Essai longue durée, veste et salopette Activ' de Plastimo

Après une saison de Mini 6.50 avec le #880, mes cirés - âgés de 4 ans - ne conviennent plus à un usage de course au large. Il est temps de les changer. Je me suis donc tourné vers la toute nouvelle gamme de chez Plastimo : l’ensemble Activ’ qui remplace la collection XM. Six mois de navigation plus tard, il est l’heure du bilan.

Depuis décembre 2017, je navigue exclusivement avec la veste et la salopette Activ’ développées par Plastimo. Pour un prix très abordable (359 € pour le ciré et 259 € pour la salopette), la marque propose un ensemble plein de détails pratiques dignes des vêtements haut de gamme.

Conçu en membrane 3 couches, les vêtements sont étanches et respirants, tout en restant suffisamment souples et légers pour ne pas gêner les mouvements. Testé et approuvé sur les manœuvres en Mini 6.50 ! On retrouve bien entendu les zones de renforts traditionnels : genoux, coudes, fesses… en Cordura – tissu très résistant anti-abrasif.

Une veste pensée pour les navigateurs

Parmi les détails intelligents, je noterais les manchons en néoprène des manches. Ils permettent de se passer du traditionnel velcro que l'on doit souvent serrer fort pour assurer l'étanchéité aux poignets. Revers de la médaille, il faut penser à enlever les gants pour pouvoir enfiler la veste.

Plastimo Activ'

J’apprécie également le cache-nez au niveau du col, lui-même très recouvrant. Combiné avec les fenêtres transparentes dans la capuche, on est protégé sans manquer de visibilité.

Plastimo Activ'

Enfin, la guêtre en bas de la veste assure une bonne étanchéité, et limite les remontées d’eau et les infiltrations d’air froid. Celle-ci peut facilement se dézipper si besoin. Mais personnellement je n’ai jamais eu l’utilité de l’enlever.

Plastimo Activ'

Une salopette modulable

Du côté de la salopette, l’innovation la plus notable est bien entendu le plastron amovible. Porté près du corps, il tient chaud tout en restant respirant et apporte une étanchéité supplémentaire. Mais de jour en pleine action, lorsque la température du corps augmente, il se retire facilement pour transformer la salopette en pantalon.

Plastimo Activ'

Autre détail qui peut paraitre banal : la braguette. Elle est souvent trop peu présente sur les salopettes de mer. Pas besoin d’entrer dans les détails pour comprendre son utilité et le côté pratique.

Plastimo Activ'

Enfin j’ai également apprécié la large boucle textile pour passer le doigt dans les glissières des fermetures zippées de la veste. C'est un détail anodin, mais tellement pratique que j’aurais aimé retrouver aussi sur la fermeture de la braguette. Pour pallier ce manque, j’ai utilisé celui du zip bas de la veste (que j'ouvre rarement) pour le passer sur la braguette.

Plastimo Activ'

Un essai impitoyable

Cela fait maintenant plus de 6 mois que je n’utilise que cet ensemble. Il m’a accompagné pendant les entrainements d’hivers, pendant les nuits froides en convoyages, et bien entendu sur toutes les courses de la saison. De jour comme de nuit, ils ne me quittent quasiment pas. Après tout ce temps à dormir à même le sol dans le cockpit, frottant contre l’antidérapant du pont, veste et salopette me tiennent toujours au sec.

Plus d'articles sur les chaînes :

Réagir à cet article :
Ajouter un commentaire...