Bi-Loup - Visite de chantier pour découvrir le nouveau 109

À un mois de l'ouverture du salon nautique de Paris, nous sommes allés visiter le chantier Bi-Loup pour découvrir en avant-première le nouveau Bi-Loup 109 qui sera présenté au public pour l'occasion.

Pour cette visite, nous sommes allés dans la banlieue de Caen au chantier Shorteam Yard. En effet, ce spécialiste des pièces en polyester, chez qui sous-traite Allures pour la fabrication de ses ponts, possède là un outil performant avec plus de 1000 m2 couverts capable de produire en infusion ou en injection. Une qualité de travail reconnu par les coureurs puisque Halvard Mabire y construit actuellement sont prochain Classe 40. Au milieu des ponts d'Allures et autres moules divers, trône le Bi-Loup 109, planté sur ses 2 quilles.

Cette nouvelle mouture, entièrement repensé conserve toutes les caractéristiques qui ont forgé la personnalité des Bi-Loup. On retrouve le biquille dont les quilles font partie intégrante de la coque, des profils chargés de grenailles de fer pour assurer le lest (2 tonnes). Les quilles du 109 n'auront plus une semelle en fer, mais une sorte de chaussette en fibre de basalte qui vient habiller le bas de la quille sur 10 cm de haut.

On retrouve aussi le cockpit très fermé pour assurer une véritable protection à tout l'équipage. Et enfin ce rouf, assez haut, autour duquel sont installés des hublots pour offrir une véritable vision panoramique depuis l'intérieur.

C'est vraiment cette caractéristique qui nous a fortement marquée. Car, même si 15 jours avant le départ du bateau vers Paris les finitions sont loin d'être abouties ; en pénétrant à l'intérieur du bateau, on se rend bien compte de tout le potentiel de cette configuration. La vision, sur les côtés comme vers l'avant, est étonnante !

En plus le plancher du bateau, assez haut – les volumes des soutes côtoyant les réservoirs sont très importants – permet une belle vision, quel que soit la taille de l'équipier avec une hauteur sous barrots de plus de 1,95 m. En plus, l'accès vers le cockpit ne demande pas plus de 2 marches à monter.

La taille du cockpit est aussi inhabituelle pour un Bi-Loup. En effet, ce nouveau dessin de coque (le 109 remplace l'ancien 36) gagne 30 cm en largueur (3,80 m contre 3,50 m pour l'ancien modèle). Ce cockpit est d'ailleurs particulier puisqu'un espace table à carte extérieure, est prévu juste derrière la capote.


En arrière de la baille à mouillage, un coffre pour les amarres ou les pare-battage.

Ce premier modèle est vendu avec une barre franche (barre à roue en option) et une table de cockpit repliable au fond du cockpit. Contrairement aux anciens modèles, dont l'échelle de bain sert aussi de fermeture du cockpit, le 109 sera muni d'une porte coulissante et d'une échelle indépendante en inox fixée sur la plage arrière.


La coque du numéro 2 avec les bordés en sandwich

Malgré ce que l'on peut imaginer au vu des photos prises 15 jours avant le salon, le Bi-Loup 109 sera bel et bien terminé pour l'occasion. Et nous avons déjà pu voir la coque du numéro 2 prête à être démoulée. Cette dernière – comme les futurs modèles de la série – aura des œuvres mortes (bordés) en sandwich afin de gagner en poids. Une série bien lancée puisque le numéro 3 est déjà en commande… Une belle preuve de la remise en route du chantier et de la vitalité de la nouvelle équipe en place.

Plus d'articles sur les chaînes :

Bi-Loup 109, la fiche technique

MarqueChantier Wrighton
ArchitecteVincent Lebailly Yacht Design
Longueur hors-tout10.98 m
Longueur de coque10.72
Largeur3.80 m
Tirant d'eau1.40 m
Catégorie CEA
Déplacement lège6 500 kg
Surface de voilure au près75 m2
Nombre de moteurs maximum1
Carburant150 L
Voir la fiche technique du Bi-Loup 109
Reportage : Bi-Loup Whrigthon

Du sang neuf chez les Bi-Loup

Bi-Loup 109, Vision panoramique extralumineuse

Réagir à cet article
Ajouter un commentaire...
A lire aussi sur Bateaux.com