”Le sort s'est jeté sur notre bateau, il a été frappé par la foudre”

Geneviève et Thierry naviguent en Méditerranée depuis plus de 5 ans. Ils habitent sur leur voilier durant toute la belle saison. Chaque hiver, ils hivernent leur Sun Odyssey 50 au sec. Cette année à leur retour à bord, une désagréable surprise les attend : la foudre a frappé. Ils nous décrivent l'état du bateau.

Comme tous les ans depuis 5 ans, nous avons décidé de retourner à bord pour préparer notre saison de navigation pour l'année 2020. Les dates sont toujours plus ou moins fixes. Le retour sur notre bateau se fait vers la mi-mars pour nous laisser le temps de réaliser tous les entretiens et les réparations avant la date de mise à l'eau vers la mi-avril. Notre voilier est un Sun Odyssey 50 de 2009 qui nous procure beaucoup de plaisir depuis 2014, date où nous l'avons acheté d'occasion.

Sun Odyssey 50 frappé par la foudreq
Les restes de la girouette retrouvés dans le cockpit

Des indices avant la découverte

C'est donc le 12 mars 2020 que nous embarquons vers la Grèce pour rejoindre Préveza (mer Ionienne) où trois grands chantiers accueillent près de 2000 bateaux pour l'hivernage au sec. Vers 17 h, nous montons à bord de notre bateau et constatons que la girouette Windex de tête de mât est cassée. Des débris trainent sur le pont arrière. Je pense que des mouettes ont dû la détruire et ne m'inquiète guère. On pénètre dans le bateau et nous commençons par retrancher les batteries et vérifier si le bateau a bien passé l'hiver. Tout de suite, nous remarquons que l'éclairage intérieur ne marche pas. On regarde le tableau électrique pour vérifier les fusibles et sentons alors une odeur de brulé. Je débranche immédiatement les batteries et constate que des fusibles du tableau électrique ont littéralement explosé. À ce moment, je n'ai plus de doutes : le bateau a été frappé par la foudre.

Sun Odyssey 50 frappé par la foudre
Au centre le Sun Odyssey 50 avec son ancre posée sur la palette

Le mât le plus haut ?

Notre voilier est stocké au sec au milieu de beaucoup d'autres. Pourquoi la foudre a-t-il choisi le nôtre ? Il a sans doute le mât parmi les plus hauts, ajouté en plus à un grand tirant d'eau qui le rehausse d'autant. Mais la différence de hauteur ne doit pas être vraiment énorme avec nos voisins. Nous sommes aussi en bordure du chantier, juste devant une grande étendue plane. Cela a-t-il joué ?

Sun Odyssey 50 frappé par la foudre
Notre emplacement en bordure du chantier

De découverte en déconvenue

La saison commence mal. En débranchant certains câbles du tableau électronique, nous arrivons à rebrancher les batteries sans que l'odeur de brulé ne recommence. On arrive même à voir un peu d'éclairage sur les côtés ce qui est fort utile. Je mesure le voltage du parc principal des batteries qui n'affiche que 12,6 volts, ce qui est faible étant donné que les panneaux solaires devraient charger en permanence. Le circuit 220 volts, lui, semble bien marcher et c'est avec ce premier état des lieux que nous décidons de diner et de nous coucher. Le lendemain, on commence à faire l'inventaire de ce qui a été touché pour prévenir l'assurance.

Sun Odyssey 50 frappé par la foudre
Ce qui reste de l'antenne VHF. À mon avis, ce qui manque est en orbite autour de la terre…

Une tête de mât décapitée 

On commence par le mât où je découvre que l'antenne VHF a totalement disparu. Le feu de route et de mouillage Mantagua a totalement fondu… En bas, l'électronique du bord ne marche plus, mais difficile à dire si cela vient du tableau d'alimentation ou bien si les appareils ont été atteints. On tente quelques branchements directs, mais hélas peu d'appareils semblent réagir une fois branchés.

Sun Odyssey 50 frappé par la foudre
Le feu de route et de mouillage a changé de look

La VHF ne s'allume plus. Pourtant j'avais pris la précaution de débrancher l'antenne avant l'hiver. L'AIS s'allume, mais affiche un message me signalant qu'il n'arrive pas à acquérir une position GPS. Le contrôleur de batteries est mort, ainsi que le Navtex. Pour ce qui est des instruments de navigation, il est impossible de vérifier s'ils fonctionnent, car l'interrupteur de commande au tableau est grillé. Par chance notre traceur de cartes n'est probablement pas atteint, car il avait été déconnecté pour l'hiver.

Sun Odyssey 50 frappé par la foudre
On remarque des traces d'arc électrique sur le circuit imprimé

La bonne nouvelle parmi ces catastrophes est que le frigo marche, ce qui est important pour ma santé, car il doit préserver mon insuline au frais pendant notre saison.

Sun Odyssey 50 frappé par la foudre
Fusible explosé en place

Une revue de détail plus précise

Vu l'étendue des dégâts et pour les besoins de l'assurance, nous demandons au chantier de contacter un technicien pour préparer un devis. Malgré le confinement, aussi valable en Grèce, un technicien vient à bord et vérifie le système électrique. Après de longues investigations, il diagnostique un court-circuit sur le tableau électrique et débranche une partie de celui-ci pour arrêter l'odeur de brulé. Après il prend note de tous nos instruments et commence à vérifier leur état. La liste des appareils HS s'allonge…

Sun Odyssey 50 frappé par la foudre
Faisceau de câbles au pied du mat. Le noir est le résultat de la foudre

Une liste à la Prévert

Les 2 régulateurs des panneaux solaires ne fonctionnent plus. L'amplificateur de réseau wifi semble mort. Les 3 prises USB sont cramées. Les plafonniers avec les ampoules à LEDs sont noirs et certains ont même explosé, car on retrouve le verre dépoli au sol. Le guindeau marche, mais seulement pour descendre l'ancre, pas pour la remonter. Le propulseur d'étrave marche, mais une fois le courant branché, il siffle en continu. Pour le réseau NMEA 2000, le technicien est très pessimiste, mais ne peut vérifier sur place si les appareils sont aussi touchés.

Sun Odyssey 50 frappé par la foudre
Couvercle du porte fusible et deux fusibles qui ont été foudroyé, comparé a un fusible indemne

Heureusement certains appareils fonctionnent comme le dessalinisateur et le chargeur de batteries. Le groupe électrogène et le moteur fonctionnent aussi.

Après son inspection, le technicien nous promet de faire son devis malgré la période de confinement, mais il me prévient que des problèmes d'approvisionnement sont a prévoir…

Sun Odyssey 50 frappé par la foudre
Ce qui reste d'un luminaire

La foudre passe où elle veut

En attendant ce devis, je me rends compte que le parcours de la foudre a été très erratique dans le bateau. L'automne dernier, en quittant le bateau pour éviter qu'elle rouille dans la baille, j'avais sorti l'ancre sur une palette au pied du bateau. Je me disais aussi que si la foudre venait frapper le mât, elle allait descendre via l'étai et continuer son chemin jusqu'au sol via la chaine d'ancre. Je me suis trompé. En réalité la foudre est descendue dans le mât par les fils de la VHF et du feu de mouillage. Arrivé en bas du mat, l'arc électrique a sauté sur un boulon de quille non sans avoir touché une tresse de câbles qui venaient du tableau électrique ainsi que la dorsale NMEA 2000. C'est par là que tous les instruments électroniques ont été atteint via leurs fils d'alimentation.

Sun Odyssey 50 frappé par la foudre
Toutes les lampes témoins ne marchent plus, ainsi que les écrans des jauges. La prise USB a été remplacée pour pouvoir recharger l'Ipad et les téléphones

Double peine et réflexions

Notre saison 2020 est maintenant doublement affectée, c'est un peu la double peine : non seulement il y a le confinement et en plus il va falloir réparer ou remplacer les appareils défectueux.

Une question me trotte dans la tête comment aurais je pu limiter les dégâts ? J'avais débranché toutes les antennes et les coupe-circuits des batteries. Mais cela a protégé certains appareils, mais pas tous. En fin de saison prochaine, je vais certainement débrancher tous les appareils du réseau NMEA si possible et débrancher aussi le tableau électrique, car je crois que ces mesures peuvent contribuer à réduire l'impact de la foudre.

Pour finir, je m'estime heureux que le bateau n'ait pas pris feu et qu'il reste réparable. Mon assurance est en règle et cela me rassure. Espérons que tout s'arrange avec la fin du confinement, afin de reprendre la mer dès que possible.

Plus d'articles sur les chaînes :

Réagir à cet article :
frederic pecher - 3 mois
Chers Thierry et Geneviève Bon courage
alain Rousseau - 3 mois
La meilleure solution consiste à se protéger activement contre la foudre avec des solutions plus ou moins chères. La solution la plus efficace consiste à mettre en place un paratonnerre en tête de mât relié à un câble isolé spécial foudre ou encore installer des parafoudres de type 1 c'est-à-dire capable de résister à un choc de foudre direct. Beaucoup de navires de pêcheur au Vietnam sont protégés par des câbles tendus au-dessus du bateau ce qui offre une protection bon marché et apte à protéger les personnes car c'est bien évidemment le risque que le plus important. Vous pouvez consulter utilement le site de l association protection foudre apfoudre.fr bon courage pour les réparations
michel rivière - 3 mois
Bon courage, d'autant que votre bateau à l'air suréquipé , Merci pour les information , j'imagine mieux les précautions à prendre en cas d'orage au large ; au port , je peux imaginer être protégés par les plus gros ...
Michel Larger - 3 mois
Bonjour, sur mon FIRST 285 de 1988 il y avait un "éclateur"sur le circuit qui reliait les haubans à un boulon de quille par une tresse. l'" éclateur"" permet au courant électrique de ne passer que sur une très grosse tension (celle créée par la foudre). évitant ainsi de créer un arc électrique. Ceci aurait peut être évité ces gros dégâts.
Ajouter un commentaire...

Sun Odyssey 50 DS, la fiche technique

MarqueJeanneau
ArchitectePhilippe Briand
Longueur de coque15.07
Largeur4.49 m
Tirant d'eau2.15 m
Catégorie CEA
Nombre de passagers14
Déplacement lège13 400 kg
Surface de voilure au près90 m2
Nombre de moteurs maximum1
Carburant240 L
Voir la fiche technique complète du Sun Odyssey 50 DS