Hors-Série Farol, un couteau de marin pour la sécurité sur le bateau

Si tous les marins du monde ont un couteau sur eux, ce n'est pas seulement pour la beauté de l'objet. C'est aussi pour assurer leur sécurité. En 1996, Sylvain Berthomme a ressenti la nécessité de créer de vrais couteaux de marin. Sa renommée est aujourd’hui acquise sur toutes les mers du globe.

Un couteau aiguisé, prêt à l'emploi peut sortir de nombreuses situations périlleuses. Pour cela il faut que le couteau soit accessible et rapidement opérationnel.

Farol avec ses modèles livrés avec leurs étuis répond à cette demande.

Le vrai couteau de gabier

Les gabiers sur les voiliers anciens avaient toujours sur eux un couteau à lame droite rangé dans son étui.

Farol
Farol

La coutellerie Farol reproduit aujourd'hui ces couteaux. Le modèle Forban livré avec son étui en cuir épais qui s'accroche à la ceinture mesure 23 cm. Son manche tourné en bois dur est partiellement recouvert d'un tressage exécuté par un mateloteur. C'est le couteau typique que portaient les gabiers à la ceinture.

Farol

Efficace aussi pour le matelotage

Plus moderne, le Crafty Jack est aussi parfaitement adapté pour la navigation. Il est l’aboutissement de nombreuses années de pratique. Beaucoup plus petit (13,5 cm) il se range ouvert dans son étui en cuir porté à la ceinture. Son manche est en aluminium anodisé de couleur bleu fusil, et sa lame se repli pour laisser découvrir un épissoir à chas pour coudre ou surlier sans changer d’outil. La découpe dans le manche fait office de démanilleur. Au bout du manche, un anneau permet de frapper un cordage pour assurer le couteau.

Farol

Performant et élégant

Le gréeur, version « grand modèle » du Crafty Jack, sera lui aussi adapté pour la sécurité du marin.

Comme les deux modèles précédents, la lame reste toujours sortie et le couteau se range dans son étui porté à la ceinture. Avec ses 25 cm de long, il pourra impressionner par sa taille, mais il reste très accessible avec un cabillot au bout du manche pour l'attraper rapidement. La lame est munie d'une denture coupe-orin (dentelée). Cette fois le démanilleur est intégré à l'épissoir à chas.

Plus d'articles sur les chaînes :

Reportage : Hors-série sécurité

Icom, des fonctions sur les VHF qui font la différence

Coupe-orin Delot, un modèle breveté qui a fait ses preuves

Réagir à cet article
Ajouter un commentaire...


Hors-Série Sécurité
A lire aussi sur Bateaux.com