Découverte / Bosa : Port refuge et village historique au milieu des falaises de Sardaigne

Le village historique de Bosa et l'embouchure du fleuve Temo se cachent au milieu des falaises de la côte ouest de la Sardaigne. Château, ruelles, gastronomie sont complétées par un chantier naval bien équipé pour l'entretien du bateau.

Un port niché entre les falaises dans l'estuaire du Temo

Le village de Bosa s'est construit sur les bords du petit fleuve Temo. Situé à une vingtaine de milles au sud d'Alghero, sur la côte ouest de la Sardaigne, le port offre un abri précieux dans une côte qui en compte peu.

© Carte CMAP-Embark

Le littoral au nord est particulièrement abrupt, dominé par des falaises et une route côtière récemment inaugurée, offrant de superbes points de vue. La végétation de maquis y est splendide. Aujourd'hui protégée par une digue, l'entrée dans le fleuve Temo est joliment bordée par des roches aux reflets verts étonnants. Une tour de guet héritée de l'occupation aragone borde la rive sud. Elle faisait partie d'un réseau réparti sur la côte de l'île, visible de l'une à l'autre, pour la surveillance des incursions " barbares " et la transmission des messages.

Les roches vertes de Bosa

Tour de guet à l'entrée de Bosa

Un village historique très bien conservé

La ville est aujourd'hui séparée entre Bosa Marina, plus moderne et proche de l'embouchure et Bosa Antica, la ville historique accrochée au flanc de la colline. Le port de plaisance géré par Nautica Pinna se situe à Bosa Marina. Il est ensuite possible de rejoindre le centre ville par la route ou par le fleuve pour de petits bateaux.

© Carte CMAP-Embark

Dominé par un château médiéval, agrandi progressivement au cours des siècles, le centre historique s'étale au gré de petites ruelles concentriques et des escaliers sur toute la pente descendant au fleuve.

La vue des bateaux se reflétant sur l'eau au pied du village et de ses maisons colorées est réellement charmante, même sous le ciel gris ! Pour les sportifs, une promenade en kayak est possible en amont du village dans la vallée.

Sur la rive opposée, les premières tanneries se sont installées dès 1700. Les bâtiments subsistants sont aujourd'hui classés, l'activité ayant cessé en 1962.

Désormais plus accessible, Bosa a cultivé une identité forte du fait de l'isolement de sa vallée. La tradition du "filet", en français dans le texte, une forme de broderie réalisée sur les mailles des filets des pêcheurs, est toujours importante. Du côté culinaire, la malvasia, un vin sucré légèrement amer, cultivé localement, est un des incontournables de l'apéritif. La bottarga, œufs de poisson fumés, à déguster dans les salades ou sur des tartines, dépayse les papilles.

Un chantier naval – port de plaisance bien équipé

L'accueil des bateaux visiteurs se fait principalement au chantier Nautica Pinna dôté d'une trentaine de place dédiées. Equipé d'un travelift de 65 tonnes, le chantier réalise les travaux et entretiens nécessaires pour les bateaux de plaisance. Des projets d'agrandissement devraient être lancés pour accueillir un nouveau portique de mise à l'eau d'une capacité de 260 T, en élargissant la darse pour accueillir des catamarans jusqu'à 10,5 mètres de large. Un distributeur de carburant est également disponible sur place.

Plus d'articles sur les chaînes :

e
Réagir à cet article :
Ajouter un commentaire...