En mer, même la nuit peut être belle nous confirme Élodie Bonafous dans ce podcast


Très jeune skipper en Figaro 3, Élodie Bonafous nous partage le plaisir pris pendant une nuit en mer mer lors q'un convoyage le long des côtes de Bretagne Sud.

Je suis Élodie Bonafous. Je suis skipper de bateaux de course. Un souvenir important pour moi qui a été fort est un souvenir récent. Au début du mois de mars 2020, après l'annulation de la première course qui devait se courir aux Sables-d'Olonne, la Solo Maître Coq qui a été annulée vu le contexte sanitaire, je devais ramener mon bateau jusqu'à Port-La-Foret, mon port d'attache. Je suis parti en solitaire son mon Figaro 3 pour le convoyage retour accompagné d'autres skippers sur leur bateaux. On est parti un lundi soir en fin de journée juste avant le coucher du soleil. J'ai passé toute la nuit en mer pour remonter le long des côtes vendéennes.

Le soleil est sorti le lendemain quand j'arrivais près de Belle-Île-en-Mer et Quiberon. C'était une belle journée qui s'annonçait et qui arrivait avec un grand ciel bleu dégagé. Avec cette sensation de chaleur qui revient après une nuit assez fraiche et ventée. Le vent qui tombe un peu et le soleil qui commence un peu à chauffer l'atmosphère.

J'ai continuais mon parcours pour retourner jusqu'à Port-La-Foret en profitant de cette belle journée pour longer les côtes de la Bretagne Sud, en faisant un détour en baie de Quiberon. Ensuite j'ai longé l'île de Groix jusqu'à que j'arrive en fin d'après-midi à Port-La-Foret.

C'était une journée magnifique où les conditions météo étaient vraiment belles avec un vent entre 12 et 15 et un magnifique soleil. Cela faisait longtemps que l'on n'avait pas u des conditions aussi agréables après un hiver assez difficile avec beaucoup de vent et assez frais. Pour naviguer, c'était vraiment des conditions optimales. En plus c'était ma première nuit en mer en solitaire. J'attendais ce moment avec impatience. Ça s'est très bien passé.

J'ai adoré ce sentiment de liberté et de solitude en mer. Et je prenais un plaisir fou à être autonome, à gérer mon bateau, écouter de la musique. Tout ce que j'aimais faire, que ce soit lié

à la performance du bateau ou à la vie à bord. Tout devenait unique et plaisir. C'était agréable à faire. On était plusieurs bateaux à naviguer bord à bord et c'était merveilleux. Un plaisir de solitude et de liberté aussi partagé avec les autres skippers dans la même situation que moi. Ça a été une petite éclipse temporelle qui a duré 24h avant d'arriver au port.

Plus d'articles sur les chaînes :

Réagir à cet article :
Ajouter un commentaire...