Bateaux.com
Magazine du nautisme, de la plaisance et de la mer

Archinaute ou le principe de la voilure tournante

Charles-Henri Viel est le concepteur du projet Archinaute, un bateau fonctionnant sur le principe de la voilure tournante. Le projet ? Proposer une troisième voie de navigation à côté de la voile et du moteur en créant un bateau écologique qui utilise les énergies renouvelables.

Le

Ingénieur de métier, Charles-Henri Viel possède un esprit curieux et une aspiration profonde pour les énergies renouvelables. Lui qui aime développer et innover commence à plancher sur son projet en 2008, mais le développe en 2014. Il imagine une éolienne sur un bateau qui pourrait naviguer face au vent, tout l'intérêt technique et amusant du projet. Aujourd'hui, Archinaute est dans l'air du temps puisque les questions de transition énergétique sont au cœur de la tendance. Pour avancer, l'hélice aérienne absorbe le vent et entraine l'hélice de propulsion sous l'eau. "C'est la puissance de l'hélice aérienne qui fait tourner l'hélice marine." Quand il effectue ces recherches, il s'aperçoit qu'il n'est pas le premier à avoir abordé ce projet puisque le principe est connu depuis 1921.

Premiers essais qui ont tout de suite été concluants 

Grâce à cette technique, on peut naviguer face au vent et aller dans toutes les directions. "On peut naviguer dans un chenal mal orienté, manœuvrer plus facilement dans un port…" Ce moteur à vent se commande de manière mécanique et toutes les manœuvres se font depuis le poste de pilotage. Contrairement à une navigation à la voile, aucune force physique n'est requise. Cette méthode de navigation est semblable à celle d'un bateau à moteur. "La seule limite de la voilure tournante, c'est le manque de vent, mais comme toutes les énergies renouvelables ont leurs limites." Mais cette limite peut être compensée "Comme on a une transmission d'énergie, on peut envisage de stocker cette énergie dans une batterie pour une autonomie limitée."

Côté performance, en mettant une éolienne sur un bateau, on peut dépasser la vitesse du vent. "On arrive à définir un potentiel de vitesse théorique grâce à une équation théorique/algébrique. On peut aussi définir cette vitesse avec un logiciel de mécanique des fluides spécialisés dans la conception des hélices. On arrive ainsi à une vitesse égale à la moitié de la vitesse du vent. Ainsi, par un vent de 20 nœuds, on avance à 10 nœuds."

Travail de conception avec un logiciel de calcul d'hélices de captation (= éolienne) pour estimer les performances du prototype. 

Ce que Charles-Henri Viel développe ici c'est plus un principe qu'un bateau. Il peut donc s'appliquer dans presque tous les domaines de navigation. "Le dessin présente un bateau de plaisance, mais on peut aussi développer un bateau de pêche, de transport de passagers, de marchandises ou encore un bateau de transport maritime."

À ce stade, une maquette de l'Archinaute a été développée. "C'est plus un démonstrateur qui est capable de naviguer face au vent pour montrer la faisabilité. C'est important de montrer qu'on parle de quelque chose qui fonctionne, mais aussi d'avoir des expériences concrètes." Pour l'aider dans son projet, l'ingénieur carnacois travaille avec Laurent Mermier, architecte naval et le chantier naval Bretagne Sud, dirigé par Yannick Bian. La deuxième étape est le développement d'un prototype de trimaran de 12 m de long et de 9 m de large avec une éolienne de 8 m de diamètre. Mais pour ce faire, Charles-Henri Viel a besoin de fonds. Il est donc en recherche active de sponsors pour un financement à hauteur de 3 millions d'euros. "Je recherche en priorité des sponsors qui pourront profiter d'une belle visibilité écomédiatique en s'associant à ce projet. Un mécène est également le bienvenu, mais aussi des investisseurs qui voudraient entrer au capital."

 

Présentation à Etel dans le cadre du Musée des Thoniers

 

Réagir à cet article
Ajouter un commentaire...

Pascal Humbert-david 12 Juin 2015
Super concept, je peux vous aidez à hauteur de 50 euros (je suis au chômage) mais aussi des bras...
Guy Salaün 13 Juin 2015
Concept connu ... Il manque simplement de la portance pour créer l"effet tunnel sous le pont ... d'où gain de puissance . J'ai le même problème en partie solutionné et qui évite au bateau d'être une machine à frapper la mer comme les monocoques ...
LCJ Capteurs - Capteurs de vent soniques 13 Juin 2015
Il existe une course de véhicule avec ce principe. Une dizaine d'école d'ingénieurs se frotte aux frottements de l'air et autre! Nous équipons en capteurs de vent à ultrasons plusieurs écuries.... http://www.windenergyevents.com/ https://www.facebook.com/balticthunderkiel http://www.windenergyevents.com/

Recevoir l'actualité par email avec Bateaux Hebdo

Inscrivez-vous gratuitement à notre Newsletter RECEVOIR BATEAUX HEBDO

Suivre l'actualité
du nautisme et de la mer
Recevoir l'actualité nautique gratuitement RECEVOIR BATEAUX HEBDO