasses). En test sur le navire Energy Observer, le système se révèle efficace pour combattre le mal de mer, mais permet aussi de se sentir mieux à bord, même pour les personnes non sujettes au mal de mer, en recréant une ambiance "comme à la maison". " Il y a un officier d'armement à bord qui n'est pas amariné et donc facilement malade. Depuis que le Boarding Light a été installé, lui n'est plus du tout malade et plus personne n'est malade à bord" explique Hubert Jeannin.

" Pourquoi certains sont malades en mer et d'autres pas ? Pourquoi est-ce que certains ont le mal de terre ? Quand on n'est pas malade, on recherche les fréquences qui vont maintenir un équilibre intérieur. C'est donc une activité, un travail qui se fait en permanence de ne pas être malade. On a une agilité à gérer cet équilibre et plus au moins d'aisance et donc un stress sous-jacent plus ou moins important. Il y a ce stress inhérent à la mobilité confinée et le Boarding light permet de ne plus l'avoir" détaille Huber Jeannin.

La lumière Boarding Light permettrait donc d'évacuer ce stress et de naviguer de manière plus confortable. On serait ainsi plus opérationnel pour d'autres activités.

L'intérieur d'Energy Observer - Jérémy Bidon

Un marché restreint

"C'est un produit qui devrait connaitre un succès considérable parce que le système n'est pas encombrant et le confort à bord est quelque chose de fondamental. Notre force c'est d'avoir le minimum d'encombrement visuel, le maximum de points d'appui valides et pertinents. Ça s'intègre partout et c'est assez décoratif, avec un design élégant" explique Hubert Jeannin.

Pour l'instant pourtant, le Boarding Light s'adresse plutôt au secteur de la grande plaisance et du yachting avec un prix de base de 30 000 €. "C'est un système complexe, qui nécessite de travailler avec des câbleurs" justifie Hubert Jeannin.

Peut-être que si la startup réussissait à travailler avec des constructeurs de bateaux de série, le prix du dispositif viendrait à baisser. "À l'avenir, on pourra peut-être trouver un système standardisé avec les gros chantiers pour équiper les bateaux de plaisance ", conclut Hubert Jeannin.

Le spécialiste du mal des transports

Boarding Ring s'est spécialisé dans le mal des transports et son système lumineux est d'ailleurs en test dans le milieu automobile. Voici son champ d'activité :

- les lunettes Boarding Glasses

- Le système lumineux Boarding Glasses

- Le mal des transports en réalité virtuelle

Réagir à cet article
Ajouter un commentaire...


A lire aussi sur Bateaux.com