Une semaine de croisière en mer d’Iroise, détail d’un parcours type

De prime abord, cela peut paraître compliqué de naviguer en Iroise : cailloux, courants, marée, météo surprenante… Mais au milieu des rochers déchiquetés, façonnés par les tempêtes d’hiver et parfois entourés de hautes falaises, se cachent des myriades d’îlots et d’îles à découvrir. Nous vous accompagnons dans un petit périple de quelques jours parmi phoques et dauphins.

Avant d’attaquer une navigation dans ces eaux, il convient en premier lieu d’étudier dans le détail l’annuaire des marées. Une croisière en Iroise se programme en fonction des heures et coefficient de marée ! Il est préférable de naviguer, pour une première fois, avec des marées de faible à moyenne amplitude, c’est-à-dire avec des coefficients ne dépassant 75. Les marées génèrent d’importants courants qui rythment les navigations : ils raccourcissent les distances quand ils sont favorables, mais ralentissent fortement, voire empêchent la progression dans le cas contraire.

Croisière Molène

Jour 1 : Pointe Saint-Mathieu – Lanildut - 12 milles

Petit cabotage en mer d'Iroise
©Carte du SHOM

En venant de Brest, Camaret-sur-Mer ou du Raz de Sein, rendez-vous à la tourelle des Vieux Moines, au pied de la pointe Saint-Mathieu, pour aborder le chenal du Four.

Petit cabotage en mer d'Iroise
Tourelle des Vieux Moines devant la Pointe Saint-Mathieu

En Fonction de votre bateau et compte tenu du courant, il est recommandé de se présenter aux Vieux Moines au plus tard deux heures après la basse mer. Prendre Camaret ou l’Aber Ildut comme port de référence. Le courant de marée porte au 350° et va donc nous monter sans problème. Il faut tout de même veiller à naviguer à une vitesse supérieure au courant pour que votre bateau reste manœuvrant. La navigation avec peu de vent n’est pas toujours idéale.

Il faut monter jusqu’à la basse St-Paul, matérialisée par une bouée de chenal bâbord, en passant par la célèbre tourelle de la Grande Vinotière. Il est recommandé de passer ces balises conformément aux règles de navigation, car cela permet également de se recaler par rapport au courant.

Petit cabotage en mer d'Iroise
Pointe Saint Mathieu et tourelle des Vieux Moines

Par la suite il faut continuer de monter en débordant largement le plateau de Fourches jusqu’à croiser l’alignement d’entrée du port de Lanildut. Attention au courant de marée montante qui continue à déporter au Nord. Pour rentrer à Lanildut par marée montante, il est préférable de rester dans la partie sud du chenal d’accès à l’aber afin d’éviter les roches affleurantes au nord de ce dernier.

Le port de Lanidut - Aber-Ildut

Très abrité et à flot, Il a été réaménagé récemment : 16 bouées visiteurs (embossage ou haltères) sont à votre disposition ainsi qu’un linéaire de ponton de 70m. Découvrez toutes les caractéristiques du port de Lanidut - Aber-Ildut.

Petit cabotage en mer d'Iroise
Le port de Lanildut

 

Jour 2 : Lanildut - Ile de Molène - 10 milles

Petit cabotage en mer d'Iroise
© Carte du SHOM

Pour accéder à Molène, une première fois, il semble plus aisé de faire le tour par le Nord. On quitte donc Lanildut 2 heures après la basse mer pour garder un peu de courant de marée montante. On se maintient sur l’alignement du chenal avec les mêmes précautions liées au courant montant que pour rentrer. Direction la cardinale W « la Luronne » puis la tourelle N du Faix et la roche de la Helle.

Petit cabotage en mer d'Iroise
Roche de la Helle

Le courant « montant » facilitera le débordement des Plâtresses et vous amènera tranquillement dans le NW du plateau de la Helle. À partir de là vous descendez tranquillement vers le phare des « Trois Pierres »  puis les marques latérales de chenal.

Petit cabotage en mer d'Iroise
Le phare des « Trois Pierres »

Vous venez de faire une traversée à travers les chenaux du Four et de la Helle, en apercevant le phare de Kéréon qui marque l’entrée du Fromveur et l’île d’Ouessant juste derrière. Pas mal pour une première et ce n’est pas fini…

Le port de Molène

Si vous restez dans l’avant-port, des bouées sont à votre disposition. En  Fonction de votre tirant d’eau et des marées, vous resterez à flot. Si votre bateau échoue, vous pouvez avancer jusqu’aux deux petits moles et mouiller à leur droit. Molène est une escale fantastique par vent de S à NW. Par vent de N, NE et E c’est moins confortable. Il ne vous reste plus qu’à profiter de votre escale et déguster la saucisse de Molène fumée aux algues. Découvrez toutes les caractéristiques du port de Molène.

Lire Vivre sur une île déserte, c'est possible dans l'archipel de Molène

Petit cabotage en mer d'Iroise
L’Ile de Molène

 

Jour 3 - Molène – Molène - 3 à 7 milles

Journée libre ! Profitez de cette journée dans l’Archipel de Molène pour visiter d’autres îles.

Petit cabotage en mer d'Iroise
© Carte du SHOM, les ancres violettes visualisent les mouillages possibles

Mouillage à privilégier selon les vents et la marée. N’oubliez jamais de poser votre ancre sur un fond de sable tant pour la sureté de votre mouillage que pour la protection des fonds. Le débarquement sur les iles non habitées est interdit en période de nidification et réglementé en dehors de cette période. Renseignez-vous sur le site du Parc naturel marin d’Iroise (www.parc-marin-iroise.fr ou www.molene.fr)

Petit cabotage en mer d'Iroise
Mouillage à Molène

Plusieurs mouillages sont possibles le temps d’un pique-nique ou d’une petite pause dans des environnements particuliers. De la cale Sud du Ledenez de Molène, en passant par Triélen, Quemenez (vers la cale), Litiri (très près de la plage) ou Béniguet vous aurez le choix. Attention, Litiri est une île privée il est donc interdit de s’y promener. Soyez vigilant, calculez vos marées, vérifiez la nature du fond et pensez toujours au courant. Le coup d’œil en vaut la peine. Les phoques et les dauphins sont souvent au rendez-vous. Laissez-les venir près de vous, n’allez pas vers eux. C’est le meilleur moyen pour bien les observer.

Petit cabotage en mer d'Iroise
Litiri
Petit cabotage en mer d'Iroise
Quemenez
Petit cabotage en mer d'Iroise
Béniguet

 

Jour 4 - Molène – Le Conquet - 14 milles

Petit cabotage en mer d'Iroise
© Carte du SHOM

Le trajet du jour consiste à rejoindre le Conquet tout en profitant encore une fois de l’Archipel de Molène. Cet itinéraire se pratique sans réelle difficulté en partant 2h avant la basse mer du port de Molène. À la sortie du port, prendre une route au Sud vers la passe de la Chimère en direction de la balise de la Vieille Noire.

Le courant est toujours présent et il faut donc rester vigilant à ne pas se laisser déporter ni vers Triélen ni vers Quemenez. Attention à quelques têtes de roches bien identifiées sur vos cartes telle que la Roche de l’Etoile ou la Roche Glissante.

Vous pouvez contourner la balise de la Vieille Noire en faisant attention, car le plateau rocheux qu’elle signale s’étend jusqu’à 300m dans son SE et vous avez la roche pointue sondée à 0.1 juste à côté.

Puis route vers l’île de Béniguet en sortant de l’archipel par la passe du Grand Courleau en remontant jusqu’à la balise du même nom avant de descendre vers la Vinotière que vous connaissez bien.

L’entrée du Conquet ne présente aucune difficulté. Il suffit de laisser sur bâbord la tourelle de la Louve et d’admirer la presqu’île de Kermorvan. Attention tout de même aux bateaux de pêche et aux bateaux de liaison avec les îles que de toute évidence il faut laisser passer.

Le port du Conquet

L’avant-port est strictement réservé aux pêcheurs et aux liaisons avec les îles. Quelques bouées visiteurs sont accessibles dans la partie N., mais peuvent, en fonction des marées, être à sec. Si votre bateau échoue, vous pouvez vous enfoncer vers l’arrière-port ou plus au fond de l’aber. Vous y passerez un moment au calme au milieu des limicoles. Découvrez toutes les caractéristiques du port du Conquet.

Petit cabotage en mer d'Iroise
Presqu’île de Kermorvan et son phare

 

Jour 5 - Le Conquet – Argenton - 12 milles

Petit cabotage en mer d'Iroise
© Carte du SHOM

Nous allons emprunter une partie du chenal du Four, raser le phare du Four et rentrer à Argenton. Cette destination vous permettra d’attendre la marée suivante pour continuer votre croisière vers le pays des Abers plus au Nord. Départ du Conquet en début de marée montante pour bénéficier d’un courant favorable tout le temps de la navigation et d’arriver à Argenton à marée haute (ou presque) et choisir son mouillage à l’échouage bien à l’abri de l’île Dolvez.

Petit cabotage en mer d'Iroise
La cale d’Argenton

Pas de difficulté particulière pour cette direction quasi plein Nord. En sortant du Conquet, il est préférable d’aller chercher la Vinotière, une vieille amie maintenant, et de remonter vers la balise Saint-Paul, au pied de la pointe du Corsen qui abrite le célèbre CROSS du même nom. Puis direction la Valbelle que vous pouvez exceptionnellement laisser à bâbord tout en faisant très attention au plateau des Fourches. Les conditions météo du moment dicteront votre choix.

Prochain point de vigilance, Les Liniou, à déborder largement notamment en cas de houle. Continuer votre route vers le Nord à approcher le phare du Four. Si les conditions le permettent, vous pouvez en faire le tour (avec précautions et vigilance) avant de vous diriger vers la balise du Bélier, première marque latérale du chenal qui vous mène à Argenton. L’entrée est spectaculaire et magnifique.

Le port d’Argenton

Tout le port est à l’échouage sur des posées de sable dur sans tête de roches significatives. Il est également possible de s’échouer le long du quai. En mortes eaux, si vous restez au nord de l’île de Dolvez, vous pouvez échouer sur des sondes à +2m et rester moins longtemps au sec. Découvrez toutes les caractéristiques du port d'Argenton.  

Article rédigé avec la précieuse complicité de Cabotage en Bretagne (www.cabotage-en-bretagne.fr
Fonds cartographiques issus de data.shom.fr Système géodésique : WGS84

Plus d'articles sur les chaînes :

Finistère
Réagir à cet article :
Yann Venance - 1 mois
Mouillage à Molène
Yann Venance - 1 mois
Arrivée sur Molène
Ajouter un commentaire...