Le phare maudit de Tévennec a un nouveau gardien

Le phare de Tévennec

Marc Pointud, président de la Société Nationale pour le patrimoine des Phares et Balises (SNPB) a rejoint ce samedi 27 février le phare maudit de Tévennec. Il va passer 60 jours isolé pour sensibiliser l'opinion publique sur le devenir des phares et s'offrir une expérience hors du commun.

En 2011, l'association pour le patrimoine des Phares et Balises (SNPB) reçoit une autorisation d'occupation du phare, de l'État, pour une période de 10 ans. Le but est de restaurer le phare de Tévennec pour en faire une résidence d'artiste. Et le choix du feu de Tévennec n'est pas un hasard. Appartenant à la catégorie des "Enfers" il a une histoire maritime très importante. Isolé en pleine mer, sur un caillou rocheux, le Phare de Tévennec se compose de la maison-phare et de sa terrasse.

Le phare de Tévennec est situé à la pointe occidentale de la Bretagne, dans la partie nord du raz de Sein, entre l'île de Sein et la pointe du Van.

Viens alors à l'idée du président de la SNPB d'aller vivre pendant 60 jours sur le phare. Cette opération baptisée "Lumière sur Tévennec" consiste à occuper le phare pour sensibiliser au projet de réhabilitation, mais répond aussi à une motivation personnelle. Marc Pointud a toujours voulu s'essayer au métier de gardien de phare et le phare maudit de Tévennec s'impose naturellement.

Mais l'opération prend du retard. Marc Pointud devait y séjourner en octobre et novembre dernier 2015, mais les mauvaises conditions météo ont empêché le bon déroulement des opérations d'installations électriques dans le phare.

Lors de notre interview du 8 octobre 2015, Marc nous avait confié être prêt pour passer les fêtes de fin d'année là-bas, mais c'est finalement ce samedi 27 février que l'homme de 65 ans a rejoint son caillou rocheux.

Le président de la SNPB a rejoint Tévennec par hélicoptère, les conditions météo, les tempêtes et la houle ne permettant pas l'accès par la mer. Il va donc passer 60 jours isolé physiquement de tout dans un confort assez sommaire (chaise, table, lit), mais disposera néanmoins de moyen de communication moderne : ordinateur, appareil photo et connexion Internet.

Pendant son séjour, Marc Pointud occupera ses journées avec quelques livres, mais aussi l'écriture de son livre et la tenue de son blog. On est un peu loin de l'isolement total des gardiens de phare de l'époque…

Notre reportage complet : Vivre sur Tévennec

Plus d'articles sur les chaînes :

Finistère
Réagir à cet article :
Bertrand Lemonnier - 28 Février 2016
Je ne pense pas que ce phare est hanté ou maudit. Il m'a été raconté qu'il y a plusieurs lustres l'un des deux gardiens est devenu fou. Le temps était plus que mauvais, il n'y avait plus beaucoup de vivres et le bateau de relève ne pouvait pas s'approcher en raison des vagues et du vent. Kenavo.
Albane Djamel - 04 Mars 2016
tres beau phare
Salah Bey - 23 Mars 2016
Il n'y a pas de phare maudit Je pense que l'isolement, la solitude et le bruit incessant des vagues rythmé à longueur d'année finissent par déranger les esprits. Il y a effectivement de quoi devenir fou
Sylvie Vas - 31 Mars 2016
J'en rêve depuis des années. Je veux bien tenter l'expérience ! Surtout vu le boulot de rénovation, pas de temps pour l'ennui.
Ajouter un commentaire...
Reportage : Vivre sur Tévennec

Vivre sur le phare maudit de Tévénnec, où en est-on ?

Vivre 60 jours sur Tévennec, le phare de l'Enfer