Sodebo Ultim 3, le maxi-trimaran ultra novateur de Thomas Coville se dévoile enfin !

Sodebo Ultim'3 © Frédéric Morin / Sodebo

Ce samedi 2 mars 2019 sortait de son hangar de Multiplast à Vannes, Sodebo Ultim 3 après 18 mois de chantier ultra confidentiel. 32 m de long, 23 m de large, 34 m de haut, voici les dimensions de ce nouveau géant des mers, conçu pour battre d'incroyables défis.

À Vannes, le quai Malbert était noir de monde ce samedi 2 mars 2019, sur le parvis du chantier Multiplast. Après 18 mois de chantier, l'heure était à la découverte de Sodebo Ultim 3, en présence de son skipper Thomas Coville et d'une des 3 présidentes de Sodebo, Patricia Brochard. Le dernier-né de la classe Ultim 32/23 possède la superficie de 4 terrains de tennis et son mât aura la taille de l'Arc de Triomphe !

Un cockpit novateur

Si jusque-là il correspond en tout point aux critères de la classe des trimarans géants, il se distingue par son design novateur. À commencer par ce cockpit situé très en avant du mât, intégré dans le bras avant. Du jamais-vu auparavant et une conception inspirée de l'aéronautique, comme l'explique Thomas Coville :

"Le fait d'avoir le cockpit devant le mât va considérablement améliorer la manœuvrabilité du bateau. L'habitacle est complètement intégré et ressemble à un cockpit d'avion. Ce n'est pas une petite évolution et je suis assez fier."

© Bernard Le Bars / Sodebo

L'habitacle qui représente 20 % de la masse du bateau a été avancé de 7 mètres par rapport au précédent Sodebo et le centre de gravité du bateau de 1,20 mètre.

"Dans tous les sports mécaniques, le centrage des masses est une donnée de base de l'aérodynamisme et de l'hydrodynamique. Au niveau vision, perception, équilibre et repères pour régler les voiles et la grand-voile, je vais être beaucoup plus proche de l'étrave et des embruns. Mais quand on circule dans un avion, plus on est proche du centre de gravité, moins on est chahuté et sollicité. On verra dès les premières navigations, mais l'objectif c’est que ce soit plus confortable" détaille le skipper.

© Frédéric Morin / Sodebo

Un mode d'emploi à écrire

"Il ressemble à l'ancien, mais il est bourré d'électronique, d'hydraulique et de fibre optique. Avec ces foils importants et toute la technologie présente à bord, il va falloir écrire le mode d'emploi" détaille à son tour Jean-Luc Nélias, routeur de Sodebo. Le bateau juché ses foils décollera pour dépasser les 40 nœuds.

Une mutualisation des compétences

Pour faire naitre ce bateau — décidé deux jours après l'arrivée du tour du monde en 50 jours de Thomas Coville le 25 décembre 2017, il aura fallu 110 000 heures de travail et près de 400 fournisseurs. Mais surtout la naissance d'un design team, avec des gens aux expertises variés et de nouvelles méthodes de travail.

"Actuellement, les bateaux sont trop complexes pour qu'il n'y ait qu'un seul sachant et donc un seul architecte" explique Thomas Coville. Ainsi, 11 personnes de chez Sodebo ont travaillé en collaboration avec VPLP pour les œuvres vives de la coque centrale, les flotteurs et la forme du bras avant, Banuls pour l'architecture générale, la plateforme, les appendices et le VPP (Velocity Prédiction Program), Martin Fisher pour le design des foils et bien d'autres encore.

©Bernard Le Bars / Sodebo

Un programme de navigation autour du monde

Dessiné et conçu pour un programme de courses autour du monde, les 4 prochaines années seront dédiées à 3 tours du monde et 14 transatlantiques en en équipage et en solitaire. Un ambitieux programme sportif qui alternera les navigations en solo, en duo et à beaucoup plus.

Le bateau sera mis à l'eau dans 15 jours et débutera une phase de tests statiques, avant d'enchainer les premières navigations puis la recherche de performance.

Sodebo Ultim 3 en chiffres

18 mois de construction
50 000 heures d’étude
110 000 heures de chantier
29 256 cafés
– 32m de long par 23m de large et 34m de hauteur de mât, soit la surface de 4 terrains de tennis…
– 65T de compression dans la boule de pied de mât
– 17T de tension dans l’écoute de grand-voile
– près de 700m² de voilure au portant
– vitesse max envisagée : entre 45 et 50 nœuds
– Plus de de 400 fournisseurs
– Tirant d’air: 36m
– Plus de 16 000m2 de carbone
– KM de bouts: 2,5Km
– Surface filets: 270m2
– Métrage fibre optique: 330m
– KM de câbles électriques: 4Km
– Foils: 2,5m sous coque. Hauteur totale des foils: 4m
– Surface de peinture: 750m2

– Surfaces des voiles :
GV: 277m2
-Ris1: 220m2
– Ris2: 165m2
– Ris3: 107m2
J0: 420m2
J1: 261m2
J2: 170m2
J3: 92m2

Plus d'articles sur les chaînes :

Réagir à cet article :
Ajouter un commentaire...