Bateaux.com
Magazine du nautisme, de la plaisance et de la mer

Survival 220, le gilet gonflable Secumar au confort surprenant

Porter un gilet de sauvetage n'est pas toujours agréable. Mais s'il s'oublie en se portant aussi simplement qu'un petit sac à dos, pourquoi ne pas alors l'adopter ?

Le

Nous n'arrêtons pas de le répéter, mais il est fortement conseillé d'essayer un gilet de sauvetage avant de l'acheter. En faisant ce geste, vous vous rendrez rapidement compte que certains gilets ne sont pas confortables, pèsent sur le cou, gênent les mouvements. Et si le gilet vous dérange, vous allez gentiment le laisser au fond d'un coffre. Or pour qu'un gilet vous sauve, il faut le porter !

Sécumar, spécialiste allemand dans le gilet de sauvetage, lance cette année un modèle réellement confortable. Nous avons eu l'occasion de l'essayer et de nous en rendre compte. Au niveau du passage des épaules, ce gilet reste très souple si bien qu'en réglant la sangle arrière, le gilet ne pèse plus sur le cou, mais se porte comme un sac à dos, sur les épaules. Le cou reste totalement libre. Pour permettre cette souplesse, le poumon du gilet a été diminué au niveau des épaules.

Ce modèle est un modèle de 220 Newton (la norme demande au minimum 150 N) avec un poumon aux formes très particulières. Il est en effet équipé de 2 "ailettes" latérales dont le volume doit accélérer le retournement du naufragé. Ce design est nommé par la marque Winglet, comme celui du bout des ailes d'avion.

Ce modèle est très équipé. Il comprend d'origine une capuche protège tête pour éviter de respirer les embruns. Cette capuche se passe tout autour du poumon une fois celui-ci gonflé. Une poche est aussi prévue pour loger une balise de détresse. Une boucle de harnais permet de fixer une longe et une sous-cutale complète l'équipement.

Comme tous les gilets de la marque Secumar, le déclenchement est assuré par une pastille de cellulose qui déclenche un percuteur propre à la marque. Sur ce percuteur spécifique, le système de déclenchement automatique peut être désactivé, la tirette manuelle restant alors la seule solution pour gonfler le gilet.

A noter la pastille rouge qui indique la date de la prochaine révision du gilet. Cette pastille n'est pas obligatoire en France, mais utilisée dans beaucoup de pays européens, dont l'Allemagne.

Proposé à 310 €, ce gilet se situe dans le haut du marché, mais comme nous vous l'indiquions au début de ce sujet, pensez-vous qu'il est préférable d'économiser pour un acheter un gilet que l'on ne porte pas, où qu'il soit préférable d'avoir un modèle si confortable qu'il s'oublie sur notre dos ? Du côté de la rédaction, nous avons déjà fait notre choix…

 

SURVIVAL 220
Couleur : noir ou bleu
Enveloppe gonflable : type Winglet
Catégorie de flottabilité : 150 N
Flottabilité : 220 N
Système de déclenchement : pastille de cellulose Secumatic
Cartouche de CO2 : 43 g
Dispositif de passage en mode manuel : oui
Fermeture de la housse de protection : fermeture éclair
Harnais intégré : oui
Partie dorsale : matelassée réglable
Capuche protège tête : polyamide
Feu de survie SOLAS : non
Poche d'accès vers le percuteur : oui
Fenêtre de contrôle visuel : oui
Col polaire : softshell
Sous-cutale : oui
Poche pour balise de détresse : oui
Prix : 308,90 €

Reportage : Gilet de sauvetage

Secufit de Secumar, un gilet qui s'oublie

Quel percuteur pour mon gilet de sauvetage autogonflant ?

Réagir à cet article
Ajouter un commentaire...


Recevoir l'actualité par email avec Bateaux Hebdo

Inscrivez-vous gratuitement à notre Newsletter RECEVOIR BATEAUX HEBDO

Suivre l'actualité
du nautisme et de la mer
Recevoir l'actualité nautique gratuitement RECEVOIR BATEAUX HEBDO