Comparatif des moteurs hors-bord de 300 ch

Si les motoristes hors-bord ont chacun un moteur de 300 ch à leur catalogue (sauf Honda), les technologies et les caractéristiques diffèrent grandement entre les modèles. Pour chercher leurs différences intrinsèques, nous les avons opposés dans un tableau chiffré.

Le monde de la grosse puissance hors-bord est en pleine mutation en cette saison 2018. Avec l'arrivée du V8 chez Mercury, qui vient mettre un coup de pied dans cette famille et en attendant un hypothétique Honda, il est temps d'y voir clair dans ces moteurs.

Pour bien comprendre l'offre des différents motoristes sur le créneau de 300 chevaux, nous avons mis face à face les différentes caractéristiques de ces moteurs. Les chiffres sont éloquents et pour qui sait lire derrière ces informations, il est possible de découvrir quel sera le moteur le plus en adéquation avec sa pratique. Explication de chiffres.

Comparatif 300 ch 

2 ou 4 temps ?

C'est désormais connu, seul Evinrude continue de fabriquer des moteurs 2 temps. Pour réussir à passer les normes antipollution très contraignantes, ce fabricant a opté pour l'injection directe (un injecteur directement dans la culasse). Cette construction évite  de nombreuses pièces mécaniques comme les soupapes, les arbres à cames et les chaines ou courroie de distribution. Mécanique plus simple dont fiabilité augmentée ? Pas obligatoirement, car désormais la technologie du 4 temps est très bien maîtrisée et très fiable.

De la cylindrée pour du couple

Une grosse cylindrée permet d'avoir du couple. C'est important sur un hors-bord pour offrir de la reprise et pour tenir le régime même en virage. Sur ce chapitre Mercury met tout le monde d'accord avec un moteur de 4,6 litres. Plus d'un litre de plus que l'Evinrude…

Attention au poids

Installé sur le tableau arrière, le moteur est exactement placé au mauvais endroit. Moins il est lourd, moins la coque du bateau devra être large et porteuse. Dans ce domaine, Mercury a réussi un coup de force, car malgré un moteur ayant plus de cylindres (V8), plus de cylindrée et 4 temps, il est le moins lourd de la catégorie. On aurait pu penser que Evinrude en 2 temps ferait mieux, mais ce n'est pas le cas.

Un alternateur assez puissant

De plus en plus de consommateurs électriques sont installés sur nos bateaux. C'est surtout le cas sur les bateaux équipés pour la pêche qui ne se privent pas de grands écrans électroniques. L'alternateur doit donc être assez gros pour maintenir la charge de la batterie même au ralenti.

Le prix, mais pas seulement

Attention, vous regardez ce tableau et vous dites : j'achète le moins cher… Pourquoi pas, mais ce chiffre cache un autre point qu'il faut aussi prendre en compte : le service ! En effet, que serait le meilleur moteur s'il n'est pas installé et suivi par un bon concessionnaire ? Le prix est une chose, mais le service qui s'y rattache en est une autre qui n'est pas chiffrable, mais qui a toute son importance.

Toute fois, notons la performance de Mercury qui arrive à avoir un prix d'appel particulièrement attrayant dans sa gamme Four Stroke (gamme basique).

La garantie

Sur ce point, Evinrude met tout le monde d'accord : 10 ans de garantie ! C'est dire si ce constructeur a confiance dans ses moteurs. Bravo !

Lequel j'achète ?

Légers, avec une grosse cylindrée donc du couple, pas cher, le tout nouveau V8 Mercury a de nombreux atouts sous le capot. À comparer les chiffres, il ressort gagnant de ce comparatif de moteur de 300 chevaux.

Plus d'articles sur les chaînes :

Réagir à cet article
Ajouter un commentaire...

Surmont Julien 2 mois
Et les conso ?
Hawk Tony 2 mois
Bonjour, Etes-vous sur du prix du moteur Mercury? Ils annonçait un prix aux alentours de 28 000 eur...Y a t'il l'instrumentation dans ce prix? Tony
Celestin Frederic 2 mois
Couple maxi? Régimes de couple et puissance maxi? Vitesse linéaire du piston, pour évaluer la longévité? Pour la cylindrée et la régularité due au nombre de cylindres, sur un 2T il faut multiplier par au moins 1,5 pour obtenir l'équivalent en 4T, voire 1,7 , ce qui nous place le Evinrude au moins à 5.2L de cylindrée équivalente et au moins l'équivalent du V8 pour le nombre de cylindres. Pour le couple à bas régime, donc la réactivité et la consommation à basse vitesse et en régime de croisière, l'architecture carrée (alésage = course) du Yamaha semble bien plus favorable que celle, plus ou moins franchement supercarrée (alésage > course) des autres moteurs. Enfin, le rapport de réduction du Suzuki semble favorable au rendement énergétique sous réserve du régime de rotation effectif de l'engin. Au final, cet article simpliste omettant bien des informations essentielles ressemble à une publi-information déguisée en faveur du Mercury plutôt qu'à un travail de journaliste : révisez votre copie, et donnez-nous des mesures!
Aranta Paco 2 mois
vous devriez parler aussi de la taxe sur les moteurs
Dorée Michel 2 semaines
Après ces beaux discours sur catalogues, pour quand les essais réels ..?

Moteurs in-bord et hors-bord
A lire aussi sur Bateaux.com