La transat de Rémi, présentation du bateau - Épisode 3/10


Comment se vit une transat sur un voilier de 10 m quand on a jamais navigué ? Voilà le 3e épisode de cette transat et la découverte des plaisirs de la navigation.

Il s'appelle Rémi.

Il se lance sur l'Atlantique sans jamais… avoir mis le pied sur un bateau. Après la phase d'amarrinage, c'est la phase de la découverte de la vie en mer. L'espace restrein du bateau, la vie en communauté et surtout le plaisir de se retrouver seul pour son quart. Moment intense qu'il décrit bien dans son journal de bord.

"Jour 7- Journal de bord transatlantique

Il m’aura fallu moins d’une semaine pour que mon corps s’habitue au ballotement incessant du voilier. Le mal de mer est une histoire ancienne, tout comme l’angoisse de rester encore plusieurs semaines encerclées par les eaux.

N’est-ce pas merveilleux d’avoir du temps pour soi ? Le nombre de distractions étant restreint : lire, manger, dormir, écrire, écouter de la musique et s’abandonner dans ses pensées.

Finalement, j’ai tout ce dont j’ai besoin. Je peux manger à ma faim, lire à outrance, méditer sur l’existence, rêver du futur et me remémorer mon passé. Le bateau est assez grand pour pouvoir s’isoler et ne pas empiéter sur l’espace des autres.

J’adore faire des quarts et tout particulièrement ceux à l’aube. C’est quoi un quart ? C’est le moment pendant lequel tu es en charge de la veille du bateau. Les autres dorment généralement. Tu vérifies qu’on ne va pas se prendre un autre bateau ou si le vent ne change pas de direction ou de force. Bref, je contemple l’horizon pendant deux heures, voyant progressivement le jour se lever. Les étoiles disparaissent peu et peu et la lumière commence à faire son apparition. Un dégradé à 360 degrés dans le ciel, mais aussi la mer qui d’un côté est plongée dans l’obscurité, tandis que l’autre versant se teinte de couleurs orangées. Le soleil finit toujours par faire son apparition et ses premiers rayons me réchauffent, moi j'écris dès que la lumière le permet. J’aime ses débuts de journée ou plutôt ses fins de nuit, car oui, je vais aller me recoucher par la suite. On me réveille généralement vers 4 heures du matin afin d’effectuer mon quart. Celui-ci dure normalement deux heures, mais j’aime le prolonger, car je sens avec le levé du jour, l’inspiration et la motivation. Je me réveille et mon esprit, après avoir cogité pendant deux heures ne demande qu’à s’exprimer. Écrire me procure un bien fou. Me relire également."

Plus d'articles sur les chaînes :

Réagir à cet article :
Ajouter un commentaire...
Reportage : Transat de Rémi

La transat de Rémi, présentation de l'équipage - Épisode 2/10

La transat de Rémi, la cuisine à bord - Épisode 4/10