Combien gagne le vainqueur du Vendée Globe ?

Armel le Cléac'h à l'arrivée du Vendée Globe © DPPI / BPCE

La remise des prix du Vendée Globe aura lieu le samedi 13 mai 2017 aux Sables-d'Olonne. L'occasion pour les skippers de recevoir leurs récompenses officielles. Mais combien gagne un skipper du Vendée Globe ?

600 000 € répartis entre les 29 skippers

160 000 € c'est ce que touchera Armel le Cléac'h, grand vainqueur du Vendée Globe 2016/2017. On est loin des primes au résultat d'autres sports professionnels comme le football, le tennis ou la formule 1. "1/4 ou un 1/8 de finaliste à Rolland Garros qui se fait éliminer gagne la même chose alors qu'il y passe 4 fois 3 heures, nous on fait 74 jours" expliquait le vainqueur lors de sa conférence de presse d'arrivée.

À titre de comparaison, en cas de victoire de l'Euro, chaque joueur de l'équipe de France de football empocherait 300 000 €. Le vainqueur du Tour de France gagne pour sa part 500 000 €, et celui de Rolland Garros, 2 millions d'euros !

Au total, les skippers du Vendée Globe prétendent à une dotation globale de 600 000 €, répartie comme suit :

      1er     2ème    3ème   4ème   5ème    6ème    7ème    8ème    9ème  10ème

  160 000 €  

  100 000 €     75 000 €     55 000 €     40 000 €     30 000 €     25 000 €     20 000 €     15 000 €     10 000 €  

À partir du 11e, les concurrents classés recevront les 70 000 euros de reliquat de la dotation globale (600 000 euros moins les 530 000 attribués du premier au dixième) à parts égales, sans que leur part puisse être supérieure à la prime de 10 000 euros du 10e skipper. S'il y a encore un reliquat — cas qui n'intervient donc que si moins de 17 skippers sont classés –, celui-ci sera divisé et redistribué à parts égales à tous les classés.

Par exemple pour 25 skippers classés, les prix seraient établis comme précisés ci-dessus pour les dix premiers, puis chaque skipper classé du 11e au 25e recevrait la somme de 4 666 euros (70 000 euros divisés par 15).

Une notoriété et un avenir radieux

La prime de victoire attribuée par l'organisation n'est pas la seule que peut empocher le vainqueur. En effet, celui-ci bénéficie généralement d'une prime de la part de son sponsor. Mais la victoire où les bons résultats d'un skipper lui permettent aussi de renforcer la fidélité de son partenaire, mais aussi de trouver plus facilement un autre sponsor.

Par exemple, Armel le Cléac'h a pu compter sur le soutien de Banque Populaire pour la construction d'un nouveau maxi-trimaran. C'était également le cas de François Gabart, qui après sa victoire sur le Vendée Globe 2012 est passé à l'Ultim avec la construction du trimaran Macif.

D'autres bénéficient d'une belle notoriété, sans même gagner le Vendée Globe, mais en ayant des projets plein la tête. C'est le cas de Jeremie Beyou, qui vient de signer avec son nouveau partenaire Charal, après l'arrêt de son partenariat avec Maître Coq.

Plus d'articles sur les chaînes :

Réagir à cet article :
Ajouter un commentaire...