Convoyage fluvial - Les écluses, mode d'emploi

Les écluses n’ont pas fondamentalement évolué depuis Léonard de Vinci ! Il s’agit simplement de franchir une déclivité en passant par un sas fermé de portes et dont on ajuste le niveau. Mais une chose est d'en connaître le principe, une autre de le pratiquer !

Sésame, ouvre-toi...

À l'approche d'une écluse, on doit d'abord se signaler au préposé ou à l'automatisme qui le seconde. Simple coup de trompe dans le cas d'une écluse manuelle, bouton, télécommande ou perche suspendue au-dessus du canal lorsqu'elles sont électrifiées... cela dépend de la voie d'eau.

Convoyage fluvial

En tout état de cause, venant de la mer, la première écluse est toujours gardée et l'on vous y fournira toutes les directives pour franchir les suivantes, ainsi que l'éventuelle télécommande qui permettra de les commander. Une fois votre arrivée détectée, le système prépare le bassin en ajustant le niveau d'eau pour le faire correspondre à celui du bief d'où vous venez. Ceci fait, les portes s'ouvrent et vous pouvez entrer.

Convoyage fluvial

Signalisation

Les écluses électrifiées sont régulées par des feux disposés sur des panneaux triangulaires : rouge, l'écluse est en attente, vert et rouge : le sas est en préparation, tenez-vous prêt à entrer, feu vert : vous pouvez entrer.

Convoyage fluvial

À hauteur des portes, des capteurs détectent le passage du bateau et seule une intervention humaine déclenchera la suite du processus ; vous avez donc le temps de passer les amarres (du côté où se situe l'échelle). Aucune inquiétude donc en ce qui concerne les portes qui ne risquent pas de se refermer sur le bateau.

Convoyage fluvial

Écluse montante

Vous entrez entre deux murs ruisselants et il vous faut passer les amarres avant et arrière autour des bollards situés sur le quai ce qui n'est pas toujours simple. En l'absence d'éclusier, et pour limiter les acrobaties, il est souvent préférable de débarquer un équipier avant l'écluse, afin qu'il prenne les amarres et en revoie le courant à ceux qui sont à bord.

Convoyage fluvial

Ceux-ci les garderont en main, sans les nouer, de façon à pouvoir en ajuster la longueur au fil de la montée. Préférez accoster au centre de l'écluse, en effet, à l'ouverture des vannes, des remous importants vont se produire et mieux vaut ne pas être trop près de la source du flot.

Convoyage fluvial

Une fois que tout est en place, vous pouvez lancer la bassinée, généralement en levant une perche bleue. Les portes aval se ferment et les vantelles s'ouvrent sur les portes amont et l'eau s'engouffre dans le bassin.

Convoyage fluvial

Les automatismes sont réglés pour être progressifs, et en cas de souci, il suffit de tirer sur une perche rouge pour interrompre la manœuvre. En quelques minutes, le torrent se calme, le bateau émerge, les portes s'ouvrent et il suffit de sortir du sas.

Convoyage fluvial

Écluse descendante

Cette fois vous entrez dans un sas plein, ce qui est bien plus confortable pour passer les amarres. La vidange du bassin génère très peu de turbulences et l'amarrage peut être plus partiel (une seule amarre sur le milieu ou l'arrière suffit généralement). En revanche, assurez-vous que celle-ci soit claire et surtout, ne l'amarrez pas, sous peine que le bateau reste suspendu...

Convoyage fluvial

Dans le sens descendant, ne restez jamais trop près de la porte amont : celle-ci s'appuie sur un massif de maçonnerie, sur lequel il vaut mieux éviter le poser le safran ou l'hélice !

Convoyage fluvial

Les bons usages

Le RPP ou Règlement Particulier de Police, que l'on peut consulter sur le site Internet de la voie d'eau concernée, définit les modalités de navigation et entre autres les horaires d'éclusage. Il est de bon ton de se présenter une dizaine de minutes avant la fermeture pour que l'éclusier puisse terminer la manœuvre à l'heure. Sans consommer, chaque bassinée laisse partir vers l'aval entre 300 et 400 m3 d'eau d'autant plus précieuse en période estivale, qu'un canal n'a pas de source et doit être alimenté pour rester en eau. Chaque fois que possible, essayez de limiter le nombre de manœuvres en passant à plusieurs bateaux, ce qui permet également de s'entraider lors des manœuvres d'amarrage. Dans les écluses manuelles avec éclusier, celui-ci doit faire à plusieurs reprises le tour du bassin. Il est apprécié qu'un équipier débarque pour l'aider à manœuvrer la porte opposée à lui. C'est l'occasion de nouer le contact : souvent les éclusiers vendent quelques produits de leur jardin, du cidre ou des confitures maison, une bonne façon d'améliorer l'ordinaire du bord !

Convoyage fluvial

Petit lexique fluvial

  • Montant / avalant : se dit d’un bateau qui remonte ou descend une voie d’eau
  • Bajoyer : la paroi d’une écluse
  • Bassinée : passage d’une écluse
  • Vantelles : ouvertures dans les portes par lesquelles l’eau entre ou s’écoule
  • Mouillage : profondeur d’eau disponible
Convoyage fluvial
Plus d'articles sur les chaînes :

Réagir à cet article :
Ajouter un commentaire...
Reportage : Convoyage fluvial

Convoyage fluvial - Préparer son bateau

Convoyage fluvial - Les pièges des écluses