Interview / Vivre sur une île déserte, c'est possible dans l'archipel de Molène

Sable fin, eau transparente, île déserte... et si vous passiez une nuit comme Robinson Crusoé sur le Ledenez de Molène : direction l'île d'en face et son refuge de mer.

C'est l'histoire d'un projet un peu fou, porté par un village breton, un village qui porte le nom d'une île, l'île de Molène. Nous avons rendez-vous à la pointe du Finistère, au sud-est d'Ouessant, en mer d'Iroise. C'est Thomas qui nous accueille sur le Ledenez de Molène.

Vue Aérienne de l'archipel de Molène

Qui voit Molène voit sa peine, cet adage bien connu des navigateurs s'applique parfaitement à ce ledenez, consacré dès le 18e siècle à l'activité goémonière. La présence des pigouilles a connu son apogée dans les années 30 ou plus de 280 personnes travaillaient dans des conditions extrêmement difficiles. Pendant la récolte, la totalité des 11 hectares de l'île, des prairies aux rochers, était recouverte d'algues. Une fois sèches, les algues étaient brulées dans des fours creusés simplement dans les dunes, pour former des pains de soude d'où était extrait l'iode.

L'accès au Ledenez à marée basse par un cordon de galets

Alors, que faire de cette île déserte située à 350 m du village, reliée à marée basse par un cordon de galets, un îlot bercé de couleurs, avec une étonnante plage de sable blanc aux eaux transparentes, une lande en fleurs et une faune d'oiseaux sauvages ? Thomas est tombé amoureux de l'île, il a quitté le Nord pour venir s'y installer, avec femme et enfant.

"La Mairie de Molène voulait donner un nouveau souffle au Lendenez tout en lui conservant son histoire. Il fallait sauver les cabanes de bois avant qu'elles ne disparaissent. Elles ont donc été restaurées". Pas de douche, pas d'eau potable, mais des toilettes... sèches sur le Ledenez : "nous avons réhabilité l'impluvium qui permet de récupérer l'eau de pluie, un boulot énorme. Pour l'électricité, nous sommes autonomes avec des panneaux solaires et des batteries, il fait toujours beau ici, c'est connu !"

L'impluvium du Ledenez

Le refuge de mer a ouvert ses portes en juin 2017. "Les premiers clients étaient kayakistes, nous avons aussi reçu des randonneurs, des plaisanciers, des familles à la recherche de nouvelles expériences atypiques". Les cabanes disposent de 2 chambres de 3 lits et d'une pièce commune comprenant une cuisine. Passer la nuit sur une île déserte ne vous coutera que 15 € par personne. Une belle occasion pour faire un barbecue en profitant d'un magnifique coucher de soleil sur les îles du Ponant.

Plus d'articles sur les chaînes :

Finistère
Réagir à cet article :
Ajouter un commentaire...
Photos