Ouvrir le monde de la course au large aux femmes, l'objectif de la Volvo Ocean Race !


Les règles changent sur la Volvo Ocean Race ! Dix nouveautés seront annoncées durant les deux semaines à venir parmi lesquelles une féminisation des équipages. Cette première nouveauté permettra d'ouvrir encore plus l'épreuve aux femmes tout en leur ouvrant le monde de la course au large. En parallèle, la course confirme son engagement auprès des jeunes en imposant le recrutement de deux équipiers de moins de 30 ans.

La prochaine Volvo Ocean Race partira en octobre 2017 d'Alicante et se terminera à La Haye aux Pays-Bas, huit mois plus tard, s'arrêtant au total dans 11 villes du monde. Il faudra donc attendre encore un peu pour voir les équipages des Volvo Ocean 65 s'élancer autour du monde ! Mais l'organisation de la course fait parler d'elle en annonçant une série de 10 nouveautés, qu'elle égrène au fil des jours, pendant 2 semaines.

Inciter les femmes à figurer sur le circuit de la course au large

La première d'entre elles concerne la féminisation des équipages. En effet, la Volvo Ocean Race revoir une règle importante de la course pour ouvrir plus largement l'épreuve aux femmes et leur permettre de participer à la prochaine édition. La direction de la course impose désormais une limite de 7 équipiers pour les équipages 100 % masculins, soit un de moins qu'en 2014-2015. Les équipages mixtes, pour leur part, pourront accueillir plus de membres à leur bord.

Voici les différentes combinaisons possibles :

  • 7 hommes
  • 7 hommes + 1 ou 2 femmes
  • 7 femmes + 1 ou 2 hommes
  • 5 hommes + 5 femmes
  • 11 femmes

Autre nouveauté, les teams pourront changer la composition de leurs équipes lors des escales. Mais comme dans les éditions précédentes, sur les courses In-Port, les équipages devront être les mêmes que sur l'étape précédente ou suivante. Une exception à la règle : un team composé de 7 hommes pourra accueillir une femme en plus lors de ces courses In-Port.

"Courir à 7 sur un Volvo Ocean 65 face à des équipes de 8 ou 9 sera très difficile. Cette nouvelle règle obligera donc quasiment les équipes à engager des femmes, ce qui créera une formidable plateforme d'apprentissage. Pour que les femmes courent au même niveau que les meilleurs marins du monde, il faut qu'elles s'entraînent et qu'elles régatent avec les meilleurs" a déclaré Ian Walker, vainqueur de la Volvo Ocean Race 2014-15 et médaillé d’argent aux JO.

Crédit : Victor Fraile / Volvo Ocean Race

Une mesure liée au succès de la Team SCA sur la Volvo Ocean Race 2014-2015

Lors de la dernière édition, Team SCA était une équipe 100 % féminine, composée de 11 femmes. Elles avaient su démontrer leur talent de navigatrice en terminant 3es du classement des courses In-Port. Elles étaient aussi le premier équipage depuis 25 ans à remporter une étape. Malheureusement, leur performance au large était un peu en dessous, n'ayant pu bénéficier de l'expérience de marins plus expérimentés.

"Il ne s'agit pas de baisser le niveau, comme certaines personnes dans notre sport le suggèrent. Au contraire. Il s'agit de donner aux meilleures femmes marins du monde plus d'opportunités de régater à armes égales. La voile est d'ailleurs un des rares sports où l'on peut avoir des équipages mixtes et nous voulons profiter de cela pour refléter le désir croissant d'observer une plus grande diversité dans les entreprises, notamment dans celles qui soutiennent les teams aujourd'hui.

 

Le projet Team SCA dans la dernière édition a su faire redémarrer la participation féminine dans cette course, après 12 années où il n'y a eu qu'une seule femme à partir en mer (Adrienne Cahalan, étape 1, 2005). Nous sommes déterminés à poursuivre cette dynamique tout en garantissant que la Volvo Ocean Race continuera de voir s'affronter les meilleurs marins du monde, qu'ils soient hommes ou femmes.

Nous utilisons les règles sur les équipages pour inciter les skippers à engager une ou plusieurs femmes à bord. J'espère vraiment qu'à l'avenir, il n'y aura plus besoin d'aucune règle de ce type. Mais aujourd'hui, il semble que ce soit la seule façon d'évoluer" a confié Mark Turner, Directeur de la Volvo Ocean Race.

Crédit : Anna-Lena Elled / Team SCA / Volvo Ocean Race

Des femmes sur la Volvo Ocean Race depuis toujours

La course, qui existe depuis 43 ans, a toujours accueilli des navigatrices. Ainsi, plus de 100 femmes ont participé à la Volvo Ocean Race depuis sa création en 1973. Par rapport, elle a enregistré la participation de 2000 hommes !

Cette décision a été particulièrement bien accueillie par de nombreuses navigatrices.

"C'est une excellente nouvelle pour les athlètes féminines de haut niveau, pas seulement dans la voile, mais pour le sport en général. Il était important de marquer le coup avec une équipe 100 % féminine dans la dernière édition, et changer ainsi la manière dont les femmes sont perçues dans le milieu de la voile. Nous avons montré que nous pouvions courir sur les mêmes bateaux, dans les mêmes conditions. Je suis très contente de voir évoluer le concept d'équipage mixte. Je crois vraiment qu'il y a dans la voile suffisamment de femmes capables de se distinguer et de prouver qu'elles sont performantes et dignes d'avoir une place à bord" a déclaré Dee Caffari, qui a couru à bord de Team SCA en 2014-15 et qui en 2006 est devenue la première femme à boucler un tour du monde en solitaire et sans escale "à l’envers", c'est-à-dire d'est en ouest.

Crédit : Anna-Lena Elled / Team SCA / Volvo Ocean Race

Mais aussi par les hommes, et notamment Bruno Dubois, directeur de projet pour Dongfeng Race Team sur la Volvo Ocean Race 2014-15. "Je navigue depuis des années avec des femmes. D'ailleurs, la première grande course à laquelle j'ai participé, c'était avec des femmes, en 1984 sur la Québec-St Malo. J'ai ensuite passé plusieurs années à naviguer avec Ellen MacArthur et Dee Caffari. C'était génial et j'ai toujours pensé que c'était un bon équilibre sur un bateau. Je pense que cela apporte de la paix et une manière différente de regarder la navigation. Ce qui est drôle c'est que les hommes ne se comportent pas de la même manière s'il y a des femmes à bord. Depuis, j'ai toujours essayé d'engager des femmes dans un milieu d'hommes, car elles apportent ce petit plus qui rend l'équipe meilleure."

Plus d'articles sur les chaînes :

Réagir à cet article :
Ajouter un commentaire...