Les 8 clés pour comprendre la Route du Rhum

Quelles sont les grandes règles de la Route du Rhum ? Même si le principe est simple : traverser l'Atlantique de Saint-Malo à Pointe-à-Pitre sur des bateaux de course de classe variée (Ultimes, Multi50, IMOCA, Class40, Rhum Multi et Rhum Mono), il y a des règles à respecter…

Toute course est régie par les instructions de course. Ce sont elles qui expliquent les règles à suivre. Voici celles à suivre pour la Route du Rhum.

1 - La ligne de départ

La ligne de départ, longue de 3 milles, est mouillée perpendiculairement à l'axe du parcours en direction de la porte du cap Fréhel. Elle est divisée en quatre parcelles du nord au sud, pour accueillir les bateaux en fonction de leur vitesse et de leur manœuvrabilité. Les grands trimarans – Ultimes et Multi 50 sont au nord et le reste de la flotte au sud.

Le départ est donné après un compte à rebours de 8 minutes et les équipes techniques doivent quitter le bateau 4 minutes avant le départ. Ainsi à 13 h 56, le skipper doit être en "solitaire" et tous les accompagnateurs doivent avoir quitté le bord, récupérés par des semi-rigides de l'équipe qui viennent au plus proche du bateau, et parfois même en se jetant à l'eau en combinaison TPS.

Enfin, à 14 h tapante, le départ est donné depuis le Pont-Aven, navire amiral de la Brittany Ferries. La ligne de départ reste ouverte 60 minutes et un candidat ne l'ayant pas passé peut revenir à Saint-Malo et demander l'autorisation de repartir à la Direction de course.

En cas de passage de ligne avant le départ, le skipper écope d'une pénalité de 4 heures. Pour des questions de sécurité, ce dernier ne repassera pas la ligne à Saint-Malo, mais devra réaliser sa pénalité avant la longitude 20 degrés Ouest (Ouest de Madère). Il devra informer la direction de course de la longitude à laquelle il souhaite le faire et recouper ce même point de longitude quatre heures après l'avoir passé une première fois.

2 - Le parcours

  • Ligne de départ
  • Porte du cap Fréhel à 16 milles du départ (les premiers de chaque classe remportent le Trophée du Cap Fréhel Banque Populaire Grand Ouest)
  • Guadeloupe (dont l'îlot de la Tête à l'Anglais) à contourner à bâbord
  • Bouée de Basse — Terre, dans le canal des Saintes (30 milles de la ligne d’arrivée) à laisser à tribord
  • Bouée d'atterrissage Pointe-à-Pitre à bâbord
  • Ligne d'arrivée
  • Distance théorique : 3542 milles

Des zones interdites et des DST (Dispositifs de Séparation de Trafic) à éviter jalonnent le parcours de 3 452 milles nautiques.

3 - Les escales

Dans un rayon de 150 milles après le départ — cercle couvrant toute la Manche, les Scilly et les côtes françaises jusqu'à la latitude de Bordeaux — les skippers peuvent effectuer autant d'escales que souhaité, sans pénalité. Le remplacement de matériel doit être soumis à la validation de l'organisation.

Par la suite, une unique escale technique est acceptée et sera pénalisée de 4 heures. C'est-à-dire que le skipper devra s'arrêter au minimum 4 heures.

Une exception à la règle, les Multi50 dont les règles de classe autorisent un nombre illimité d'arrêts.

4 - Routage

Le routage est interdit aux IMOCA et Class40 et autorisé pour les deux classes de multicoques – Ultimes et Multi50 – et les deux classes Rhum – Rhum Mono et Multi. Cela veut dire que les skippers concernés peuvent être aidés par un routeur sur la météo et la route stratégique à suivre.

5 - Temps limite de course

La ligne d'arrivée en Guadeloupe sera fermée le 2 décembre à 14 h, soit 28 jours après le départ. En cas de non-passage de la ligne dans les temps, le skipper ne sera pas classé.

6 - Pénalités

En fonction des infractions commises, les solitaires écopent de pénalités. Par exemple, pour un passage dans une zone interdite, c'est entre 4 et 6 heures de pénalité, pour un passage dans un DST, c'est de 24 heures de pénalité à la disqualification, etc.

7 - Plombages

Certains éléments du bateau sont plombés, c'est-à-dire qu'ils sont scellés et ne doivent être ouverts qu'à l'arrivée, une fois le contrôle du bateau effectué. Les voici :

L'arbre d'hélice du moteur : 4 minutes avant le départ, le moteur ne peut plus servir qu'à générer de l'énergie pour l'utilisation des instruments de bord.

Les réserves de gasoil et d'eau de secours, le radeau de survie, le sac de survie, l'ancre, etc. doivent rester fermés et à la place qui leur est attribuée. En effet, les skippers ne doivent pas les utiliser pour changer le poids à bord en fonction des besoins.

8 - Abandons

L'abandon génère automatiquement le retrait de la course. Mais la direction de course veille la balise jusqu'à ce que le bateau soit mis à l'abri. Laissé seul en pleine mer, c'est un danger pour les autres navigateurs.

Plus d'articles sur les chaînes :

Ille-et-Vilaine
Réagir à cet article :
Ajouter un commentaire...