Le groupement corse "Corsica Maritima" veut racheter la SNCM

Alors qu'une lettre avait été envoyée le 5 juin dernier par un groupement d'entreprises corses désirant se positionner sur le rachat de la SNCM, ce dernier a désormais un nom, la Corsica Maritima.

Le 10 juin dernier, les 3 offres déposées pour le rachat de la SNCM avaient été rejetées par le tribunal de commerce de Marseille. La raison ? "Aucune offre ne présente de garanties sérieuses de viabilité économique, la pérennité de l'ensemble cédé ne paraissant pas assurée" avait estimé le tribunal. Pour rappel, les 3 dépositaires sont l'armateur Baja Ferries, Christian Garin, ancien directeur du port de Marseille et le groupe corse Rocca (transports routiers, immobilier et traitement des déchets). Or, le 5 juin, le tribunal de commerce de Marseille avait reçu un courrier d'un consortium d'entreprises corse, qui se positionnait sur le rachat de la SNCM devant "le contexte connu de la faiblesse des offres."

Désormais, ce groupement corse a un nom, la Corsica Maritima, comme l'a indiqué le conseil d'administration dans un communiqué. Composé de plus de 70 des plus importantes entreprises insulaires de tous les secteurs économiques – de la grande distribution au BTP –, il souhaite déposer une offre de reprise "Corsica Maritima n'a pas comme objectif de réaliser une quelconque opération financière ou spéculative, mais de permettre dans la transparence aux acteurs de l'économie insulaire de participer activement à la gestion d'un maillon vital pour leurs activités." Et affirme "Les équipes opérationnelles (d'ingénierie juridique, financière, et technique) sont au travail, des contacts sérieux avec des partenaires armateurs d'importance sont engagés." Mais pour l’instant, aucun nom n’est cité. Et d'ajouter "L'objectif de finaliser des propositions sérieuses et ambitieuses tant en terme social, que de pérennisation économique sera donc atteinte avant le terme fixé par le tribunal."

Ce courrier, signé Pierre Anchetti, un des entrepreneurs corses du consortium, et porte-parole explique en conclusion "L'émancipation de l'économie insulaire et son développement sont liés au succès du projet de nouvelle régulation du transport maritime que porte notre démarche. Une compagnie corse, au service de la Corse, voilà notre objectif, nous sommes déterminés à l'atteindre."

D'autre part, le frigoriste Stef, propriétaire de la Méridionale, compagnie assurant la desserte maritime de la Corse, avec la SNCM, qui avait également envoyé un courrier au tribunal de Marseille le 1er juin dernier, a affirmé présenter une offre dans les délais fixés. La prochaine audience aura lieu le 25 septembre prochain. 

Plus d'articles sur les chaînes :

Réagir à cet article :
Ajouter un commentaire...
Reportage : Histoire de la SNCM

SNCM, les 3 offres de reprise rejetées, l'appel d'offres relancé

Quatre repreneurs pour la SNCM