Prévenir le mal de mer chez les enfants

Le mal de mer touche tout le monde, mais particulièrement les jeunes enfants. S'il n'a pas d'effets aggravants, il faut néanmoins surveiller nos chères petites blondes en cas de vomissements, afin qu'elles ne se déshydratent pas. Voici quelques conseils pour le prévenir.

Le mal de mer est dû à un dysfonctionnement de l'oreille interne, caractérisé par un état nauséeux. Les différents sens liés à la perception — la vue et la prioception — sont en disynchronie. On ressent les mouvements de balancier du bateau, sans pour autant que l'environnement ne bouge.

Les symptômes

Les symptômes du mal de mer sont les mêmes que pour les adultes, à savoir : état nauséeux, vomissement, hypersalivation, remontées acides, sueurs froides, apathie, pâleur, somnolence et fatigue…

Respecter les 5 F

S'il n'y a pas de règles au mal de mer, on peut néanmoins respecter certains principes que l'on appelle les 5 F : Faim, Froid, Fatigue, Frousse et Foif et qui ont tendance à favoriser le mal de mer. Pour les enfants on ajoutera aussi le mot "écran". La tête penchée sur une tablette ou un téléphone, il sera plus sujet au mal de mer.

Essayer que votre enfant se repose bien avant de prendre la mer et qu'il prenne un bon repas. Contrairement à ce que l'on pourrait penser, manger ne lui donnera pas envie de vomir. Il faut qu'il puisse boire souvent alors prévoyez lui de bouteilles d'eau facile à attraper ou une gourde ou un biberon pour les plus petits. Même s'il fait beau, prévoyez une polaire ou un pull pour le protéger du froid et enfin rassurez-le. Désacralisez la navigation et expliquez-lui que tout va bien se passer. Les plus petits ont vite tendance à oublier qu'ils ont été malades la fois d'avant.

Les médicaments

Les enfants ne peuvent pas prendre les mêmes médicaments que les adultes et il faut donc trouver des dosages ou des formats adaptés. Voici quatre remèdes recommandés par un pharmacien :

  • Cocculine

Commencez la veille à raison de 3 comprimés par jour. Ce médicament homéopathique conviendra dès le plus jeune âge, soit 18 mois.

  • Mercalm

À partir de 6 ans, il faudra prendre du Mercalm ½ heure avant le départ, mais il y a des effets sédatifs.

  • Nausicalm

Il se prend comme le Mercalm et possède les mêmes effets sédatifs, mais convient aux enfants à partir de deux ans.

Les méthodes naturelles

Le bracelet d'acupuncture existe pour les adultes et les enfants et se positionne sur le bras à 3 doigts (index, majeur et annulaire) du poignet entre les deux tendons. L'avantage est qu'il est réutilisable. Vous pouvez également utiliser cette méthode sans bracelet, en massant ce point de compression en tenant compte de la respiration.

Le gingembre prévient et stoppe les nausées et vomissements, mais ne peut pas être utilisé chez l'enfant de moins de 6 ans.

L'huile essentielle de citron — elle présente moins de contrindications que l'huile de menthe poivrée — calme le système nerveux (et donc le stress) et calme les mouvements de l'appareil digestif. On le fera sentir à un enfant de moins de 6 ans et elle pourra être ingérée (sur un morceau de sucre) par exemple par un enfant de plus de 6 ans.

Plus d'articles sur les chaînes :

Réagir à cet article :
laurent l - 04 Avril 2019
le lait est clairement à éviter je pense aussi (plutôt yaourt ou fromage). D'expérience, les miens ont toujours vomis leurs biberons de lait, surtout au réveil
laurent l - 04 Avril 2019
Sinon, un super médicament interdit en France mais que l'on trouve dans tous les pays limitrophes : le stugeron en gouttes. A utiliser le plus modérément possible mais top efficacité si on le prend bien 1 ou 2 h avant la nav. En gouttes, c'est super pour doser pour les petits (3 gouttes par exemple pour mon dernier de 6 ans quand un adulte prend 15 gouttes, soit env 30 mg)
Ajouter un commentaire...
Reportage : Le mal de mer

Une nouvelle idée simple pour lutter contre le mal de mer

Mal de mer de l'enfant, comme le gérer ?