Côtes bretonnes, connaissez-vous leurs surnoms ?

© Bateaux.com

Divisée en dix portions, la côte bretonne s'étend sur plus de 1 000 km et borde plusieurs régions. Chaque portion possède sa propre appellation, en raison d'un fait historique, géologique ou encore touristique.

De la Loire atlantique jusqu'à l'Ille-et-Vilaine, les côtes bretonnes comptent plus de 1 000 km de littoral. Elle est ainsi la région française métropolitaine qui possède la plus grande façade maritime. Falaises escarpées, longues plages de sable fin, côtes basses ou baies abritées composent les différentes portions de côtes qui s'étalent de Cancale à Les-Moutiers-en-Retz. Et donc chacune possède un nom propre.

1 - Côte d'Émeraude

Cette côte à cheval sur l'Ille-et-Vilaine et les Côtes-d'Armor s'étend de la pointe du Grouin à Cancale jusqu'au Cap Fréhel à Plévenon. Elle doit son nom au Malouin Eugène Herpin, avocat et historien français, qui, en 1890, qualifia la couleur de la mer de vert émeraude.

La Côte d'Émeraude est parmi les sites les plus touristiques de Bretagne puisqu'on y trouve la célèbre plage du Sillon à Saint-Malo, mais aussi la commune de Dinard.

© Erika Franck

2 - Côte de Goëlo

Cette côte qui s'étend du cap Fréhel à Perros-Guirec n'est autre qu'un ancien comté breton datant de 1137 — le Pagus Gouelou — qui comprenait le nord-ouest de l'ancien évêché de Saint-Brieuc et s'étalait jusqu'à l'embouchure du Trieux.

On y trouve tout ce qui fait la richesse de la Bretagne : ses plages, ses îles, ses ports de pêche et ses falaises.

3 - Côte de Granit Rose

Elle est certainement l'une des plus connues des côtes bretonnes ! Aod ar vein ruz (qui signifie côte des pierres rouges en breton) est une zone côtière de la Manche, située dans les Côtes-d'Armor entre Perros-Guirec à Trébeurden. Elle doit son nom à la couleur rosâtre du granit qui s'étend sur 10 km et sa singularité (il n'existe que 3 côtes de granit rose dans le monde, en Bretagne, en Corse et en Chine), en fait un haut lieu touristique.

4 - Ceinture Dorée

La Ceinture Dorée s'étend de Trébeurden à Brignogan-Plages, en baie de Morlaix, et couvre certaines portions des départements des Côtes-d'Armor et du Finistère. Son climat extrêmement doux y a favorisé l'agriculture maraîchère. L'expression Ceinture Dorée est apparue en 1880 en raison de cette exploitation légumière et florale qui procurait beaucoup de richesse dans cette région.

5 - Côte des légendes

La Côte des Légendes se situe dans le Finistère, entre Brignogan-Plages et Plougonvelin et c'est aussi la baie des Abers. Elle doit son nom à la légende qui raconte que des géants se seraient amusés à jeter des rochers dans l'eau, ce qui formerait aujourd'hui ces amas de cailloux disséminés le long de la côte.

On l'appelle aussi la côte des naufrageurs puisqu'à l'époque certains paysans allumaient des feux pour attirer les navires à la côte, qui venaient alors s'échouer sur ces pierres immergées. Les villageois n'avaient alors pu qu'à piller les bateaux.

6 - Mer d'Iroise

La mer d'Iroise s'étend de Plougonvelin à la Pointe du Raz et englobe les communes de Brest, Crozon ou Douarnenez. La Mer d'Iroise est connue pour ses récifs piégeurs et ses forts courants de marées, mais surtout pour ses impressionnantes tempêtes hivernales.

On se promène sur ses falaises escarpées via de nombreux sentiers de randonnée côtiers qui offrent des paysages à couper le souffle. Si l'on ne sait pas tellement d'où elle tire son appellation — peut-être des Irlandais venus s'installer en Bretagne au 6e siècle — celle-ci est officielle depuis le 20e siècle.

7 - Côte de Cornouaille

La Côte de Cornouaille s'étend de la Pointe du Raz à Pont-Aven, dans le Finistère englobant les communes de Bénodet, Concarneau ou encore Penmarch. Plusieurs hypothèses pourraient expliquer cette appellation :

  • Les immigrants bretons du 5e siècle lui auraient donné ce nom en mémoire de leur région d'origine, la région de Cornouailles (avec un S), en Angleterre.
  • Ce nom d'origine anglo-saxonne signifiant "le pays des étrangers" aurait été donné par les envahisseurs anglo-saxons pour désigner le territoire des Celtes d'outre-Manche.
  • En latin, Cornouaille se dit Cornugallia, qui signifierait "le coin de la Gaule", soit la Cornouaille bretonne.

8 - Côte des Mégalithes

Lorient, Quiberon, Carnac ou encore Vannes font partie des communes de la Côte des Mégalithes, qui s'étend de Pont-Aven à Mesquer. Bienvenue dans le Morbihan ! Elle doit son nom aux vestiges mégalithes et nombreux alignement que l'on trouve sur les terres, mais concerne plutôt la région de Carnac. Pourtant, on utilise peu cette appellation pour designer cette partie de la côte Morbihannaise. Car c'est bien la baie de Quiberon et sa fameuse "Côte Sauvage" qui tire la couverture à elle.

9 - Cote d'Amour

La Cote d'Amour désigne le littoral français de Loire-Atlantique, de Mesquer jusqu'à l'embouchure de la Loire, à Saint-Nazaire et doit son nom au journal de La Baule La Mouette. En 1911, l'hebdomadaire demande à ses lecteurs de choisir un nom pour qualifier le littoral qui s'étend alors de Pornichet au Pouliguen.

Les résultats sont proclamés le 5 juillet 1913, ce sera Cote d'Amour qui récolte 361 voix contre 163 pour Côte de Saphir, 51 pour Côte Guérandaise et 41 pour Côte de Diamant. Ce n'est qu'à partir de 1918 que l'appellation commencera à apparaitre sur les cartes postales.

10 - Côte de Jade

La Côte de Jade couvre la partir littorale du Pays de Retz en Loire-Atlantique, depuis Saint-Brevin-les-Pins jusqu'à Moutiers-en-Retz. Si l'on trouve de longues plages de sable fin bordées par de petites falaises au nord, au sud, la côte est plus sauvage.

Au début du 20e siècle, le tourisme balnéaire se développe, et de nombreuses côtes du littoral français ont déjà un surnom. Or ce n'est pas le cas en Pays de Retz. Dans les années 30, on demande alors au maire La Bernerie-en-Retz de trouver l'appellation qui distinguera cette partie de la Loire Atlantique. Et alors qu'il enfile ses chaussettes couleur Jade, il ne peut s'empêcher de les comparer à la couleur de la mer qui borde la côte.

Attention toutefois, si l'été la mer est translucide aux reflets vert, l'hiver, elle plutôt marron.

Plus d'articles sur les chaînes :

Finistère
Réagir à cet article :
Jean-Michel Gaigne - 1 mois
Il manque la côte de Penthièvre !
JOEL GUERVENOU - 1 mois
C'est en 1890 (et non pas 1980) que la Côte d’Emeraude à été ainsi baptisée :)
Ajouter un commentaire...