Sortie en mer pour la SNSM qui aurait pu être évitée

Une aile qui s'envole et c'est tous les moyens de sauvetage qui sont mis en œuvre pour repêcher un potentiel naufrager. Un simple coup de téléphone peut éviter cette débauche de moyen : gain d'argent et assurance d'une bonne intervention en cas de réel sauvetage.

L'histoire se déroule sur nos côtes, elle est tellement bête qu'on se demande comment elle n'a pas pu être évitée. Récit.

Le 16 aout 2017 à 17h46 la SNSM de Portsall a reçu un appel du Cross Corsen : Un kite surfeur a été repéré en difficulté entre l'île de Rocervo et le chenal du Relec devant Lampaul-Ploudalmézeau.

La SNSM envoie son semi-rigide SNS 504 sur zone pour tenter de repérer le naufragé. Après une heure de recherche, la voile du kite surf est retrouvée accrochée à une bouée de casier. Mais point de kite surfeur…

Le Cross déclenche le décollage de l'hélicoptère de recherche. Le semi-rigide SNS 504 poursuit les recherches.

Toujours sans nouvelle du naufrager, à 19h58 le cross déclenche l'intervention du Canot Tout Temps SNS 093 "La Portsallaise" pour étendre la zone de recherches. Le semi-rigide SNS 504 revient au port pour embarquer l'équipage du Canot Tout Temps (celui-ci est au mouillage).

Mais ce bateau n'a pas le temps d'appareiller, le Cross annule l'alerte : un témoin affirme avoir vu la voile s'envoler de la plage.

L'histoire se termine bien. Il s'agit donc d'une fausse alerte. Mais celle-ci a entrainé le déclenchement de moyens coûteux.

Suite à cette débauche de moyen uniquement pour repêcher une aile, la SNSM envoi ce message d'information :

"Dans un cas de ce type, il est primordial d'informer le Cross sur l'envolée incontrôlée de la voile ce qui aurait évité le dérangement de sauveteurs, des dépenses inutiles, et la mise en œuvre de moyens qui peuvent être sollicités pour de réels sauvetages."

Plus d'articles sur les chaînes :

Finistère
Réagir à cet article :
Ajouter un commentaire...