Le Quant 23, le premier quillard volant sur foils


Le Quant23 est un prototype de quillard équipé du nouveau foil DSS (Dynamic Stabily Systems) qui lui permet de décoller et de voler au-dessus de l'eau, même à 10 nœuds, au près. Actuellement testé en Suisse, il sera produit en série.

Dynamic Stabilty Systems (DSS). L'architecte Hugh Welbourn développe depuis plus de 10 ans le fameux système breveté DSS. C'est un hydrofoil rétractable qui déployé sous le vent génère une poussée verticale augmentant le couple de redressement du bateau. Cela donne l'effet d'un équipage complet supplémentaire au rappel, dans les filières, au vent ou à une quille plus lourde, mais sans augmenter le poids de l'ensemble, ce qui augmente les performances de manière exponentielle. Le foil DSS équipe maintenant une grande variété de voiliers de course depuis le vainqueur à répétition de la Rolex Sydney Hobart, Wild Oats XI, jusqu'aux courses-croisières Infiniti en passant par des sportsboat, Mini 6.50 etc.

Le Quant 23, un bateau volant

Désormais, le foil DSS permet également une poussée verticale, qui combinée avec un foil en T sur le safran du Quant23, lui permet de voler complètement au-dessus de l'eau. Le Quant23 est le premier voilier sur lequel ce nouveau foil est testé et le dernier-né des sportsboats équipé du DSS et dessiné par Hugh Welbourn pour QuantBoats, chantier suisse qui construit déjà les Quant28 et Quant30. Michael Aeppli de QuantBoats explique : "Aujourd'hui l'équipe de QuantBoats est la plus expérimentée dans la production de voiliers équipés en DSS. Ayant passé beaucoup de temps à naviguer sur ces voiliers DSS, nous savions qu'il y avait beaucoup d'autres aspects positifs apportés par le DSS, ce qui nous a amenés à rêver de voler par exemple. Ceux qui ont navigué sur le Quant28 ont pu sentir qu'on n'en était pas loin, même si le bateau n'était pas conçu pour ça. Et puis "voler" est devenu la norme après l'America's Cup 2013."

Pour vérifier que le Quant 23 pouvait voler, des tests ont été réalisés début juin, à Cowes, port de l'île de Wight. Et effectivement, la coque a commencé à décoller, avant de voler sur l'eau. Le Quant 23 est un vrai "foiler" (avec une quille fixe) et diffère beaucoup d'un Moth ou d'un AC72. Alors que ces derniers sont des bateaux de course nécessitant efforts physiques, compétences et entrainements, le Quant 23 peut être utilisé par tout le monde. "L'idée c'est simplement un bateau sur lequel n'importe qui peut poser le pied et voler 10 minutes plus tard" explique l'architecte.

"Avec le Quant23, l'objectif n'était pas de créer le bateau le plus rapide, mais le bateau le plus facile à faire voler en toute stabilité, apportant beaucoup de plaisir, et grande vitesse dans la plupart des conditions. Pour nous, ça veut dire que le bateau doit faire 90 % du boulot, pas l'équipage, ce qui est principalement le cas des autres voiliers volants que l'on voie aujourd'hui, avec des systèmes compliqués à gérer, à optimiser et à entretenir en permanence" ajoute Aeppli.

Pour réussir cette performance, le nouveau foil DSS est extrêmement stable comparé à la configuration en T inversé du Moth, par exemple. Ce nouveau foil, confirme Welbourn, favorise un envol rapide (voler avec le moins de vent possible) plutôt que des vitesses de pointe élevées, qui demanderaient un foil plus petit avec un profil moins puissant. "Il s'agit de trouver l'équilibre qui convient pour faire voler un équipage de trois personnes et un quillard avec un bulbe de quille de 60 kg sans problème"” dit Welbourn. Et il ajoute que cette nouvelle génération peut être déclinée sur de plus grands voiliers, dans les limites de la physique bien sûr. Même si sa capacité à voler est le premier argument de vente du Quant23, il a aussi un look plutôt futuriste, une carène de scow et un franc-bord très bas, une étrave tronquée pour un maximum de volume à l'avant, un long bouchain à vif et un livet biaisé. Cette carène puissante et stable, précise Welbourn, permet au bateau de se passer d'échelles de rappel ou autres dispositifs compliqués de ce genre, facilitant à la fois la construction et la navigation. Il n'est même pas nécessaire de déplacer l'équipage d'avant en arrière pour modifier l'angle d'attaque du foil :"Nous avons pu voir qu'on n'a même pas besoin de jouer sur l'assiette du bateau en fait."

Côté performances, même s'il est encore trop tôt pour le dire, le Quant 23 peut voler confortablement au travers (largue et petit largue) à 20 nœuds, mais est aussi capable de voler au près à 10 nœuds. "Depuis le premier jour, nous sommes parvenus à voler au près, dans peu de vent, et c'est aussi pour ça que les foils sont si longs."

Plus d'articles sur les chaînes :

Réagir à cet article :
Olivier Karteron - 26 Novembre 2015
YES I
Ajouter un commentaire...