Le port à sec de Lorient, une "solution alternative au ponton"


Vendredi 4 juillet, a été inauguré le port à sec de Lorient. Installé dans la base de sous-marins, il offre la possibilité de stocker 280 bateaux. Une bonne solution pour contourner le manque de place sur les pontons.

Inauguration du port à sec de Lorient

Vendredi matin, à 11 heures, dans la ville de Lorient, le port à sec a été inauguré. Installé dans l'ancienne base de sous-marins, ce port couvert pourra accueillir 280 bateaux d'une longueur maximale de 7,50 mètres et d'un poids maximal de 2,5 tonnes. D'une surface de 3 000 m2, ce projet a été imaginé par la Sellor, société d'économie mixte qui gère les ports de plaisance de Lorient. Le chantier, pris en charge par la société ACG, spécialisée dans les automatismes, a consisté en la construction de deux automates de 14 mètres de haut. Installés sur des rails et équipés de deux fourches pivotantes, ils ont été conçus sur mesure pour les alvéoles de l'ancienne base de sous-marins. "Dans chaque alvéole, on peut mettre 140 bateaux, stockés sur des racks, sorte d'étagères à quatre niveaux" explique Christian Garnier, directeur général d'ACG.

Le fonctionnement est simple, chaque propriétaire voulant mettre son bateau à l'eau devra prévenir la veille le port. La machine, équipée de palpeurs et de caméras, reconnaîtra l'immatriculation du navire et le mettra à l'eau automatiquement.

Répondre à un besoin réel : le manque de place sur les pontons

Ce projet, sur les rails depuis octobre 2013, a couté au total 2,6 millions d'euros, en parti financé par le département. L'aménagement de la cale de mise à l'eau a, pour sa part, été financé par Lorient Agglomération et le conseil régional.

Malgré les six ports de Lorient et leur capacité totale de 2 400 places, la demande reste importante et les listes d'attente pour obtenir un emplacement ne cessent d'augmenter. Pour preuve, la première alvéole de stockage affiche déjà complet. Brieuc Morin, directeur des ports de la Sellor explique que "développer des ports ne peut plus être seulement synonyme d'extensions à flots", il faut investir dans des solutions alternatives au creusement de bassins. Norbert Métairie, maire de Lorient et président de Lorient Agglomération explique que le port à sec va permettre, de libérer de la place dans les pontons pour les bateaux de plus de 7,5 mètres de long, mais aussi, aux concessionnaires de bateaux de vendre sans se soucier du manque de place.

Aujourd'hui, le gestionnaire du port de à sec de Lorient se donne trois ans pour le remplir. 

Plus d'articles sur les chaînes :

Morbihan
Réagir à cet article :
Ajouter un commentaire...