Essai / La vague de surf artificielle, sport de glisse 2.0


Cette année encore, le Boot Düsseldorf a fait le show, avec 9 mètres de large et jusqu'à 1,50 m de haut, c'est The Wave ! Parfois, il faut savoir se mouiller alors nous avons testé la vague artificielle.

The Beach World, un village où l'on pratique les sports de glisse

Si le Boot Düsseldorf n'est pas à proximité de la mer, cela n'empêche en rien les visiteurs de s'adonner aux sports de glisse. Les organisateurs du salon nautique allemand ont développé un véritable village de la glisse (Hall 8 a) pour pratiquer sa passion, même sous la neige ! Windsurf, Optimist, Yoga Paddle, Skimboard et même wakeboard, le choix est vaste ! C'est une excellente occasion pour découvrir de nombreux sports et ainsi peut-être inspirer de nouvelles vocations.

Mais ce qui impressionne par-dessus tout c'est ce grand spot de surf – The Wave —, installé au cœur de ce salon nautique. Les pros viennent s'affronter lors de compétitions organisées pour le plus grand bonheur du public.

The Wave, une vague artificielle indoor

The Wave est donc un simulateur de vague. Il existe plusieurs technologies, celle-ci reproduit assez fidèlement une vague de rivière. Un épais matelas d'eau accélère sur un plan incliné avant de rencontrer un bassin où la vitesse ralentit fortement, créant ainsi un ressaut hydraulique qu'on utilise pour surfer.

Il y a seulement quelques années le surf indoor était anecdotique, mais actuellement, les projets fleurissent partout dans le monde, c'est donc l'occasion de tester ce concept. Même si je pratique un peu le surf dans les vagues bretonnes, ça parait un peu plus compliqué aux vues des chutes et du roulement des pratiquants. Je vais essayer de tenir plus de 3 secondes.

On mouille le maillot !

Tout d'abord, pour espérer tester la vague, il faut s'inscrire. Et sachez qu'il vaut mieux s'y prendre à l'avance pour réserver un créneau sur le site web du Boot Düsseldorf. Avouons qu'une carte de presse nous a un peu aidés à obtenir une place à la dernière minute.

Ainsi, j'ai un petit créneau juste après une démonstration des pros du surf de rivière. En effet, la compétition Wave Master Düsseldorf vient de se dérouler en plein salon nautique. Une petite pression s'installe…

La logistique est parfaite, tout est à disposition : des planches de toutes tailles, des combinaisons néoprène et même des casques pour ceux qui le désirent.

Ensuite, on s'approche du bassin pour faire la queue. Les instructeurs sont là pour donner des astuces afin de réussir à surfer cette vague atypique. Pour le take-off (c'est le fait de se mettre debout en équilibre sur la planche), on s'assoit sur le bord du bassin. L'instructeur tient la planche et apporte quelques conseils sur le positionnement des pieds.

Au début, on se met debout tout en prenant appui sur le bord du bassin. Dans le surf 2.0, nul besoin de ramer, ni pour le take-off ni pour passer la barre (les déferlantes) pour rejoindre le pic (zone d'attente pour la "bonne" vague).

Découvrir de nouveaux repères

Les premières sensations sont vraiment troublantes, car tout semble inversé. En effet, un puissant jet d'eau se jette sous la planche alors qu'en surf naturel on dévale la pente d'une onde qui se déplace sur une eau presque statique. Les repères sont faussés, ou plutôt, il faut créer de nouvelles références de surf. Les sensations sont plus proches du wakesurf (tracté par un bateau à moteur) que du surf. Et visuellement, c'est plutôt étrange de voir un mur ceinturer une vague.

Mais qu'importe, le plaisir, le challenge, les bonnes sensations sont au rendez-vous et l'on s'éclate à prendre de très nombreuses vagues. La progression s'en trouve extrêmement accéléré par rapport au surf naturel.

vague artificielle

Prendre du plaisir

Alors pour évincer le débat du "pour ou contre les vagues artificielles", comparons ce simulateur de vague à un lanceur automatique de balles de tennis ou à un mur artificiel d'escalade. Ça ne remplace pas la réalité, mais ça s'en rapproche suffisamment pour prendre beaucoup de plaisir et progresser dans un sport.

Le surf ne cesse de faire des adeptes. L'été, les spots sont saturés et l'hiver, la pratique est parfois difficile. Dans un monde où l'on aime pouvoir consommer les loisirs à la demande, il est fort probable que les vagues artificielles trouvent leur public et se développent.

Plus d'articles sur les chaînes :

Réagir à cet article :
Ajouter un commentaire...