Le DFi FIT : un nouveau matériau de voiles aux qualités exceptionnelles

© Le Multi 50 Arkema equipé de voiles en DFi FIT

Trois ans après le l'apparition du DFi, membrane filamentaire constituée de bandes composites préimprégnées, Incidence innove à nouveau en lançant le DFi FIT. Ce matériau destiné aux bateaux de course et aux grands yachts présente des qualités techniques exceptionnelles.

Le challenge de la légèreté et de la stabilité dans le temps

Incidence Technologies est une filiale du Groupe Incidence Sails, ils travaillent en permanence à l’optimisation des membranes. La Fibre FIT est issue de ces recherches, dont l’objectif est d’améliorer encore la tenue de forme des voiles.

Il aura fallu plus d'un an aux ingénieurs d’Incidence Technologies pour mettre au point le FIT. Ce matériau a ensuite été testé pendant toute la saison 2018 sur un multi 50 et en Class40.

Yoann Richomme, après sa Route du Rhum victorieux en Class40, déclarait "Dans les rafales, même à plus de 40 nœuds, la voile ne se creuse pas : c’est non seulement un gain de performance évident et exceptionnel, mais aussi, en cas de gros coup de vent, ça permet de garder la maîtrise du bateau. En plus, la voile est vraiment légère."

Pour exploiter les qualités inédites de ce produit, une nouvelle voilerie de 400 m² accueillera à Lorient un pool de techniciens ultra-pointus au plus proche de la course au large.

Nous avons questionné Julien Gresset, responsable de l'antenne Incidence de Lorient, pour nous parler de ce nouveau produit.

On entend parler d’un matériau innovant, le DFi FIT ?

Effectivement, Incidence va introduire un matériau novateur sur le marché de la course, c'est le DFi FIT.

Le département R&D du groupe a mis au point un nouveau produit encore plus de performant que les tissus laminés actuels. Cette fibre aux qualités exceptionnelles, a été testée pendant toute la saison 2018 par Lalou Roucayrol et par Yoann Richomme.

Quelles sont les propriétés techniques de ce matériau ?

Je dirais en premier la tenue de forme jusqu’ici inégalée, puis la légèreté. Même avec les produits haut de gamme disponibles actuellement, les voiles qui vieillissent ont tendance à voir leurs creux reculer.

C'est assez impressionnant, les voiles réalisées en DFi FIT ne se déforment pas du tout, actuellement aucun autre matériau n’apporte une telle performance. On a fait des mesures comparatives entre la fibre FIT et le Dyneema (fibre utilisée pour les membranes filamentaires). Les courbes parlent d’elles-mêmes.

Quant à la légèreté, une GV de Figaro3 en DFi FIT pèse seulement 12 kg et une GV d’IMOCA pèse moins de 70 kg (pour une surface de 155 m2). De plus, la voile ne s'alourdit pas dans le temps, car il y a très peu de reprises d'eau.

Comment sont construits ces voiles ?

Auparavant, les voiles haut de gamme avaient une structure en fibres plus ou moins orientées. Cette structure était emprisonnée dans une enveloppe souvent en mylar ou Dacron.


Aujourd'hui, avec la technique filamentaire, la confection d’une voile ressemble de plus en plus à la fabrication en matériaux composite comme celle des voiliers. Sur un marbre sont reparties des fibres discontinue à plat, elles sont ensuite résinées sous vide, puis pressées à chaud [NDLR pression supérieure à 6 bars].

Et c'est tout (ou presque) donc on gagne en poids et en homogénéité.

Vous ne fabriquez pas les voiles laminées sur un moule ?

Contrairement aux idées reçues, la voile filamentaire n'est pas nécessairement construite sur un moule. En effet, il n'y a pas franchement d'intérêt, car la fibre est discontinue. Donc la voile est fabriquée sur un marbre et ensuite elle est assemblée selon la technique des pinces pour donner le volume et la forme. Cette technique est plus polyvalente et facile à mettre en œuvre qu'un moule.

Plus d'articles sur les chaînes :

Charente-Maritime
Réagir à cet article :
Ajouter un commentaire...