Le patrimoine des phares et balises a besoin d'un mécène !

© flickr.com/photos/breizhorizons

Aujourd'hui, la société nationale pour le patrimoine des phares et balises fonctionne en roue libre. Elle ne perçoit de subventions d'aucune institution d'État et a besoin de mécènes et de sponsors pour restaurer l'un des patrimoines culturels français. Les explications du président de la société nationale pour le patrimoine des phares et balises.

Marc Pointud, président de la société nationale pour le patrimoine des phares et balises, partira en octobre et novembre prochain séjourner 60 jours dans le phare de Tévennec. Ce projet qui s'intitule "Lumière sur Tévennec" est à la fois une initiative personnelle, comme avez pu le découvrir dans notre interview de Marc Pointud, président de la société nationale pour le patrimoine des phares et balises, mais aussi une opération médiatique pour alerter sur le devenir des phares et balises, patrimoine culturel français.

Alors, pourquoi cette médiatisation ?

C'est une opération extraordinaire et unique. Personne n'a séjourné sur le phare depuis 105 ans et personne ne séjourne sur les phares en mer depuis 25 ans. Les derniers à l'avoir fait étaient les gardiens de phare, mais c'était leur métier. Moi ce n'est pas le mien. Je le fais parce que ça m'intéresse, mais aussi parce que ça permet de mettre en avant le sauvetage du patrimoine des phares en mer. Le but de cette médiatisation est aussi de trouver des mécènes et sponsors sur l'opération, car nous n'avons aucune aide de l'Etat, des régions ou d'institutions pour la restauration.

L'association essaye de préserver le patrimoine des phares depuis maintenant 12 ans. L'État nous a donné l'autorisation d'aller sur Tévennec. En sauvant Tévennec, nous aurons l'autorisation de sauver un autre phare. Tévennec est une base de départ, un laboratoire d'essai. C'est un projet difficile et lourd, on a plusieurs années pour le faire. L'Etat a mis plusieurs années à le construire, 17 ans pour l'ArMen, alors imaginez-nous, avec nos moyens. C'est pour cette raison qu'on a besoin d'un mécène.

Pour financer Tévennec il faut 300 000 € à peu près, mais c'est un don qui peut être défiscalisé puisqu'on est retenu d'intérêt général. L'entreprise peut retirer 60 % de la somme donnée. Mais ce n'est pas qu'une question d'argent. Nous ce que l'on souhaite c'est que les travaux soient faits. Si on nous propose de faire une partie des travaux gratuitement, ou de refaire le toit, c'est très bien ! Je souhaite juste que Tévennec soit remis en état.

Plus d'articles sur les chaînes :

Finistère
Réagir à cet article :
Sonia Nicole Schuller Bourdon - 08 Juin 2015
Bravo excellent article il faut soutenir cette association qui protège notre patrimoine maritime
Jean Marc Vilcot - 14 Juin 2015
300 000 ? comparé au budget d?un VOR ou d?un Vendée Globe c?est peanuts ; allez les sponsors ne sous estimez pas les retombées d?une action pour Tévennec et osez vous fendre d?une petite pièce.
Ajouter un commentaire...
Reportage : Vivre sur Tévennec

Vivre à bord de Tévennec, comment se préparer ?

Vivre sur le phare maudit de Tévénnec, où en est-on ?