La Grande Barrière de Corail est en train de mourir !


Des scientifiques spécialistes des coraux ont étudié la grande barrière de corail et révélé que 35 % du corail était victime d'un blanchiment de masse. Cette perte de coloration indique que les coraux sont en train de mourir ou déjà mort. Pourtant, ce n'est pas irréversible !

35 % des coraux en danger sur la Grande Barrière de Corail

Après des mois de relevés aériens et sous-marins intensifs, des chercheurs de l'ARC (Centre of Excellence for Coral Reef Studies) ont publié une première estimation du nombre de coraux ayant subi une sévère décoloration. Les scientifiques des récifs coralliens estiment que le blanchiment de masse a tué 35 % des coraux du nord et du centre de la Grande barrière de corail.

Corail mourant colonisé par les algues Lizard Island, pendant la période de blanchiment. Credit: Dorothea Bender-Champ

"Nous avons découvert qu'en moyenne, 35 % des coraux sont déjà morts ou mourants sur les 84 récifs que nous avons étudiés sur les sections du centre et du nord de la Grande Barrière de Corail, entre Townsville et la Papouasie-Nouvelle-Guinée" explique le professeur Terry Hughes, directeur de l'ARC à l'Université James Cook (JCU).

95 % des coraux survivants au sud de Cairns

"Certains récifs sont en bien meilleure forme, en particulier vers le sud de Cairns, où la mortalité moyenne est estimée à 5 % seulement."

D'après les scientifiques, ces récifs situés plus au sud ont échappé à ces dommages, car les températures de l'eau là-bas, étaient plus près des conditions estivales normales.

"Heureusement, sur les récifs au sud de Cairns, nos enquêtes sous-marines ont révélé que plus de 95 % des coraux ont survécu. Et nous nous attendons à ce que ces coraux légèrement blanchis retrouvent leur couleur normale au cours des prochains mois", explique le Dr Mia Hoogenboom, également de JCU.

80 % des coraux blanchis en Australie-Occidentale

"En Australie occidentale, le blanchiment et la mortalité sont aussi étendus et irréguliers. Sur la côte de Kimberley où je travaille, jusqu'à 80 % des coraux sont gravement blanchis, et au moins 15 % sont déjà morts", explique le Dr Verena Schoepf de l'Université de Western Australia.

Les chercheurs enquêtent sur le phénomène de blanchiment des coraux dans les eaux peu profonde de la région de Kimberley en Australie Occidentale - Crédit : Chris Cornwall

Réduire les gaz à effet de serre pour sauver les coraux

"C'est la troisième fois en 18 ans que la Grande barrière de corail connait un blanchiment de masse due au réchauffement climatique, et l'épisode actuel est beaucoup plus extrême que ce que nous avons mesuré avant. Ces trois épisodes de blanchiment se sont déroulés à chaque fois que la température mondiale augmentait de seulement 1 °C depuis la période préindustrielle. Nous devons rapidement réduire les émissions de gaz à effet de serre" continue le directeur de l'ARC.

Le blanchiment des coraux se produit lorsque les conditions environnementales sont anormales. La température trop élevée de la mer provoque l'expulsion de minuscules algues photosynthétiques, appelée "zooxanthelles", des coraux. La perte de ces algues provoque la décoloration et le blanchiment des coraux. Mais la bonne nouvelle c'est que ces coraux blancs peuvent récupérer si la température de l'eau baisse et que les zooxanthelles reviennent les coloniser. Auquel cas ils viendront à mourir.

En plus de la mortalité de beaucoup de coraux dans le sud de la grande barrière de corail, leur reproduction est menacée. Le stress lié au blanchiment est susceptible de ralentir temporairement leur reproduction et leur taux de croissance.

" C'est extrêmement important, maintenant de renforcer la résistance des récifs coralliens, et de maximiser leur capacité naturelle à récupérer. Mais le récif n'est plus aussi résistant qu'il l'était à l'époque et il a du mal à faire face à trois événements de blanchiment en seulement 18 ans. De nombreux récifs côtiers, en particulier, sont désormais sévèrement dégradés", explique le professeur John Pandolfi du Centre ARC de Queensland.

Les chercheurs prévoient de réétudier ces mêmes récifs au cours des prochains mois pour mesurer la perte finale de coraux, due au blanchiment. La reprise de la couverture corallienne devrait prendre une décennie ou plus, mais il faudra beaucoup plus de temps pour que renaissent les coraux les plus gros et les plus anciens.

Curseur Avant/Après pour découvrir les effets du blanchiment des coraux

Légende premier Avant/Après

Coraux "corne de cerf" matures prises en 1996, à marée basse, deux ans avant l'événement de blanchissement de 1998, et à nouveau 20 ans après (2016) à Orpheus Island, Grande barrière de corail - crédit : ARC Centre of Excellence for Coral Reef Studies

Légende deuxième Avant/Après

Coraux "corne de cerf" mature à Lizard Island, Grande Barrière de Corail. Le corail a été blanchi en février 2016 et mort et envahi par les algues depuis avril 2016 - crédit : ARC Centre of Excellence for Coral Reef Studies

Plus d'articles sur les chaînes :

Réagir à cet article :
Ajouter un commentaire...