Web série / Blandine et Max, de Gibraltar aux Canaries


Blandine et Max jeunes marins naviguent sur Bohème, un Dufour 4800 de 30 ans d'âge. Ils nous font vivre leur joie du voyage avec ses contraintes, ses galères, mais surtout tous les petits plaisirs la navigation hauturière.

L'aventure continue et la grande croisière commence à prendre sa place. Nos deux navigateurs en herbes prennent le rythme des voyageurs. Après une tentative de courir après le temps et de vouloir se battre avec une météo contraire, ils décident de laisse le temps au temps et de profiter des escales en attendant des jours meilleurs.

Ça se délasse, le rythme devient plus langoureux, l'équipage se fait plaisir et le grand voyage, celui de la découverte, des rencontres et du plaisir, devient de plus en plus présent.

Dans ce 11e épisode de Blandine et Max, le stress des problèmes techniques et des soucis mécaniques disparaît. Et même s'ils ont navigué 36 h au près dans 30 nœuds de vent devant Rabat, même si le visage de Blandine affiche une grande envie de regagner sa bannette après cette épreuve, le plaisir de la navigation est là.

Blandine nous en dit plus sur cette étape :

"Notre départ de Gibraltar se passe non sans mal ! Après un courant qui était à la limite de nous faire reculer, nous arrivons enfin à se mettre au large des côtes Marocaines afin de regagner directement les Canaries. Le temps presse les copains nous attendent aux Canaries, dommage pour le Maroc, ce sera pour la prochaine fois. 
Ça, c’était ce que l’on croyait en partant de Gibraltar, mais la météo en a décidé autrement : du vent du Sud à 35 nœuds, tel sera notre sort. Nous décidons de regagner la côte Marocaine dès le 2e jour de navigation (sur les 6 initialement prévus pour rejoindre les Canaries). Ce changement de route sera éprouvant. Il nous faudra 24h pour rejoindre Rabat, avant que le port nous refuse l’entrée à cause des conditions de mer trop dangereuses. On nous conseille de rejoindre Mohammedia à 30 Miles au Sud, c’est 6h après que nous parvenons à arriver au port de Mohammedia, en sécurité et l’abri. Quel bonheur ! 
À la suite de cette navigation musclée, nous avons compris et relativisé : nous ne serons pas plus fort que la météo. Nous décidons d’attendre gentiment au Maroc que les conditions s’améliorent tout en profitant du pays et des rencontres sur place.

Nous rencontrons Soufiane au coin d’une rue de la vieille ville de Mohamedia, ce breakdancer nous invite à prendre le thé, nous présente ses parents et nous accompagne à Casablanca le lendemain. 
Nous décidons de longer la côte, pendant 3 jours, et rejoignons Essaouira. Là, nous faisons la connaissance de Bismillah, ce "gardien des voiliers", enfin d'un seul voilier, celui d’un français qui s’est implanté au Maroc. Il nous garde volontiers notre Bohême.

Nous tombons amoureux du Maroc, de ses marchés, des vieilles villes et surtout des personnages que nous rencontrons, mais le vent tourne, les conditions météo s’améliorent. Il est temps de partir pour les Canaries ! C’est parti pour 48h de navigation direction Lanzarote. Une navigation parfaite, qui nous réconforte pour la suite de notre voyage. 
Enfin, on y est : les Canaries ! Max, décide que nous devons naviguer au plus vite jusqu’à Gran Canaria, soi-disant pour se mettre à l’abri du vent du sud qui menace les prochains jours. En bonne mousse, j’acquiesce ! 
Ce que Max n’avait pas précisé, c’est que mes parents arrivent à Las Palmas… Surprise !
Nous passons une belle semaine à visiter l’île. Ici pas d’autres choix que de circuler parmi le flux de touristes incessant : la distillerie de Rhum de Arehucas, Puerto Mogan au sud, les dunes de Maspalomas, la belle ville de Las Palmas… Une journée de navigation plus tard, il est temps de partir pour Tenerife. Nous avions hâte, avec Émilie et Olivier (de nouveaux potes rencontrer sur la route) de monter le Mont Teide ! La vue ne sera pas sensationnelle, mais un peu de sport ne nous fait pas de mal après autant de journées sur le bateau. Quelques courbatures plus tard, nous déciderons de partir pour La Gommera, la dernière ile que nous visiterons aux Canaries. Surtout, notre point de départ pour le Cap Vert !"

Plus d'articles sur les chaînes :

Réagir à cet article :
Ajouter un commentaire...

Dufour 4800, la fiche technique

MarqueDufour Yachts
ArchitecteJohan Valentijn
Longueur hors-tout10.65 m
Longueur de coque10.65
Largeur3.40 m
Tirant d'eau1.85 m
Déplacement lège4 800 kg
Surface de voilure au près65 m2
Carburant90 L
Voir la fiche technique complète du Dufour 4800
Reportage : Blandine & Max

Blandine et Max se forment pour mieux prendre le large

Étape Canaries Cap-Vert pour Blandine et Max