Solaris le yacht made in Italie

Le design à l’Italienne servi par une fabrication moderne et de qualité, les roofs discrets, l'élégance des lignes tendues, voilà quelques-unes des caractéristiques des voiliers du chantier Solaris. Représenté en France depuis seulement 5 ans, il a rapidement trouvé sa place sur le marché des voiliers de luxe.

Chantier italien, Solaris développe son marché vers l’Europe. Cette gamme de voiliers de 37 à 73 pieds taillés pour le soleil et le plaisir de la “belle navigation” est représentée en France depuis 5 ans.

Solaris

La plaisance hédoniste

Pas besoin de beaucoup d’efforts pour s’imaginer glisser avec un Solaris sur un plan d’eau indigo, puis au mouillage déployer la plage arrière et apprécier un verre de prosecco les pieds dans l’eau. Pour cette gamme de voilier, le programme de navigation est celui de la plaisance hédoniste. Les vacances en famille ou entre amis, la navigation hauturière et, à l’occasion, pourquoi pas une régate en équipage.

De nombreux bateaux sont plus typés. Certains plus aptes à affronter les océans, d’autres pour pratiquer le farniente au mouillage, ou encore ceux qui taillent leur prestige en remontant au vent. Les Solaris se veulent avant tout de très beaux voiliers, mais ils n’en oublient pas leur fonction et la polyvalence nécessaire pour faire un bon voilier.

Ces bateaux s'adressent aux navigateurs sensibles à l'esthétique et l'élégance à l'italienne, ceux dont la dolce vita invite à naviguer quand le temps est clément et qu'un beau mouillage se profile à l'horizon.

Solaris

Le design à l’Italienne

Contemporain, élégant, racé, valorisant… Depuis longtemps les créateurs italiens s’illustrent en matière de design industriel : Vespa, Riva, Wally, Ducati, Maserati, en sont les fleurons.

Solaris est de cette lignée, on voit d'abord un beau bateau. Il se distingue par l’émotion qu’il suscite. Les ingénieurs de Trieste (l'endroit où est installé le chantier) ont le respect du design, par exemple à la question : "Pourquoi de si petit hublots de roof?" De plus grands pourraient être plus lumineux. La réponse du chantier est accompagnée d'un sourire bienveillant : “On sait faire plus grand, mais ce n’est pas élégant.

Puis quand on s’approche et qu’on regarde dans les coins, on remarque la qualité des matériaux, des assemblages, des finitions, de la technique de fabrication et on réalise que si le Solaris est un beau voilier, il semble aussi de bonne facture.

Solaris

Caractéristiques spécifiques du design “à l’italienne”

Sur le pont, les manœuvres sont cachées. Les drisses, les écoutes ou autres rails sont invisibles pour le plus grand plaisir des yeux et des pieds nus. Le design d'inspiration flush-deck - c’est à dire sans proéminence de roof - est sublime, mais impose des concessions. Le roof ne pourra pas protéger du vent et des embruns les équipiers assis dans le cockpit, quand le temps changera. Les hublots de roof sont étroits et laissent peu de lumière pénétrer l'habitacle…

Les cockpits des Solaris sont peu profonds et les winches ne sont pas placés au mieux pour l'ergonomie de manœuvres. Enfin, n'ayant pas de piano sur le roof, on retrouve les manœuvres renvoyées à l'arrière au poste de barre ou restant au pied de mât. Tout est pensé avec élégance, mais à l'image de l’absence de cale-pieds dans le cockpit, on pourrait penser que parfois l’ergonomie passe après le design.

Solaris

Technique de fabrication moderne et pragmatique.

Jean-Pierre Mari du chantier Solaris Yacht revendique fièrement la fabrication intégrale des voiliers en Italie dans des ateliers modernes. On peut qualifier le mode de construction à la fois artisanale et haut de gamme. En effet, la coque et le pont sont infusés sous vide. Les matériaux de fabrication sont homogènes et font appel à la fibre de verre, la résine vinylester et la mousse airex. Les cloisons en composite sont stratifiées à la coque et au pont garantissant une réelle rigidité de la structure. Le chantier utilise un peu de carbone sur des pièces sensibles comme des renforts de cadène par exemple.

A l'intérieur, tout comme sur les grandes unités il n’y a pas de contre-moule, cela impose donc de nombreuses heures de ponçage, masticage et du vaigrage. Cette technique permet aussi de tenir un devis de poids raisonnable.

Plus d'articles sur les chaînes :

Réagir à cet article :
Ajouter un commentaire...